Comment bloquer l’éclosion de milliards de poussins mâles destinés à l’abattage
Rechercher

Comment bloquer l’éclosion de milliards de poussins mâles destinés à l’abattage

Une équipe de Rehovot découvre une « modification génétique » qui permet d’arrêter l'embryogenèse et par là la formation de mâles lorsqu'ils ne sont qu'un amas de cellules

Jessica Steinberg est responsable notre rubrique « Culture & Art de vivre »

Le Dr Yuval Cinnamon, spécialiste des embryons qui dirige le groupe de recherche NRS Poultry à l'Institut Volcani de Rehovot, montre le laboratoire où lui et son équipe tentent de modifier la technologie génétique des œufs. (Crédit : Jessica Steinberg/Times of Israel)
Le Dr Yuval Cinnamon, spécialiste des embryons qui dirige le groupe de recherche NRS Poultry à l'Institut Volcani de Rehovot, montre le laboratoire où lui et son équipe tentent de modifier la technologie génétique des œufs. (Crédit : Jessica Steinberg/Times of Israel)

Beaucoup de gens ne trouvent rien de plus satisfaisant que les œufs au petit-déjeuner : l’Israélien moyen en consomme 240 par an, des chiffres similaires à ceux des États-Unis et du Royaume-Uni. La poule moyenne pond 296 œufs par an.

Mais la face obscure de tous ces œufs brouillés, omelettes et œufs au plat est que, pour chaque poule pondeuse née dans le système d’élevage industriel, un poussin mâle est tué, avec plus de six milliards d’animaux abattus chaque année dans le monde.

Aujourd’hui, NRS Poultry, un groupe de recherche de l’Institut Volcani de Rehovot, pense avoir trouvé une solution au problème, avec une technologie génétique qui pourrait connaître une portée mondiale.

« C’est un changement complet de l’industrie car cela nous permettra de ne pas commettre cet acte cruel », a déclaré Eli Mor, PDG d’Impact NRS, la société qui exploite la technologie de recherche de l’Institut Volcani.
« C’est une solution biologique, elle ne sera donc pas mise en œuvre en un jour, mais l’avantage de la solution est qu’il n’est pas nécessaire d’apporter des équipements spécifiques à une industrie traditionnelle très conservatrice. »

La majorité de la viande de poulet provient de poulets « à griller », élevés rapidement. Les poules pondeuses, cependant, sont une race moins en chair, élevées dans l’intention de consacrer toute leur énergie à la ponte et utilisées plus tard comme nourriture pour animaux de compagnie, fourrage ou mise en décharge lorsque leur production d’œufs diminue. Les poussins mâles des poules pondeuses sont abattus car ils coûtent plus cher à entretenir et qu’ils ne peuvent pas être vendus comme viande.

C’est une question qui fait l’objet de pression de la part des associations de de protection des animaux depuis des décennies, et l’industrie des œufs n’est pas plus à l’aise avec ce sujet. La meilleure option est la technologie génétique qui peut déterminer le sexe d’un poulet avant son éclosion, ce qui arrête le processus d’incubation des mâles avant même qu’ils ne sortent de leur coquille.

Mais NRS Poultry a peut-être trouvé la solution.

Le Dr Yuval Cinnamon, spécialiste des embryons, qui tente de changer les méthodes de l’industrie mondiale des œufs. (Crédit : Dima Polivkin)

Le Dr Yuval Cinnamon est un expert en embryologie ayant rejoint l’institut de recherche agricole Volcani il y a six ans pour travailler à une solution. Ce que Cinnamon et son équipe ont déterminé porte sur le dénominateur commun de tous les poulets mâles, le chromosome Z de la mère. Leur idée : introduire le gène qui stoppe l’embryogenèse sur le chromosome Z, afin d’arrêter la création de poussins mâles au stade où ils ne sont qu’un microscopique amas de cellules.

« Nous effectuons une modification génétique qui ne touche que les mâles et qui est parfaitement validée », a déclaré Cinnamon.

Il n’y a pas de poulets vivants au laboratoire NRS Poultry de l’Institut Volcani, mais des millions de cellules embryonnaires dont le seul rôle est de transférer de l’information génétique. Des plateaux de cultures de tissus cellulaires à perte de vue dans les laboratoires de l’entreprise sont analysés et validés avant d’être testés pour modification.

Le Dr Yuval Cinnamon, spécialiste des embryons qui dirige le groupe de recherche NRS Poultry à l’Institut Volcani de Rehovot, montre le laboratoire où lui et son équipe tentent de modifier la technologie génétique des œufs. (Crédit : Jessica Steinberg/Times of Israel)

Il existe de nombreux laboratoires de recherche qui tentent de résoudre le problème des poussins mâles, a déclaré Cinnamon, mais la plupart essaient de trier les œufs, une tâche presque impossible chez les embryons de poulet qui sont identiques aux premiers stades de développement. A sept jours, il est trop tard pour le tri.

« C’est le problème de bien-être animal le plus dévastateur au monde », a déclaré Cinnamon. « Les poulets sont l’organisme le plus important, et les œufs fournissent une grande partie de la nutrition du monde. »

NRS doit maintenant présenter sa technologie aux entreprises d’élevage de poulets et les convaincre d’intégrer leur solution biologique. L’industrie mondiale est dominée par trois acteurs en Allemagne, aux Pays-Bas et en Chine.

Cela permet à NRS d’accéder plus facilement au marché, malgré les investissements coûteux nécessaires.

« Vous n’avez qu’à commercialiser l’un des joueurs, pas tous », a déclaré Mor. « Ils travaillent avec 3 000 milliards d’œufs par an au total et ont besoin de 8 milliards de pondeuses par an. »

Les alternatives aux oeufs

Œufs fabriqués avec Egg’N’Up, un substitut d’œuf à base de cellulose créé par la société de technologie alimentaire SavorEat. (Crédit : SavorEat)

L’autre option pour cette aubaine nutritionnelle que sont les œufs est de créer des œufs à partir d’autres matériaux.

Plusieurs entreprises de technologie alimentaire tentent de développer ce concept, y compris SavorEat de Rehovot, connu pour ses hamburgers végétaux imprimés en 3D et testés dans les restaurants de hamburgers BBB en Israël. Ils lancent désormais Egg’N’Up, une boîte de substitut d’œuf formulé à base de fibres de cellulose.

SavorEat fait actuellement breveter son substitut d’œuf végétal à base de fibres de cellulose, un composé naturel composé de longues chaînes de molécules de glucose développé par Oded Shoseyov, co-fondateur et directeur scientifique de SavorEat.

Le substitut d’œuf végétalien sans cholestérol mais ayant le goût d’un œuf et pouvant être utilisé pour la cuisson et la friture, a déclaré la fondatrice et PDG Racheli Vizman.

« Le défi avec ces œufs, c’est la texture », a déclaré Vizman. « La matière première est propre et entièrement végétalienne, mais pour que les consommateurs l’utilisent, elle doit ressembler à un œuf lorsque vous la mettez dans votre bouche. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...