Rechercher

Conditions de détention : Ben Gvir suspend son soutien à la coalition

La décision du ministre d'extrême droite n'aura que peu d'impact jusqu'à ce que la Knesset revienne pour la session d'hiver

Le ministre de la Sécurité intérieure, Itamar Ben Gvir, lors d'un événement organisé par la police, à Jérusalem, le 17 août 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le ministre de la Sécurité intérieure, Itamar Ben Gvir, lors d'un événement organisé par la police, à Jérusalem, le 17 août 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, a déclaré mercredi que son parti d’extrême droite, Otzma Yehudit, ne voterait pas avec la coalition tant que le gouvernement n’aurait pas mis en œuvre sa demande de limiter les droits de visite des prisonniers de sécurité palestiniens.

Ben Gvir a informé le Premier ministre Benjamin Netanyahu du boycott d’Otzma Yehudit, au lendemain d’une annonce, par le bureau du Premier ministre précisant qu’aucun changement imminent ne serait apporté aux droits et avantages des prisonniers palestiniens, allant ainsi à l’encontre de Ben Gvir, qui avait affirmé que son autorité prévalait sur celle du Premier ministre sur cette question.

Le boycott d’Otzma Yehudit est venu s’ajouter aux tensions au sein de la coalition sur la réforme judiciaire, la livraison de véhicules blindés à l’Autorité palestinienne, entre autres.

Le refus de Ben Gvir de coopérer avec la coalition aura peu d’impact immédiat, car la Knesset est actuellement en vacances. La session d’hiver commencera après les fêtes du Nouvel An juif, le 15 octobre.

Otzma Yehudit a, à plusieurs reprises boycotté le gouvernement, ou menacé de le faire, afin de faire valoir ses exigences les plus strictes depuis que la coalition a pris le pouvoir à la fin de l’année dernière.

Ben Gvir a informé Netanyahu de son boycott après avoir porté un toast lors d’un événement organisé avant la fête de Rosh HaShana pour les législateurs de la coalition à Jérusalem, ont rapporté les médias israéliens.

Lors d’une réunion de faction plus tôt dans la journée de mercredi, Ben Gvir a déclaré que son parti « a fait une demande intransigeante pour réformer de manière significative les conditions de détention des terroristes ».

« Cela est conforme au rôle et à l’autorité du ministre de la Sécurité nationale. Il s’agit d’une demande fondamentale d’Otzma Yehudit », a déclaré Ben Gvir, qui s’est insurgé à plusieurs reprises contre les conditions de détention des prisonniers de sécurité palestiniens et a pris des mesures pour les rendre plus inconfortables.

Depuis quelques semaines, Ben Gvir tente de convaincre Netanyahu de l’autoriser à réduire la fréquence des droits de visite des familles des prisonniers d’une fois par mois à une fois tous les deux mois.

Netanyahu s’opposerait catégoriquement à cette mesure, car les chefs des services de sécurité craignent que de telles restrictions n’entraînent une escalade de la violence palestinienne à l’approche des fêtes de fin d’année. Les prisonniers ont déjà menacé d’entamer une grève de la faim si une telle décision était mise en œuvre.

Dans un communiqué publié mardi, le bureau du Premier ministre a indiqué qu’à la suite d’une « évaluation de la situation » par le cabinet de sécurité, il avait été décidé de tenir une nouvelle discussion en octobre sur les prisonniers détenus pour des infractions à la sécurité, et qu' »il n’y aura pas de changement tant que cette discussion n’aura pas eu lieu ».

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu présidant une réunion du cabinet, à Jérusalem, le 27 août 2023. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)

Les législateurs d’extrême droite sont également en désaccord avec le gouvernement au sujet d’équipements militaires qui auraient été transférés des États-Unis à l’Autorité palestinienne via la Jordanie, avec le consentement d’Israël.

Le ministre de la Défense, Yoav Gallant, et Netanyahu ont démenti ce transfert d’armes, mais Netanyahu a confirmé qu’Israël avait approuvé la livraison de plusieurs véhicules blindés. Israël et l’Autorité palestinienne coopèrent en matière de sécurité en Cisjordanie.

Ben Gvir s’est opposé à Gallant, un modéré du Likud, le parti de Netanyahu, au sujet du transfert, a rapporté la Treizième chaîne mercredi.

Gallant, favorable à ce transfert, a reproché à Ben Gvir de « parler par ignorance », selon le reportage.

« Les véhicules blindés ne sont pas offensifs. Ils ne sont pas mortels. Ils ne reçoivent et ne recevront rien de meurtrier », a déclaré Gallant.

Le président du Conseil national de sécurité, Tzachi Hanegbi, a également soutenu le transfert : « Comment voulez-vous que l’Autorité palestinienne combatte le terrorisme si elle ne reçoit pas d’équipement ? »

Suite à ce différend, de hauts responsables du gouvernement ont déclaré à la Treizième chaîne que « les personnalités extrémistes ne comprennent pas que le dialogue avec l’Autorité palestinienne est dans l’intérêt de la sécurité d’Israël ».

Le ministre des Finances Bezalel Smotrich dirigeant une réunion de sa faction HaTzionout HaDatit, à la Knesset, à Jérusalem, le 17 juillet 2023. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)

Le ministre des Finances, Bezalel Smotrich, s’est également moqué de Netanyahu pour l’envoi de matériel à l’Autorité palestinienne. Lui et Ben Gvir ont affirmé que cette démarche avait été faite à leur insu et ont accusé Netanyahu de comploter pour jeter les bases d’un gouvernement alternatif avec Benny Gantz, le chef du parti d’opposition HaMahane HaMamlahti.

Citant des sources palestiniennes bien informées, le quotidien palestinien Al Quds, basé à Jérusalem, a déclaré lundi que la livraison avait été approuvée par Israël et facilitée par la Jordanie et qu’elle serait utilisée par plusieurs branches des forces de sécurité de l’Autorité palestinienne pour reprendre le contrôle des zones de Cisjordanie qui sont devenues des foyers d’activité terroriste.

Le reportage a été repris mercredi par la radio de l’armée, provoquant une réaction furieuse de Smotrich et de Ben Gvir.

Un communiqué du bureau de Smotrich a déclaré que le ministre des Finances, Ben Gvir, avait été informé de la décision de l’Autorité palestinienne.

Une déclaration du bureau de Smotrich a indiqué que le ministre des Finances « n’était pas au courant d’une telle démarche et qu’il brûlait de colère ».

Ben Gvir a été plus direct.

« M. le Premier ministre, si vous ne déclarez pas de votre propre voix que les informations concernant le transfert d’armes aux terroristes de l’Autorité palestinienne sont fausses, il y aura des conséquences », a-t-il déclaré.

Netanyahu a déclaré que le gouvernement s’était simplement conformé à une décision prise en janvier 2022 par le gouvernement précédent, lorsque Gantz était ministre de la Défense, d’autoriser l’envoi de plusieurs véhicules blindés à l’Autorité palestinienne pour remplacer des véhicules plus anciens.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.