Comment les Juifs orthodoxes américains sont devenus Républicains
Rechercher
Analyse

Comment les Juifs orthodoxes américains sont devenus Républicains

Les électeurs juifs américains les plus pratiquants ont connu un changement radical au cours des 20 dernières années - mais ce sont peut-être les partis politiques qui ont changé

Des partisans de Donald Trump brandissent des pancartes en hébreu et en anglais alors que le président s'exprime lors de la réunion annuelle des dirigeants de la Republican Jewish Coalition à Las Vegas, le 6 avril 2019. (Saul Loeb / AFP via Getty Images/via JTA)
Des partisans de Donald Trump brandissent des pancartes en hébreu et en anglais alors que le président s'exprime lors de la réunion annuelle des dirigeants de la Republican Jewish Coalition à Las Vegas, le 6 avril 2019. (Saul Loeb / AFP via Getty Images/via JTA)

NEW YORK (JTA) – Comme la plupart de ses amis orthodoxes, Richard Goldberg a été élevé en tant que Démocrate.

Mais en 2000, Goldberg avait apposé un autocollant de campagne du Congrès républicain sur la Lincoln marron qu’il conduisait à son lycée juif orthodoxe de Chicago. Encouragé par les inquiétudes concernant le processus de paix israélo-palestinien du président Bill Clinton, le dégoût face au scandale Monica Lewinsky et le désir d’imiter son frère aîné, Goldberg avait décidé de devenir Républicain.

Bien qu’il n’ait pas encore l’âge de voter, Goldberg savait que c’était insolite. Il se souvient d’être entré dans le plus grand magasin Judaica de Chicago, Rosenblum’s, pour voir des piles de kippas ornées du logo de la campagne présidentielle démocrate – dont le nom de Joe Lieberman, le sénateur juif orthodoxe qui avait été choisi comme colistier d’Al Gore.

« Le propriétaire de la librairie me poussait à acheter une kippa Gore-Lieberman », a déclaré Goldberg à la Jewish Telegraphic Agency. J’ai dit : « Elles sont très belles. Vous en avez aussi de Bush-Cheney ? » Il n’a même pas pu répondre ».

Vingt ans plus tard, Rosenblum’s affirme ne pas vendre de kippas de campagne en raison d’une politique consistant à ne pas proposer de marchandises politiques d’aucune sorte. Mais ailleurs, des kippas portant des logos de soutien au président américain Donald Trump, un républicain, sont facilement disponibles. Le monde orthodoxe a rattrapé Goldberg, qui a travaillé pendant des années comme agent politique du GOP [sigle qui désigne le parti républicain américain – le Grand Old Party].

« Je n’ai jamais rien vu de tel en ce qui concerne le soutien de la communauté orthodoxe », a déclaré M. Goldberg à propos de Trump.

Illustration : Un partisan juif porte une kippa Donald Trump lors de la Conservative Political Action Conference à National Harbor, dans le Maryland, le 24 février 2017. (Win McNamee/Getty Images)

Concernant la politique du président envers Israël, Goldberg a déclaré : « Si votre vision du monde est telle que ces choses sont des réalisations incroyables et des choses que vous avez attendu toute votre vie de voir se produire, ce président est un rêve devenu réalité ».

De multiples enquêtes reflètent l’expérience de Goldberg. La grande majorité des Juifs américains votent pour les démocrates, mais une faible majorité de Juifs orthodoxes ont voté pour Trump en 2016.

Étant donné le petit nombre de juifs orthodoxes et leur concentration dans des États essentiellement bleus, leur vote ne devrait pas avoir d’effet majeur sur l’élection présidentielle de 2020.

« Si vous regardez la plupart des communautés, la façon dont les orthodoxes vont voter… n’a aucune importance », a déclaré Ira Sheskin, professeur de géographie à l’université de Miami et sondeur juif respecté.

Mais indépendamment de sa petite taille, le changement dans la politique orthodoxe est notable. Dans un pays où la plupart des électeurs juifs pour la présidence ont opté pour des candidats démocrates, comment le segment le plus traditionnel du judaïsme américain – et souvent le plus visiblement juif – est-il devenu républicain ?

