Commission électorale : Débat animé sur la disqualification de l’extrême droite
Rechercher

Commission électorale : Débat animé sur la disqualification de l’extrême droite

Au lendemain de la recommandation du procureur général d'interdire à Michael Ben-Ari, chef d'Otzma Yehudit, de se présenter, la Knesset a été le théâtre de fortes disputes

Des membres du parti extrémiste Otzma Yehudit, le président Michael Ben-Ari, (à gauche), et le numéro deux Itamar Ben Gvir, (à droite), assistent à une réunion de la commission centrale électorale le 6 mars 2019 pour discuter des appels demandant la destitution de Ben-Ari aux élections à la Knesset en avril. (Noam Revkin Fenton/Flash90)
Des membres du parti extrémiste Otzma Yehudit, le président Michael Ben-Ari, (à gauche), et le numéro deux Itamar Ben Gvir, (à droite), assistent à une réunion de la commission centrale électorale le 6 mars 2019 pour discuter des appels demandant la destitution de Ben-Ari aux élections à la Knesset en avril. (Noam Revkin Fenton/Flash90)

Les responsables des élections ont débattu mercredi de la question de savoir s’il fallait exclure de la Knesset Michael Ben-Ari, le candidat du parti extrémiste Otzma Yehudit, un jour après que le procureur général Avichai Mandelblit a soutenu une requête contre la candidature de Ben-Ari.

Le débat lors d’une réunion de la commission centrale électorale à la Knesset s’est rapidement enflammé, un membre d’Otzma Yehudit menaçant de porter plainte pour diffamation contre deux députés du Parti travailliste et un affrontement entre le même député d’Otzma Yehudit et un député arabe du parti Meretz.

Ben-Ari est cinquième sur la liste de l’Union des partis de droite, qui est l’alliance entre HaBayit HaYehudi, Union nationale et Otzma Yehudit (puissance juive). Dans un avis juridique rédigé en réponse à l’une des nombreuses requêtes déposées contre la liste de l’extrême droite, Mandelblit a fait une distinction entre Ben-Ari et Itamar Ben Gvir, le numéro deux du parti, avocat-activiste, recommandant d’accepter la candidature de ce dernier.

Mais c’est Ben Gvir qui était  l’origine du grabuge mercredi. Il a accusé les députées travaillistes Stav Shaffir et Michal Biran d’être « allées partout en nous traitant de nazis » et a menacé Shaffir en séance de la commission d’une plainte en diffamation pour un montant de 500 000 shekels de dommages-intérêts. Ben Gvir a déclaré qu’il avait déposé la plainte mercredi devant le tribunal de première instance de Jérusalem.

Itamar Ben Gvir du parti extrémiste Otzma Yehudit (à droite) interpelle Stav Shafir (à gauche), membre du Parti travailliste, à la commission centrale électorale pour les élections de la 21e Knesset, le 6 mars 2019. (Noam Revkin Fenton/Flash90)

En tant qu’avocat, Ben Gvir a pour habitude de défendre les Israéliens juifs accusés d’attaques terroristes contre des Arabes.

Shaffir est restée impassible. « Les disciples de Kahane ont l’habitude de faire des menaces, mais cette fois ça ne marchera pas. Ils ne peuvent pas me menacer, et ils ne menaceront plus les citoyens d’Israël plus longtemps. Nous veillerons à chasser ces racistes violents et provocateurs, héritiers de l’héritage de Kahane, que le Likud a également comparé aux lois nazies (pureté raciale), du Parlement du seul État du peuple juif », a-t-elle déclaré.

Ben Gvir s’est également livré à un rude combat avec le député du Meretz, Issawi Freij, qui l’a qualifié de raciste. Ben Gvir rétorqua : « Vous vous croyez sur le [Mavi] Marmara ? », le navire qui a dirigé une flottille turque en 2010 qui cherchait à briser le blocus naval dans la bande de Gaza. Lorsque les commandos de Tsahal sont montés à bord du navire, des militants les ont violemment attaqués et en ont blessé 10 d’entre eux, dont un grièvement. Neuf passagers activistes ont été tués dans cette lutte et l’un d’eux est mort des suites de ses blessures des années plus tard.

Le député du Meretz, Issawi Freij, (à gauche), s’en prend au député du Likud David Bitan, (à droite), en marge de la réunion de la commission centrale électorale à la Knesset le 6 mars 2019 concernant la candidature à la Knesset du parti extrémiste Otzma Yehudit. La présidente de Meretz, la députée Tamar Zandberg, est au centre.

A l’extérieur de la salle de la commission, Freij a crié à Ben Gvir et à d’autres qui se tenaient à proximité : « En tant qu’Arabe, je dois tolérer ce raciste ? En tant que Juifs, vous devriez avoir honte ! Je me bats pour mon existence dans ce pays ».

Il s’est tourné vers le député Likud David Bitan, en accusant : « Vous faites entrer à la Knesset sur un tapis rouge des partisans du transfert ! Ce genre de racisme a engendré la Shoah ». Le « transfert » est une politique d’expulsion des Arabes d’Israël, préconisée par certains à droite.

Pour justifier la disqualification de Ben-Ari, Mandelblit a expliqué mardi que sa décision s’appuyait en grande partie sur les récentes déclarations publiques du candidat, dont certaines ont été publiées sur la page Facebook d’Otzma Yehudit.

Selon le procureur général, les citations indiquent clairement que Ben-Ari incite à la haine de manière extrême et illégale contre les populations arabes et d’autres minorités d’Israël. Parmi les déclarations soulignées par Mandelblit, il y en a une d’août 2018 dans laquelle Ben-Ari déclare : « Nous devons changer la règle concernant quiconque ose parler contre un Juif. [Une telle personne] est un homme mort. Il ne doit pas s’en sortir vivant. On ne l’expulse pas, on ne le déchoit pas de sa citoyenneté. Il ne doit plus vivre ! Un peloton d’exécution doit l’éliminer, c’est ce que comprennent les Arabes ».

