Comment une ville arabe israélienne parvient à enrayer la pandémie
Rechercher

Comment une ville arabe israélienne parvient à enrayer la pandémie

Il y a un mois, Kafr Qassem avait le deuxième taux de contagion du virus le plus élevé d'Israël. Depuis, ce chiffre n'a cessé de baisser. Voici comment la ville a aplati la courbe

  • La ville arabe israélienne de Kfar Qassem, près de Tel Aviv, le 2 juillet 2013. (Moshe Shai/FLASH90)
    La ville arabe israélienne de Kfar Qassem, près de Tel Aviv, le 2 juillet 2013. (Moshe Shai/FLASH90)
  • Des fidèles musulmanes portant des masques faciaux font la prière de l'Aïd al-Adha dans un parc, car les mosquées sont limitées à dix personnes suite aux mesures prises par le gouvernement pour aider à stopper la propagation du coronavirus, dans la ville mixte arabo-juive de Jaffa, près de Tel Aviv, en Israël, le vendredi 31 juillet 2020. (AP Photo/Oded Balilty)
    Des fidèles musulmanes portant des masques faciaux font la prière de l'Aïd al-Adha dans un parc, car les mosquées sont limitées à dix personnes suite aux mesures prises par le gouvernement pour aider à stopper la propagation du coronavirus, dans la ville mixte arabo-juive de Jaffa, près de Tel Aviv, en Israël, le vendredi 31 juillet 2020. (AP Photo/Oded Balilty)
  • Un homme passe devant un panneau publicitaire avec une affiche du ministère israélien de la Santé qui demande aux gens de porter des masques faciaux en arabe comme méthode de prévention de la COVID-19 dans le quartier arabe de Sheikh Jarrah à Jérusalem-Est, le 8 octobre 2020. (Photo d'Ahmad GHARABLI / AFP)
    Un homme passe devant un panneau publicitaire avec une affiche du ministère israélien de la Santé qui demande aux gens de porter des masques faciaux en arabe comme méthode de prévention de la COVID-19 dans le quartier arabe de Sheikh Jarrah à Jérusalem-Est, le 8 octobre 2020. (Photo d'Ahmad GHARABLI / AFP)

Début septembre, les responsables municipaux de Kafr Qassem ont réalisé qu’ils avaient une crise sur les bras : en quelques semaines seulement, la pandémie de coronavirus dans leur ville était devenue incontrôlable.

« Il y a eu des jours où nous avons vu 50 % des tests dans la ville revenir positifs », a déclaré le maire de Kafr Qassem, Adil Badir.

Avec une population d’environ 25 000 habitants, Kafr Qassem se trouve à l’est de Tel Aviv, juste à l’intérieur de la ligne verte qui sépare Israël de la Cisjordanie. Alors que la première vague de coronavirus en Israël avait épargné Kafr Qassem, quelques mois plus tard, la ville était confrontée à 170 infections pour 10 000 habitants, soit le deuxième taux le plus élevé du pays.

« Avec le recul, nous avons vu que plusieurs grands mariages avaient fait de nous non seulement une ville rouge, mais une ville exceptionnellement rouge », a déclaré le responsable de la ville, Ayal Kantz. « Il n’en fallait pas plus. »

Kantz est une rareté en Israël : un directeur municipal juif d’une grande municipalité arabe. Il a travaillé pendant des années pour Injaz, une organisation à but non lucratif qui soutient la gouvernance locale arabe, avant de devenir directeur municipal de Kafr Qassem.

Le maire de Kafr Qassem, Adil Badir (à droite), à côté du directeur de la ville, Ayal Kantz (à gauche). (Autorisation d’Ayal Kantz)

Kafr Qassem est loin d’être seul : avant l’entrée en vigueur du deuxième confinement en Israël il y a près d’un mois, les citoyens arabes, soit un cinquième de la population du pays, constituaient environ 30 % des cas nationaux – la population la plus touchée avec les ultra-orthodoxes.

Les grands mariages, traditionnellement organisés en été, ont souvent été accusés d’être à l’origine de l’épidémie dans le secteur arabe. « Il ne fait aucun doute que les rassemblements de masse et les mariages ont eu un impact énorme sur le secteur arabe. Pour nous, les mariages peuvent durer sept, voire dix jours, avec des milliers de participants », a déclaré le Dr Fahd Hakim, directeur de l’Hôpital anglais de Nazareth.