Un encart affiché dans le quartier de Borough Park à Brooklyn explique pourquoi les Juifs ultra-orthodoxes devraient voter pour Donald Trump en novembre. (Avec l’aimable autorisation de Jewish Democrats for Trump)

Il est difficile d’obtenir de bonnes données sur le vote des orthodoxes. Mais plus d’une dizaine d’entretiens avec des dirigeants orthodoxes et des experts de la politique juive, ainsi qu’un examen approfondi des données disponibles, révèlent deux raisons principales pour lesquelles il a changé.

Au début des années 1980, le Parti républicain est devenu le parti de la majorité morale, une organisation politique américaine de premier plan qui se concentre sur des questions sociales conservatrices telles que le soutien à la prière à l’école et l’opposition à l’avortement. Il y a quelques décennies, cela ne suffisait pas à faire pencher la balance pour la plupart des Juifs orthodoxes. Mais ces dernières années, le Parti démocrate a évolué vers la gauche sur d’autres questions sociales, s’aliénant ainsi de nombreux électeurs orthodoxes.

Mais surtout, le Parti républicain national a commencé à se rapprocher du gouvernement israélien, entraînant avec lui les électeurs orthodoxes. Alors que les démocrates, à leur tour, sont devenus de plus en plus critiques envers Israël, une majorité de Juifs orthodoxes ont commencé à se sentir plus à l’aise pour voter pour les candidats républicains à la présidence.

« Je pense que c’est Israël », a déclaré Mark Trencher, le fondateur de Nishma Research, un cabinet de sondage qui a étudié les opinions politiques des orthodoxes. « Oui, il y a d’autres questions concernant le choix de l’école, l’économie qui se porte bien, mais en réalité, Israël est tellement prédominant. Je pense que c’est ce qui motive tout cela ».

Illustration : Des Juifs ultra-orthodoxes passent devant un panneau d’affichage souhaitant la bienvenue au président américain Donald Trump avant sa visite, à Jérusalem, le 19 mai 2017. (AP Photo/Oded Balilty)

Alors que les chrétiens évangéliques se sont d’abord déplacés vers la droite, les juifs orthodoxes sont restés à gauche

Jusqu’en 2000, les experts ont déclaré que les Juifs orthodoxes avaient tendance à voter aux élections présidentielles comme le reste de la communauté juive – de manière fiable pour les démocrates.

L’alliance juifs-démocrates a connu une chute d’enthousiasme pour Franklin D. Roosevelt et a tenu bon pendant le reste du 20e siècle, les Juifs se joignant aux Noirs dans leur lutte pour les droits civils, continuant à participer aux syndicats et soutenant de manière disproportionnée un large éventail de causes libérales comme la politique économique progressiste, les droits de reproduction et le contrôle des armes à feu.

L’État juif naissant a bénéficié d’un fort soutien de la part des politiciens démocrates et des syndicats organisés, mais les experts ont déclaré que des considérations autres qu’israéliennes étaient en jeu. Même en s’assimilant et en gravissant l’échelle socio-économique américaine, les Juifs ont continué à s’identifier à leurs racines en tant que communauté d’immigrants.

Bien qu’il soit difficile d’obtenir des statistiques sur le vote spécifiquement orthodoxe de cette époque, Binyamin Rose, rédacteur en chef du magazine Mishpacha, une publication orthodoxe, se souvient d’une atmosphère très pro-démocrate lorsqu’il était orthodoxe dans les années 1960.

Illustration : Un quartier juif orthodoxe à Brooklyn, le 14 juin 2012. (Spencer Platt/Getty Images/via JTA)

« Si un juif orthodoxe avait voté républicain à l’époque, il aurait été considéré comme s’étant converti au christianisme », a-t-il déclaré à la JTA.

En continuant à soutenir les candidats démocrates à la présidence, les Juifs orthodoxes s’éloignaient de plus en plus des électeurs protestants religieux.

Le premier président chrétien évangélique, Jimmy Carter, élu en 1976, était également l’un des plus libéraux. Mais quatre ans plus tard, lors de l’élection de 1980, la majorité morale du défunt révérend Jerry Falwell s’est regroupée autour de Ronald Reagan, faisant des électeurs évangéliques une force politique qui reste à ce jour un bloc électoral républicain majeur.