Dans un discours de novembre 2017, également cité par le procureur général, Ben-Ari a dit des Palestiniens : « On leur donne 10 000 hectares de plus [pensant] peut-être qu’ils nous aimeront. A la fin, oui, ils nous aiment – égorgés… Rabbi Kahane nous a appris qu’il n’y a pas de coexistence avec eux ».

Le candidat d’Otzma Yehudit, Itamar Ben Gvir, tente de remettre à la députée travailliste Stav Shaffir un avis de poursuite en diffamation contre elle pour avoir prétendument qualifié son parti de « nazi » lors d’une réunion de la commission centrale électorale à la Knesset, le 6 mars 2019. (Noam Revkin Fenton/Flash90)

Les dirigeants d’Otzma Yehudit tentent également de restreindre les fréquentations, les relations sexuelles et le mariage entre Arabes et Juifs, entre autres mesures.

Mercredi, Ben-Ari a qualifié le procureur général de « politisé et dominateur », a qualifié son avis de mardi de « bâclé » et a déclaré qu’il avait « sorti mes propos de leur contexte ».

Il n’a pas précisé quelle partie de ses propos a été sortie de son contexte, mais il a dit qu’il était injustement visé par la censure alors que les députés arabes ne le sont pas.

La députée Hanin Zoabi, du parti Balad « qui était à bord du Marmara a été approuvée deux fois [à la Knesset sous la responsabilité de Mandelblit], mais je suis un danger pour l’Etat ? » a demandé Ben-Ari lors d’une interview à la radio de l’armée mercredi matin.

Le procureur général Avichai Mandelblit prend la parole lors d’une conférence à la Bibliothèque nationale de Jérusalem, le 6 juin 2018. (Hadas Parush/Flash90)

La commission centrale électorale, composée d’une trentaine de représentants des factions existantes de la Knesset et présidée par un juge de la Cour suprême, ne devrait pas disqualifier Ben-Ari.

Les partis Yisrael Beytenu et HaYamin HaHadash ont annoncé qu’ils voteraient contre la disqualification, tandis que Koulanou a déclaré qu’il ne participerait pas au vote, ce qui laisse peu probable qu’il y ait une majorité pour révoquer Ben-Ari. Le Likud, dont le dirigeant, le Premier ministre Benjamin Netanyahu, a orchestré l’union entre HaBayit HaYehudi et Otzma Yehudit pour que les deux factions de droite entrent à la Knesset, est également peu susceptible de voter contre Ben-Ari, à ce stade.

« Tant que Balad [le parti nationaliste palestinien] ne sera pas disqualifié, vous ne pourrez pas les disqualifier », a déclaré Yisrael Beytenu mercredi dans un communiqué.

HaYamin HaHadash, qui a ouvertement critiqué Otzma Yehudit pour son rejet d’un « Israël juif et démocratique », a néanmoins défendu la candidature de Ben-Ari mercredi, affirmant que la disqualification de groupes juifs même extrémistes sans la disqualification de ce que HaYamin HaHadash considère comme les équivalents arabes était pure « hypocrisie ».

La question n’est pas la candidature d’Otzma Yehudit à la Knesset, mais celle de Ben-Ari en particulier. Si Ben-Ari est disqualifié, le prochain candidat d’Otzma Yehudit, Itamar Ben Gvir, est placé au septième rang sur la liste de l’Union des partis de droite, ce qui pourrait permettre à Otzma Yehudit d’être néanmoins représenté à la Knesset.

Des partis sont enregistrés à la commission centrale électorale de la Knesset, où les partis politiques qui se présentent aux prochaines élections israéliennes arrivent pour présenter leurs listes de partis, le 21 février 2019. (Yonatan Sindel/Flash90)

Otzma Yehudit devrait rompre avec l’Union des partis de droite après les élections et former sa propre faction à la Knesset. Mais il faut qu’il y ait au moins un candidat au Parlement pour le faire.

La décision de la commission électorale peut faire l’objet d’un recours devant la Cour suprême de justice. La Cour suprême a statué à de nombreuses reprises que le droit de se présenter aux élections est un droit fondamental et n’a disqualifié des candidats qu’à de très rares occasions.

L’exclusion du chef spirituel de Ben-Ari, feu le rabbin Meir Kahane, dans les années 1980, a été confirmée par le tribunal au motif qu’il prônait ouvertement le racisme et la violence, qui sont illégaux selon la loi électorale israélienne.

En ce qui concerne Ben Gvir, le candidat n°2 d’Otzma Yehudit, M. Mandelblit a écrit que si les preuves contre lui d’incitation étaient « extrêmement dérangeantes », cela ne suffisait pas pour recommander qu’il soit également disqualifié.

Les dirigeants d’Otzma Yehudit se sont présentés comme de fiers disciples de Kahane. Le parti soutient l’encouragement à l’émigration des non-juifs d’Israël et l’expulsion des Palestiniens et des Arabes israéliens qui refusent de déclarer leur loyauté envers Israël et d’accepter un statut inférieur dans un État juif plus grand, dont la souveraineté s’étend sur toute la Cisjordanie.

L’union de la faction avec HaBayit HaYehudi a été orchestrée par Netanyahu afin d’éviter la perte de voix si les partis individuels ne franchissaient pas le seuil de 3,25 % fixé par la Knesset. Cependant, le spectre d’Otzma Yehudit qui pourrait obtenir un siège à la Knesset a suscité les critiques des députés israéliens et des principales organisations juives dans le monde.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...