« Nous étions au bord du désastre. Nous avons vu notre personnel médical entrer en quarantaine en grand nombre », se souvient Hakim.

Mais au cours du mois dernier, la proportion d’infections parmi les Arabes israéliens est tombée à environ 10 % et continue de baisser, selon Ayman Seif, responsable adjoint de la lutte contre le coronavirus dans les communautés arabes.

Comment Kafr Qassem a-t-il procédé ?

Les responsables municipaux attribuent le succès de Kafr Qassem dans l’aplatissement de la courbe à un certain nombre de facteurs, notamment à une campagne dans les médias locaux et à une collaboration étroite avec les autorités nationales. La municipalité a également agi rapidement, en fermant ses écoles avant même que le confinement de septembre ne l’y oblige.

L’un des projets les plus importants, cependant, a été l’effort concerté pour suivre et isoler les personnes exposées au virus. Avec l’augmentation du nombre de cas fin août et début septembre, les responsables municipaux ont compris qu’il leur manquait une pièce essentielle du puzzle : qui devait être mis en quarantaine ?

Les autorités locales reçoivent du ministère de la Santé les listes des personnes dont l’infection par le coronavirus a été confirmée, mais il n’existe pas de listes par ville des personnes potentiellement exposées, a déclaré M. Kantz. Cela rend difficile la rupture de la chaîne d’infection – surtout lorsqu’elle est associée à ce que M. Kantz a appelé un manque d’obéissance aux directives nationales de quarantaine.

« Dans tout le pays, et pas seulement à Kafr Qassem, il y a eu un manque de respect des restrictions de quarantaine. Ceux à qui le service de sécurité du Shin Bet a demandé d’entrer en quarantaine par un message texte [envoyé sur leur téléphone portable] n’y ont souvent pas prêté attention du tout, et ceux qui l’ont fait n’ont souvent pas respecté les règles de quarantaine à la maison et ont infecté des membres de leur famille », a déclaré M. Kantz.

Kantz et son équipe ont alors mis en quelque sorte en place un système de traçage des contacts à Kafr Qassem. Et chaque jour, lorsque la municipalité a reçu des informations du ministère de la Santé concernant des dizaines de nouvelles infections, elle s’est mise au travail.

« Dès le premier jour, parfois dès la première heure, où nous avons su qui avaient le virus, nous avons identifié et contacté leurs cercles immédiats, puis ceux avec deux et trois degrés de séparation pour les informer qu’ils avaient été en contact avec une personne infectée », a déclaré Badir.

L’équipe de M. Kantz a passé des centaines d’appels téléphoniques, fournissant des conseils et assurant le suivi de la quarantaine et des tests. Kantz décrit la collaboration avec le Commandement du Front intérieur – qui a fourni l’assistance technique et la main d’œuvre – comme étant cruciale pour le succès du projet.

« Nous avons effectué nos propres analyses, basées sur notre connaissance des résidents et de leurs familles, afin de créer une base de données sur les personnes devant être mises en quarantaine. Puis nous les avons appelées et averties qu’elles devaient entrer en isolement et les avons incitées à se faire tester », a déclaré M. Kantz.

L’effort local a porté ses fruits, les habitants étant manifestement persuadés qu’il était dans leur intérêt vital de suivre les conseils des dirigeants locaux. Dimanche soir, Kafr Qassem ne comptait que 21 infections pour 10 000 habitants, et seulement 19 infections enregistrées au cours des 7 derniers jours. Et ce n’est pas parce que les autorités locales ne font pas de tests : le taux de tests positifs est d’environ 5 %, bien meilleur que la moyenne nationale.

« À ce stade, la moitié de la ville a été testée », a déclaré M. Kantz.

La méthode utilisée par Kafr Qassem pour éradiquer le coronavirus a été saluée par des personnalités de tout l’éventail politique. L’homme politique de droite Naftali Bennett – qui n’est pas connu pour ses liens étroits avec les communautés arabes israéliennes – a salué le succès de Kafr Qassem dans un message sur son compte Twitter.

Donnez-nous les outils

Après un été de mariages qui ont provoqué des morts, de nombreux Arabes israéliens sont entrés en quarantaine une semaine avant beaucoup d’autres citoyens dans le pays. Toutes les 40 « villes rouges » à fort taux d’infection listées par le responsable Ronnie Gamzu, que son plan plaçait sous couvre-feu nocturne, étaient arabes ou ultra-orthodoxes.