Des enquêtes récentes ont montré que dans l’ensemble des États-Unis, l’augmentation de la participation aux offices religieux est en corrélation avec un soutien plus important pour Trump, et l’establishment chrétien évangélique s’est aligné presque exclusivement derrière les candidats républicains de droite.

Illustration : Des manifestants anti-avortement se rassemblent près d’une clinique de Planned Parenthood à Philadelphie, le vendredi 10 mai 2019. (AP Photo/Matt Rourke)

Mais le renouveau religieux républicain ne s’est pas étendu aux Juifs orthodoxes au début. D’une part, la droite religieuse s’est mêlée à l’opposition au droit à l’avortement comme un objectif crucial – une question qui est au centre de la politique évangélique moderne mais qui est beaucoup plus nuancée dans la société orthodoxe.

« Les problèmes des années 80 sont radicalement différents de ceux de 2020 », a déclaré Abba Cohen, qui a été le directeur à Washington du haredi, ou ultra-orthodoxe, Agudath Israel of America pendant 30 ans. « Il n’y avait pas le même genre de tension dans les années 80 ».

Au même moment, les dirigeants républicains luttaient pour gagner les Juifs à leur cause avec leur approche d’Israël.

Au début des années 1990, les Juifs ont estimé que le successeur de Reagan, le président George H.W. Bush, était trop dur avec Israël, en particulier avec l’opposition de son administration aux implantations et la pression pour des négociations avec les Palestiniens. En réponse aux objections juives, le secrétaire d’État de Bush, James Baker, aurait déclaré : « F- les Juifs. Ils n’ont pas voté pour nous de toute façon ».

Dans cette photo de dossier du 11 février 1991, l’ancien président américain George H.W. Bush s’entretient avec des journalistes dans la roseraie de la Maison Blanche après avoir rencontré les principaux conseillers militaires pour discuter de la guerre du Golfe. De gauche à droite, le secrétaire à la défense Dick Cheney, le vice-président Dan Quayle, le chef d’état-major de la Maison Blanche John Sununu, le président, le secrétaire d’État James A. Baker III et le président de l’état-major interarmées, le général Colin Powell. (AP Photo/Ron Edmonds, File)

C’est devenu une prophétie qui s’est réalisée d’elle-même. En 1992, Bush n’a remporté que 11 % du vote global des Juifs. Malgré le libéralisme social croissant du Parti démocrate, Cohen affirme que la plupart des électeurs orthodoxes ont soutenu Clinton en raison de sa politique envers Israël.

Cohen se souvient qu’un membre de l’équipe de Bush l’avait appelé en 1992 pour lui demander pourquoi davantage de juifs orthodoxes n’avaient pas soutenu la réélection du président. Après tout, Bush s’était rangé à leur avis sur des sujets tels que la liberté religieuse et le choix des écoles. Cohen a expliqué que pour les orthodoxes, Israël était la question centrale.

« Nous nous préoccupons des questions morales du jour, et ce sont toutes des questions très importantes et nous reconnaissons que le président partage certaines de nos opinions sur ces questions », a déclaré M. Cohen au membre du personnel. « Mais vous devez comprendre que tout président potentiel [qui] va causer de l’anxiété dans la communauté sur la question d’Israël ne va tout simplement pas obtenir notre vote ».

Clinton a également conquis les juifs orthodoxes en les consultant fréquemment et en soutenant leur liberté religieuse, a déclaré M. Cohen. Clinton s’est opposé au mariage homosexuel, a soutenu certains types de financement fédéral pour les écoles religieuses et a signé en 1993 la loi Religious Freedom Restoration Act, qui interdit au gouvernement de « faire peser un fardeau important sur l’exercice de la religion d’une personne ».

L’ancien président américain Bill Clinton prononce un éloge funèbre lors des funérailles de Shimon Peres au cimetière du Mont Herzl à Jérusalem, le 30 septembre 2016. (Capture d’écran : GPO livestream)

« L’une des plus belles réussites de la communauté orthodoxe a eu lieu pendant les années Clinton en ce qui concerne les programmes et les écoles », a déclaré M. Cohen. « Nous avons été très bien accueillis à la Maison Blanche. Nous avons participé à des réunions et des événements politiques ».

