Israël en guerre - Jour 138

Rechercher

Coalition militaire en mer Rouge : Sánchez confirme les réserves de l’Espagne

Le refus de Madrid de se joindre à ses alliés occidentaux pour préserver la liberté de navigation en mer Rouge lui avait valu un satisfecit des Houthis

Le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez sort du Palais Moncloa à Madrid, en Espagne, le 12 septembre 2018. (AP Photo/Paul White)
Le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez sort du Palais Moncloa à Madrid, en Espagne, le 12 septembre 2018. (AP Photo/Paul White)

Le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez a confirmé mercredi que Madrid s’opposait à ce que la mission européenne anti-piraterie Atalante puisse participer à la coalition internationale créée par les Etats-Unis pour protéger le trafic commercial en mer Rouge.

M. Sánchez, qui s’exprimait lors d’une conférence de presse à l’issue du dernier conseil des ministres de l’année, a déclaré que son gouvernement était « disposé et ouvert » à la création par l’UE d’une autre mission, différente d’Atalante, dont le rôle serait de prévenir les attaques des Houthis du Yémen contre les cargos qui empruntent cette voie d’eau.

Le ministère espagnol de la Défense avait toutefois indiqué dimanche à l’AFP que Madrid « ne (participerait) pas » à cette mission, sans expliquer pourquoi.

La décision de Madrid avait été prise malgré un appel vendredi du président américain Joe Biden à M. Sánchez, au cours duquel il avait été question, selon la Maison Blanche, de « (la condamnation) des attaques actuelles des Houthis contres des navires commerciaux dans la mer Rouge ».

Le chef des rebelles houthis Abdel-Malek al-Houthi parlant de la guerre de Gaza, en décembre 2023. (Crédit : Capture d’écran vidéo)

Le refus de l’Espagne de se joindre à ses alliés occidentaux pour préserver la liberté de navigation en mer Rouge lui avait valu un satisfecit des Houthis, milice soutenue par l’Iran qui contrôle la plus grande partie du Yémen.

« Nous apprécions au plus haut point le refus de l’Espagne de se laisser entraîner dans les mensonges américains et britanniques sur la question de la navigation maritime », s’était félicité sur X (anciennement twitter) Hussein al-Ezzi, vice-ministre des Affaires étrangères des Houthis.

En attaquant les cargos en mer Rouge, les rebelles yéménites disent vouloir manifester leur soutien au mouvement terroriste palestinien Hamas dans la guerre qui l’oppose à l’armée israélienne dans la bande de Gaza.

C’était la première fois que M. Sánchez s’exprimait publiquement sur ce sujet depuis l’annonce par les Etats-Unis de la création de cette coalition internationale, le 18 décembre.

Procession funéraire pour le chef des Houthis Saleh al-Samad et ses 6 gardes du corps, à Sanaa, après son assassinat par des frappes saoudiennes le 28 avril 2018. (Crédit AFP PHOTO / Mohammed HUWAIS)

Il a expliqué que l’opération Atalante, actuellement dirigée par l’Espagne et qui dispose d’un seul navire, une frégate espagnole, n’avait pas « les caractéristiques » requises pour patrouiller la mer Rouge et prévenir les attaques des Houthis.

« La situation est complètement distincte et le risque est différent », a-t-il dit. Les deux missions « n’ont rien à voir », a-t-il conclu.

M. Sánchez a aussi confirmé qu’il partait ce mercredi pour l’Irak, afin de rencontrer des unités militaires espagnoles déployées dans ce pays dans le cadre d’une mission de l’Otan.

Géographiquement proche du Maghreb, l’Espagne s’est tournée vers les pays arabes durant la dictature de Franco (1939-1975) afin de contourner son isolement en Occident – une diplomatie dite de « substitution » longtemps cultivée par Madrid, rappelle Juan Tovar, professeur à l’université de Burgos.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.