Comment ce petit cochon s’est rendu à Jérusalem il y a 2 700 ans
Rechercher

Comment ce petit cochon s’est rendu à Jérusalem il y a 2 700 ans

Les ossements d'une maison en cours de fouille dans la Cité de David s'ajoutent à une série de découvertes rares, mais pas inexistantes, montrant que les Judéens s'amusaient un peu

Squelette de porc articulé trouvé dans les fouilles de la Cité de David. (Crédit : Oscar Bejerano, Autorité des Antiquités d'Israël)
Squelette de porc articulé trouvé dans les fouilles de la Cité de David. (Crédit : Oscar Bejerano, Autorité des Antiquités d'Israël)

Les restes d’un petit cochon datant de près de 3 000 ans ont récemment été découverts dans une fouille archéologique à Jérusalem-Est, soulevant des questions sur les origines de l’aversion juive pour le porc.

La découverte a été rapportée le mois dernier dans la revue à comité de lecture Near East Archaeology, relançant les questions précédentes sur l’importance des preuves montrant que si les membres des royaumes israélites du nord ramenaient parfois le bacon à la maison, les habitants de l’arrière-pays de Judée le faisaient rarement.

Les restes du cochon, qui remontent au 8e siècle avant l’ère commune, ont été découverts lors des fouilles d’une grande maison dans la Cité de David, considérée comme la plus ancienne partie de Jérusalem, directement au sud de la Vieille Ville, selon le quotidien Haaretz, qui a été le premier à faire état de cette découverte.

Les restes ont été trouvés presque totalement intacts, ce qui indique que le cochon a évité de finir dans une assiette et est mort d’une autre manière.

Squelette de porc lors de son enlèvement sur le site de la Cité de David. (Crédit : Joe Uziel ; avec l’aimable autorisation de l’Autorité israélienne des antiquités)

Cette découverte est la dernière d’une série d’études et de découvertes qui ont suscité des questions sur les origines du tabou juif et de l’injonction biblique de ne pas manger ou élever du porc.

« Bien que la consommation de porc ne soit clairement pas privilégiée dans la région de Juda, la présence d’un squelette articulé d’un petit porc semble indiquer que non seulement le porc était consommé en petites quantités… mais que des porcs étaient élevés à cette fin dans la capitale de Juda. Cela a des implications de grande portée pour comprendre le tabou du porc souvent attribué à l’ancien Israël et Juda », ont écrit les auteurs Lidar Sapir-Hen, Joe Uziel et Ortal Chalaf.

Fouilles du parking Givati dans le parc de la Cité de David à Jérusalem, un site où ont été découverts des vestiges de la destruction de Jérusalem par les Babyloniens en 586 avant Jésus-Christ. (Crédit : Shai Halevi/IsraelAntiquities Authority)

Alors que les archéologues considéraient auparavant les restes de porc comme un marqueur fiable permettant de distinguer les sites israélites de ceux habités par les Cananéens et d’autres peuples, des études ont montré depuis que les Israélites consommaient et élevaient également du porc, et que certains autres groupes ont abandonné la viande de porc à diverses époques, en réponse à des pressions sociales et économiques.

La Dr Sapir-Hen, de l’Université de Tel Aviv, a identifié le squelette comme étant celui d’un jeune porc de moins de sept mois. Elle a déclaré qu’il avait été trouvé dans une pièce avec les os d’autres animaux préparés comme nourriture, tels que des moutons, des chèvres, des bovins, des volailles et des poissons.

Dr. Lidar Sapir-Hen (Crédit : Université de Tel Aviv)

La variété et l’âge des autres animaux indiquent que les occupants du bâtiment étaient de classe relativement supérieure, a-t-elle déclaré dans un communiqué de presse de l’Autorité israélienne des antiquités.

« La découverte du squelette de porc jette un nouvel éclairage sur la consommation et les pratiques alimentaires des habitants de Jérusalem pendant le Royaume de Judée, il y a plus de 2 700 ans », a déclaré Dr Sapir-Hen. « Le régime alimentaire était varié et comprenait également une petite quantité de viande de porc. Cette découverte s’ajoute à d’autres trouvailles issues de fouilles menées ces dernières années dans la Cité de David et ailleurs dans le Royaume de Juda, qui montrent de faibles fréquences de consommation de porc (généralement moins de 2 % du total) sur les sites de Jérusalem et de la région environnante tout au long de l’âge du fer. »

Le cochon a été découvert debout, piégé parmi un assortiment de récipients en poterie datant du huitième siècle avant notre ère et utilisés pour le stockage, a précisé l’IAA. Le porcelet est manifestement mort sous les murs de pierre du bâtiment qui s’est effondré sur lui, sans pouvoir s’échapper.

Le Dr Joe Uziel et Ortal Chalaf de l’Autorité des antiquités d’Israël sur le site des fouilles. (Crédit : Yaniv Berman, Autorité des antiquités israéliennes)

Selon les directeurs des fouilles de l’IAA, Uziel et Chalaf, « les objets retrouvés près du cochon montrent que les résidents étaient des Judéens, et non des étrangers : Parmi d’autres artefacts, nous avons trouvé des bullae (sceaux de documents en argile) inscrits avec des noms judahites tels que ‘Hahanyahu’ et ‘Ashiyahu’ en écriture paléo-hébraïque. »

Ainsi, selon eux, « la découverte du squelette de porcelet est une découverte archéologique rare, apportant des données significatives et importantes qui reflètent la complexité religieuse et sociale de la société vivant à Jérusalem vers la fin de la période du Premier Temple.

« Ossements du cochon articulé, au laboratoire. (Crédit : Sasha Flit ;avec l’aimable autorisation de l’Institut d’archéologie Sonia et Marco Nadler, Université de Tel Aviv)

Dans les sites de Judée, les restes porcins sont rares, quelle que soit leur date, sans pour autant être inexistants. Dans un article de 2016, Sapir-Hen, Yuval Gadot et Israel Finkelstein, tous de l’Université de Tel Aviv, décrivent des restes de porc trouvés dans une maison fouillée près de l’esplanade du mur Occidental, et d’autres cas de petites quantités de restes trouvés dans d’autres villes.

« Bien qu’ils soient effectivement très rares, un porc occasionnel a été consommé », écrit Sapir-Hen en 2019.

Structures de la période du Premier Temple près de la source du Gihon dans la Cité de David à Jérusalem (Crédit : Joe Uziel, avec l’aimable autorisation de l’Autorité des antiquités israéliennes).

Dans l’article de 2021, Sapir-Hen note que le bâtiment dans lequel le porcelet a été trouvé était opulent selon les normes locales, ce qui indique que la consommation de porc était entreprise par une élite intégrée et non par une paysannerie marginale.

« L’étendue de la consommation culinaire basée sur les lois de la casheroute à l’âge du fer est encore discutable », écrivent les auteurs. « Peut-être que la présence d’un seul petit porc, pris dans l’effondrement de son habitat, n’avait pas beaucoup de poids sur son corps, mais a plus de poids sur la manière dont nous interprétons les os de porc – ou leur absence – dans la culture judéenne. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...