La sélection par Gore de Lieberman, un démocrate respectueux du Shabbat et de la casheroute qui s’est exprimé sur les valeurs morales, a été un moment historique pour les Juifs américains, en particulier les orthodoxes.

« Vous avez eu Joe Lieberman sur le ticket démocrate, et Al Gore avait également un solide dossier pro-Israël », a déclaré Nathan Diament, directeur exécutif de l’Orthodox Union Advocacy Center à Washington. « Et George W. Bush était considéré avec une certaine suspicion en raison de ses liens avec James Baker et l’administration de son père. »

En 2000, l’année où Lieberman a fait campagne avec Gore, seulement 25 % des juifs orthodoxes se sont identifiés comme républicains, selon Sheskin.

Illustration : Le sénateur Joe Lieberman (à gauche) avec le grand rabbin Yisrael Meir Lau (à droite) et Haim Taib, fondateur et président du « First Israeli Congress on Judaism and Democracy ». (Erez Uzir)

George W. Bush obtient le soutien des orthodoxes

Mais un changement a commencé au début du premier mandat de Bush. Fin 2001, Israël était au cœur de la seconde Intifada, luttant pour briser une vague d’attentats suicides meurtriers. L’Intifada a également signalé l’échec du processus de paix d’Oslo dont Clinton s’était fait le champion.

Cette année-là, lorsque les attentats du 11 septembre se sont produits aux États-Unis et que George W. Bush a déclaré la guerre au terrorisme, de nombreux juifs pro-Israël y ont vu une reconnaissance de la lutte du Premier ministre israélien Ariel Sharon contre le terrorisme palestinien, a déclaré Goldberg.

Bush a exprimé son soutien aux actions israéliennes visant à endiguer le terrorisme. Au cours des années à venir, il allait livrer quelques autres éléments clés de la liste des souhaits d’Israël : Il a déclaré au gouvernement israélien que certains blocs d’implantations en Cisjordanie pourraient continuer à faire partie du pays dans le cadre d’un futur accord de paix ; il a coupé les relations avec le leader palestinien Yasser Arafat ; et il s’est opposé au programme nucléaire iranien.

« Vous constatez un mouvement décisif contre le terrorisme dans le monde entier et une doctrine énoncée par le président Bush selon laquelle le terrorisme commis contre l’Amérique n’est pas différent de celui commis contre Israël », a déclaré M. Goldberg. « Dans ces moments et dans les mois et années à venir, le fort alignement sécuritaire entre l’administration Bush et l’administration Sharon a fait tourner bien des têtes dans la communauté juive orthodoxe ».

Illustration : L’ancien président américain George W. Bush prend la parole lors d’une session spéciale de la Knesset, le 15 mai 2008. (Crédit photo : AP/Ariel Schalit/pool)

La Maison Blanche de Bush a capitalisé sur ses avancées auprès des électeurs juifs. Le vice-président Dick Cheney a été la tête d’affiche d’une collecte de fonds avec des repas casher pour les juifs orthodoxes en 2002. Et lors de la campagne électorale de 2004, l’équipe de Bush a mis un point d’honneur à tendre la main aux électeurs orthodoxes.

Cette année-là, la part de vote de Bush a grimpé en flèche dans plusieurs régions fortement orthodoxes, selon une analyse des résultats électoraux de la Orthodox Union. Dans un district fortement orthodoxe de Brooklyn couvrant les quartiers de Borough Park et Midwood, son pourcentage a presque doublé, passant de 34 % en 2000 à 66 % en 2004 – et le niveau de vote des républicains est resté proche de ce niveau depuis lors. À Lakewood, dans le New Jersey, il est passé de 46 % à 67 %. À Beachwood, dans l’Ohio, une banlieue de Cleveland à majorité juive et à forte population orthodoxe, il est passé de 20 % à 35 %.

Obama et Trump accélèrent la tendance

Le président Barack Obama a passé ses huit années de mandat à s’opposer au Premier ministre israélien de droite, Benjamin Netanyahu, sur des questions telles que les implantations en Cisjordanie et la paix israélo-palestinienne. Leur combat le plus acharné a porté sur l’accord nucléaire iranien, dont Obama a été le fer de lance et contre lequel Netanyahu a fait campagne et qu’il abhorrait.