Le « plan de feux de circulation » de Gamzu – appelé ainsi parce qu’il prévoit différents types de restrictions dans les zones désignées rouge, jaune et verte en fonction de leur niveau d’infection par le coronavirus – a été dénoncé par de nombreux maires ultra-orthodoxes.

« Nous n’oublierons pas qui, à maintes reprises, s’est engagé à faire de nous des vecteurs de maladies et des ennemis du peuple en punissant sélectivement des dizaines de milliers de familles de la communauté Haredi », ont écrit les maires de quatre importantes villes haredim – Bnei Brak, Modiin Illit, Elad et Emmanuel – dans une lettre au Premier ministre Benjamin Netanyahu.

La plupart des responsables municipaux arabes – dont Badir – ont envoyé un message différent : donnez-nous les outils dont nous avons besoin pour enrayer l’infection dans nos communautés.

« Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Il est impossible d’échapper à un confinement. Cela me fait mal de le dire, mais c’est la vérité », avait déclaré à l’époque le maire d’Umm al-Fahm, Samir Mahameed.

Un homme passe devant un panneau publicitaire avec une affiche du ministère israélien de la Santé qui demande en arabe aux gens de porter un masque comme méthode de prévention de la COVID-19 dans le quartier arabe de Sheikh Jarrah à Jérusalem-Est, le 8 octobre 2020. (Ahmad GHARABLI / AFP)

Badir et le conseil municipal de Kafr Qassem ont annoncé publiquement qu’ils boycottaient les mariages et ont demandé aux habitants de la ville de faire de même. Le chef du conseil local druze, Wajih Suleiman, a informé ses électeurs qu’il assisterait au mariage de sa fille par l’intermédiaire de Zoom, disant qu’il ne pouvait pas, en bonne conscience, y assister en personne.

« Il ne s’agit pas seulement de ‘nous n’y allons pas’. C’était ‘nous boycottons ces événements’. Il y a une différence. Le boycott des mariages a montré aux gens combien ces événements sont horriblement destructeurs », a déclaré Sayyed Abdel Wahed Issa, qui dirige le Comité populaire de Kafr Qassem, une coalition d’activistes locaux et d’organisations à but non lucratif.

Selon Issa, le Comité populaire et la municipalité appelleraient personnellement les résidents dont ils ont appris qu’ils organisaient des mariages pour leur parler des restrictions et les avertir des conséquences.

Les résultats se traduisent par une forte réduction des infections : alors que la ville arabe d’Al-Tira, dans le centre du pays, était en état de confinement partiel le 6 septembre, elle a enregistré 204 infections pour 10 000 habitants, soit le taux le plus élevé du pays. Au début du mois d’octobre, elle comptait 38 infections pour 10 000 habitants.

Quant aux quatre villes Haredim dont les maires se sont opposés si farouchement aux restrictions en septembre dernier ? Leurs chiffres ont connu une hausse spectaculaire : en moyenne, 23 % des tests de dépistage du coronavirus dans ces villes sont revenus positifs au cours de la semaine dernière. Dans l’ensemble, les tests positifs dans le secteur ultra-orthodoxe sont environ trois fois plus nombreux que la moyenne nationale.

Un besoin de prudence

Ce contraste saisissant peut être attribué en partie au fait que la grande saison des mariages arabes s’est terminée alors même que les fêtes juives commençaient. Le nombre de tests parmi les Arabes israéliens a également diminué, ce qui signifie que de nombreux cas de coronavirus pourraient se cacher dans la communauté.

Des fidèles musulmanes portant des masques faciaux font la prière de l’Aïd al-Adha dans un parc, car les mosquées sont limitées à dix personnes suite aux mesures prises par le gouvernement pour aider à stopper la propagation du coronavirus, dans la ville mixte arabo-juive de Jaffa, près de Tel Aviv, en Israël, le vendredi 31 juillet 2020. (AP Photo/Oded Balilty)

« Le nombre de tests délivrés dans le secteur arabe a chuté de manière drastique. Si le mois dernier encore, nous avons vu 50 000, 60 000 tests par semaine, maintenant nous en voyons moins de la moitié – environ 23 000 par semaine », a déclaré Ahmad al-Sheikh, directeur de la Galilee Society, la plus grande organisation arabe israélienne à but non lucratif qui se concentre sur la fourniture de services de santé dans le pays.

