Cisjordanie : Un Palestinien tué par l’armée près de l’avant-poste d’Evyatar
Rechercher

Cisjordanie : Un Palestinien tué par l’armée près de l’avant-poste d’Evyatar

Shadi Salim, employé municipal, a été tué près de sa ville natale de Beita ; il se serait précipité vers les militaires muni d'une barre de fer, a rapporté l'armée

Des manifestants palestiniens jettent des pierres aux soldats israéliens pendant des affrontements lors d'une manifestation à Beita, en Cisjordanie, le 8 juin 2021. (Crédit :  Nasser Ishtayeh/Flash90
Des manifestants palestiniens jettent des pierres aux soldats israéliens pendant des affrontements lors d'une manifestation à Beita, en Cisjordanie, le 8 juin 2021. (Crédit : Nasser Ishtayeh/Flash90

Un Palestinien a été tué par les militaires israéliens mardi soir, à proximité de l’avant-poste illégal d’Evyatar, a fait savoir le ministère de la Santé de l’Autorité palestinienne.

L’armée israélienne a confirmé qu’un soldat avait ouvert le feu sur le Palestinien. Selon Tsahal, l’homme s’est approché, menaçant, des soldats. Il aurait été muni de ce qui a semblé être une barre de fer.

« Le Palestinien a rapidement avancé vers les troupes en tenant un objet qui a été identifié comme étant une barre de fer. Après ne pas s’être arrêté et ce malgré les tirs d’avertissement des soldats, le commandant a ouvert le feu sur le suspect », a expliqué l’armée.

Il n’y aurait pas eu d’affrontements précédant l’événement et les militaires n’en ont de leur côté mentionné aucun. Tsahal a indiqué que l’incident sera examiné sans pour autant annoncer l’ouverture d’une enquête officielle.

Selon les médias palestiniens, le défunt serait Amr Lutfi Salim, un employé municipal de la ville de Beita, en Cisjordanie, âgé de 41 ans. Beita est une localité adjacente à l’avant-poste d’Evyatar. Selon la presse arabophone, Lutfi se trouvait à l’entrée de la ville, à un checkpoint temporaire installé par les soldats au moment où il a été tué.

Le groupe terroriste du Hamas a salué Salim après sa mort. Il ne l’a pas revendiqué comme membre.

« Le sang pur des martyrs de notre peuple est l’impôt de notre liberté et notre carburant dans la bataille pour l’indépendance », a déclaré Hazem Qasim, porte-parole du Hamas.

Les résidents palestiniens de Beita protestent avec ferveur contre l’établissement de l’avant-poste illégal sur une colline surplombant la ville – une colline connue sous le nom de Jabal Sbeih. Les Palestiniens affirment que les terres ont toujours, dans l’histoire, été cultivée par les habitants de Beita. Les autorités israéliennes doivent encore se prononcer sur cette revendication.

Tous les vendredis, des manifestants palestiniens ont défilé en direction d’Evyatar, jetant des pierres vers les soldats israéliens et brûlant des pneus. L’armée a riposté à l’aide de balles en caoutchouc et occasionnellement des balles réelles.

Six Palestiniens sont morts dans ce mouvement de protestation qui a fait également des centaines de blessés, selon les médecins palestiniens. Vendredi dernier seulement, selon le Croissant rouge palestinien, 21 Palestiniens ont été blessés par des tirs israéliens à balle réelle et 68 par des balles en caoutchouc.

La nuit tombée, des unités de « perturbation nocturne » palestiniennes ont utilisé des lasers, scandé des slogans et fait brûler des pneus pour tenter d’entraîner la colère des nouveaux résidents de la colline – une tactique empruntée aux groupes de Gaza qui se trouvent le long de la frontière avec Israël.

Tentant d’apaiser les tensions dans le secteur, le gouvernement israélien a trouvé un accord avec les résidents d’Evyatar qui ont du quitter l’avant-poste. En échange, les bâtiments de fortune qui ont été installés y resteront et l’armée transformera le secteur en base temporaire. Au cours des prochains mois, le ministère de la Défense va examiner le statut de ces terres et voir si elles peuvent être légalement transformées en implantation officielle.

L’arrangement a toutefois été rejeté par les résidents palestiniens de Beita, qui ont juré de continuer à manifester jusqu’au départ définitif des Israéliens de Jabal Sbeih, et les affrontements violents ont ainsi continué.

Par ailleurs, l’Autorité palestinienne a fait savoir, lundi, qu’un adolescent de 17 ans avait succombé à ses blessures contractées lors d’affrontements sanglants en Cisjordanie, il y a deux mois.

Selon l’AP, Yousef Maharib, résident de la ville de Sinjil, près de Ramallah, avait été touché à la moelle épinière en date du 14 mai dans le cadre d’une escalade des tensions en Cisjordanie émanant du conflit opposant Israël aux groupes terroristes de Gaza.

La mort de Maharib fait grimper à 10 personnes le bilan des Palestiniens tués ce jour-là – l’un des plus meurtriers connus en Cisjordanie depuis des années.

L’armée a expliqué, en réponse, que les circonstances des tirs meurtriers étaient actuellement examinées.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...