Rechercher

Vandalisme anti-palestinien en Cisjordanie ; 3 arrestations

Les phrases "Les juifs se reveillent ! Le sang juif n'est pas gratuit" ont été taguées sur une maison d'Asira al-Qibliya, au sud-ouest de Naplouse

Un véhicule incendié lors d'un apparent crime de haine dans le village palestinien d'Asira al-Qibliya, au nord de la Cisjordanie, le 30 mars 2022. (Crédit : Autorisation)
Un véhicule incendié lors d'un apparent crime de haine dans le village palestinien d'Asira al-Qibliya, au nord de la Cisjordanie, le 30 mars 2022. (Crédit : Autorisation)

Au lendemain de l’attentat de Bnei Brak, un véhicule a été incendié et une maison a été vandalisée. Il s’agit du sixième crime de haine présumé perpétré par des extrémistes juifs contre un village palestinien de Cisjordanie au cours de la semaine dernière.

La maison d’Asira al-Qibliya, au sud-ouest de Naplouse, a été taguée avec la phrase en hébreu « Les juifs se réveillent ! Le sang juif n’est pas gratuit », en référence apparente aux trois récentes attaques terroristes mortelles en Israël.

Au lendemain de l’attentat de Hadera, la ville de Jammain, en Cisjordanie, a été la cible d’un crime de haine apparent et d’une tentative présumée d’incendier une mosquée.

Les incidents de vandalisme contre les Palestiniens et contre les forces de sécurité sont appelés communément des attaques de type « prix à payer », les auteurs affirmant qu’il s’agit de représailles à la violence palestinienne ou aux politiques gouvernementales considérées comme hostiles au mouvement des résidents d’implantation.

Dans l’après-midi, la police a annoncé l’arrestation de trois habitants des implantations du nord de la Cisjordanie après que plusieurs voitures ont été vandalisées dans deux villages palestiniens.

Selon un communiqué de la police, les agents ont trouvé des preuves incriminantes en fouillant un véhicule transportant les suspects, dont deux sont mineurs.

Le tribunal de première instance de Jérusalem a prolongé la détention provisoire de deux des suspects jusqu’à vendredi, tandis que l’un des mineurs restera en détention jusqu’à demain.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...