Al-Sheikh a souligné que, malgré cette baisse générale, l’ensemble dispersé de villes arabes du nord – comme les villages de Majd al-Krum et Deir al-Asad – connaissaient encore des épidémies relativement graves.

« Nous devons être prudents, car il n’est pas encore tout à fait clair si la baisse que nous constatons est due à la diminution des tests ou à une réelle fin de la propagation du virus », a averti Hakim, un directeur d’hôpital.

Mais malgré la baisse des tests, même les anciens foyers de virus dans le secteur arabe enregistrent un taux de tests positifs beaucoup plus faible – un indicateur clé pour savoir si le virus se propage ou non sans être détecté. Selon Ayman Seif, responsable adjoint de la lutte contre le coronavirus dans les communautés arabes, au plus fort de la deuxième vague, environ 15-16 % des Arabes israéliens testés étaient considérés comme porteurs du virus. Ce chiffre est tombé à environ 7 %, soit un peu mieux que la moyenne nationale.

La police à un « point de contrôle » temporaire dans la ville arabe de Deir al-Asad, dans le nord du pays, le 18 avril 2020, suite à la décision du gouvernement de boucler complètement la ville. (Basel Awidat/Flash90)

Le prix du confinement

Malgré le succès apparent du confinement, tant à Kafr Qassem qu’ailleurs, les Arabes israéliens ont payé un lourd tribut économique. S’ils travaillent de façon disproportionnée dans le secteur des services – dont une petite partie est considérée comme des activités essentielles –, beaucoup d’autres possèdent de petites entreprises et ont donc été obligés de recourir à des congés.

Les jeunes diplômés de l’enseignement secondaire qui se retrouvent soudainement au chômage sont pris dans un vide. L’assurance chômage israélienne commence à l’âge de 20 ans, lorsque de nombreux Israéliens juifs commencent à quitter l’armée. Les Arabes israéliens âgés de 18 à 20 ans, dont la plupart ne servent pas dans l’armée israélienne, ne sont pas assez âgés pour toucher des allocations chômage.

À Kafr Qassem – comme dans de nombreuses autres « villes rouges » arabes – les entreprises jugées non essentielles ont fermé une semaine avant celles du reste du pays.

« Nos entreprises souffraient déjà avant le reste du pays », a déclaré M. Issa. « De plus, les clients de l’extérieur avaient peur de venir, car nous avions été étiquetés ‘ville rouge’, et craignaient de contracter le coronavirus, avant même le début du couvre-feu nocturne. »

Pour Nur Sarsour, qui possède un petit magasin de vêtements à Kafr Qassem, le seul point positif de ces derniers mois a été la fête du Ramadan en juillet, lorsque de nombreux musulmans s’achetaient mutuellement des vêtements comme cadeaux de fin d’année.

« Dieu a eu pitié de nous avec les fêtes. Personne ne voyageait – ni à l’étranger, ni en Cisjordanie. Les gens restaient chez eux et achetaient tout ce qu’ils trouvaient en ville. Cela nous a permis de compenser une partie de nos pertes », a-t-elle déclaré.

Depuis, le confinement a effacé une grande partie de ce que Sarsour a réussi à sauver. Elle explique qu’elle soutient les restrictions mais s’inquiète pour l’avenir de son entreprise.

« Beaucoup d’entreprises ont fermé. Je connais des gens qui ont été obligés de recourir au marché noir et de contracter des emprunts. Ils devront rembourser dans deux mois environ. Avec quoi vont-ils rembourser ? », dit-elle.

Badir et Kantz ont tous deux souligné que Kafr Qassem était prêt à lentement sortir du confinement et à commencer à rouvrir l’économie – même si certaines parties du reste du pays ne le font pas.

« Je suis absolument favorable à un confinement différentiel. L’approbation des citoyens pour un confinement général est bien moindre. Il serait bien mieux que je puisse dire aux résidents : ‘Si vous suivez les règles, nous pouvons ouvrir l’économie ; si vous suivez les règles, les écoles seront ouvertes. Si vous ne le faites pas, nous serons une ville rouge et tout fermera' », a déclaré M. Kantz.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...