Condoléances de Rivlin à la famille de Mireille Knoll
Rechercher

Condoléances de Rivlin à la famille de Mireille Knoll

Dans un courrier envoyé à la famille de la rescapée tuée à Paris, le président a exprimé son inquiétude en raison de "la hausse des attentats antisémites à travers toute l'Europe"

Le président Reuven Rivlin lors d'une cérémonie marquant un an depuis le décès de l'ancien président Shimon Peres au cimetière Mount Herzl à Jérusalem, le 14 septembre 2017. (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)
Le président Reuven Rivlin lors d'une cérémonie marquant un an depuis le décès de l'ancien président Shimon Peres au cimetière Mount Herzl à Jérusalem, le 14 septembre 2017. (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)

Le président Reuven Rivlin a envoyé vendredi une lettre à la famille de Mireille Knoll, une femme de 85 ans qui a survécu aux horreurs nazies et qui a été poignardée la semaine dernière à l’occasion d’une attaque antisémite présumée à Paris, en France.

« Au nom de tout Israël, je vous envoie nos sincères condoléances », a écrit Rivlin. « Le fait que ce terrible incident ait eu lieu simplement deux semaines avant la date où nous marquons la Journée de commémoration de l’Holocauste [14 avril] et où nous portons le deuil de ses victimes s’ajoute à notre chagrin ».

Le président a ensuite exprimé son inquiétude au sujet des « agressions antisémites qui ne cessent d’augmenter à travers l’Europe », un phénomène qu’il a lié au « soutien croissant apporté aux partis qui brandissent la bannière du racisme ».

Les procureurs ont accusé, dans le dossier préliminaire, les deux auteurs de l’assassinat d’homicide volontaire à caractère antisémite, notamment l’un de ses voisins qui, selon le fils de la victime, était régulièrement accueilli chez elle.

Les autorités n’ont pas fait connaître les noms des deux hommes en détention mais ont indiqué que le principal suspect, âgé de 29 ans, qui vivait dans le même immeuble que l’octogénaire, a déjà été condamné dans le passé.

Mireille Knoll, raflée du Vel d’Hiv’, retrouvée brûlée chez elle le 23 mars 2018 à Paris (Crédit : autorisation)

Mireille Knoll avait été contrainte à quitter Paris à l’âge de 9 ans avec sa famille pour échapper à un célèbre rassemblement de Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. Après la guerre, elle était retournée à Paris et avait passé la plus grande partie de sa vie dans l’appartement de l’est parisien où elle a été tuée, selon son fils.

Le musée du mémorial de l’Holocauste américain a vivement recommandé aux responsables français et européens de « redoubler d’efforts pour combattre la hausse de l’antisémitisme qui touche une grande partie du continent ».

Mercredi, des milliers de personnes – juives, musulmanes et politiciens à la droite et à la gauche de l’échiquier – ont participé à une marche depuis la Place de la Nation jusqu’à l’appartement incendié de Knoll, où elle a été tué. Cet hommage a été l’un parmi de nombreux autres qui ont eu lieu dans la journée dans des villes de toute la France pour honorer Knoll et dénoncer le racisme.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...