Depuis lors, l’alliance des Républicains avec Netanyahu s’est encore renforcée. Trump a réalisé un souhait israélien après l’autre – reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël, réduire le financement des Palestiniens, se retirer de l’accord avec l’Iran, reconnaître l’annexion par Israël du plateau du Golan et plus encore. Netanyahu, à son tour, a mis Trump en évidence dans ses propres publicités de campagne.

Un ouvrier accroche un panneau d’affichage de campagne électorale du parti Likud montrant le Premier ministre Benjamin Netanyahu, (à droite), et le Président américain Donald Trump à Tel Aviv, Israël, le 8 septembre 2019. En hébreu, on peut lire sur le panneau d’affichage : « Netanyahu, dans une autre catégorie ». (AP/Oded Balilty)

« Sous la direction du président Obama, le parti démocrate ne fut pas très favorable à Israël, et sous le président Trump, le parti républicain est devenu beaucoup plus favorable à Israël », a déclaré Farley Weiss, président du Conseil national de la jeunesse israélienne, une association de synagogues orthodoxes dont la direction a soutenu Trump. « Les républicains n’ont jamais été aussi favorables à Israël. Les démocrates n’ont jamais été autant hostiles à Israël ».

Une étude de 2019 de Gallup suggère que les Républicains conservateurs sont de plus en plus favorables à Israël, tandis que les Démocrates libéraux sont de plus en plus favorables à la cause palestinienne.

Pour les juifs orthodoxes, cela est très important. Selon Nishma Research, un organisme de sondage axé sur le monde orthodoxe, 31 % des répondants haredi et 18 % des répondants orthodoxes modernes ont déclaré que les « opinions d’un candidat sur Israël détermineront essentiellement son vote ». De plus, 45 % des deux groupes ont déclaré que les opinions d’un candidat sur Israël étaient « très importantes ».

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, (à gauche), regarde le Président américain Barack Obama alors qu’il s’adresse aux journalistes dans le bureau ovale de la Maison Blanche à Washington, en mars 2013. (AP Photo/Charles Dharapak, File)

En revanche, seul un quart de l’ensemble des Juifs américains déclare qu’Israël est l’une de leurs trois principales préoccupations lors du vote, selon un sondage réalisé en 2015 par l’American Jewish Committee.

Un autre changement important a eu lieu alors que le Parti républicain se renforçait en tant que fervent partisan d’Israël : La lutte naissante pour les droits des LGBTQ – et en particulier le mariage homosexuel – est devenue la question sociale brûlante du nouveau millénaire.

Le combat mené depuis des décennies par les chrétiens évangéliques pour renverser la décision Roe v. Wade sur l’avortement n’avait pas réussi à galvaniser les électeurs orthodoxes. Mais contrairement à l’avortement, qui est autorisé dans certains cas par la loi rabbinique, la Torah interdit strictement le mariage entre personnes de même sexe. Lorsque les démocrates ont commencé à soutenir l’égalité des mariages, les républicains ont trouvé une autre occasion de courtiser les juifs orthodoxes. En 2015, lorsque la Cour suprême des États-Unis a légalisé le mariage entre personnes de même sexe, les seuls grands groupes juifs américains à s’y opposer étaient les orthodoxes.

« Les normes sont assez claires », a déclaré Roberta Rosenthal Kwall, professeur de droit à l’université DePaul et auteur de « Remix Judaism ». « Soutenir les questions sociales libérales ou les intégrer dans votre programme, si tant est qu’elles le soient, cela va éloigner les électeurs orthodoxes.

Des communautés juives locales de la région de la baie de San Francisco témoignent de leur soutien à la communauté LGBTQ lors du défilé des fiertés de San Francisco. (Daniel Dreifuss/Flash 90/File)

Une alliance – et une possible scission – dans le monde orthodoxe

Le virage républicain des juifs orthodoxes a atteint un point de basculement en 2016. Cette année-là, 18 % des Juifs américains ont voté pour Donald Trump, selon un sondage de l’American Jewish Committee. Mais le même sondage a révélé que Trump avait remporté 54 % des votes orthodoxes.

Le président américain Donald Trump au mur Occidental, le 22 mai 2017, à Jérusalem. (AP Photo/Evan Vucci)

Une enquête de Nishma Research publiée cette semaine a fait état d’une statistique similaire – mais a conclu que les juifs haredi, qui représentent environ deux tiers des juifs orthodoxes en Amérique, sont à l’origine de ce changement. Près des trois quarts des juifs haredi ont voté républicain, selon l’enquête.

La revue Ami Magazine, une publication qui s’adresse principalement aux lecteurs haredi, a publié en décembre une enquête portant sur « près de 1 000 répondants juifs orthodoxes d’au moins 12 États différents » et a constaté que si seulement 40 % des répondants étaient enregistrés comme républicains, 89 % « approuvent le travail que fait Donald Trump en tant que président ».

En revanche, selon Nishma, seul un tiers environ des répondants orthodoxes modernes ont déclaré avoir voté pour Trump.

Il y a des raisons de penser que l’enquête a peut-être exagéré la répartition. Mais Kwall a déclaré qu’elle n’était pas surprise par la conclusion selon laquelle les Juifs orthodoxes modernes, qui vivent, travaillent et étudient fréquemment aux côtés de non-Juifs, sont moins conservateurs politiquement que les Juifs haredi.

« Vous ne vivez pas nécessairement dans votre petit shtetl, et cela va se répercuter sur vos sentiments à l’égard des élections et de Trump », a-t-elle déclaré.

Les tendances démographiques suggèrent qu’une scission au sein de la communauté orthodoxe n’est pas susceptible d’inverser la tendance à droite de son vote. Les Haredim, qui ont tendance à avoir des familles nombreuses, représentent une part croissante de la communauté juive orthodoxe.

En fin de compte, le soutien du Parti républicain à Israël, à la politique sociale conservatrice et à la liberté religieuse pourrait conduire les Juifs orthodoxes à négliger les faiblesses de Trump, a écrit le rabbin Avi Shafran, directeur des affaires publiques d’Agudath Israël, dans un courriel adressé à JTA.

Les tables du dîner de gala du Young Israel de l’année dernière étaient décorées de chapeaux de style MAGA sur lesquels on pouvait lire « Build Israel great again ». (Ben Sales)

Si certains juifs orthodoxes considèrent le président Trump comme un héros, beaucoup d’autres apprécient les choses qu’il a faites et qui expriment leurs valeurs et leurs espoirs, mais désapprouvent en même temps son « style » et les choses qu’il a dites et tweetées », a écrit Shafran. « Ils le soutiennent peut-être encore, mais leur soutien découle de ses politiques, pas de son personnage. Ils votent pour leurs intérêts, et non pas pour porter des chapeaux MAGA [Make America Great Again] ».

Et contrairement à leurs homologues plus libéraux, les Juifs orthodoxes ne s’inquiètent pas de la réaction de Trump face à la montée de l’antisémitisme. Selon l’AJC, 73 % des Juifs américains désapprouvent la façon dont Trump traite l’antisémitisme. Mais globalement, les juifs orthodoxes voient Trump comme un allié dans la lutte contre la haine.

Ami Magazine a constaté que plus de 90 % de ses répondants faisaient confiance à Trump sur l’antisémitisme plutôt qu’aux dirigeants démocrates.

« La partie où tout cela ne colle pas, c’est que cela s’accompagne d’un renforcement de l’extrême droite », a écrit Shana Friedman, directrice de la rédaction de Mishpacha, dans un courriel adressé à JTA. Mais l’électeur orthodoxe moyen, ajoute-t-elle, ne « considère peut-être pas certains types de KKK en Caroline du Sud comme la même menace que les progressistes qui se battent pour des changements dans leurs villes, ou se dit que c’est encore une meilleure option ».

Kwall dit qu’en fin de compte, pour les juifs orthodoxes, ce sont les politiques de Trump qui importent, et non sa rhétorique.

« Alors que les juifs libéraux disent souvent ‘écoutez ses tropes' », dit Kwall, « les gens de droite disent « regardez ce qu’il a fait ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...