Rechercher

Confusion quand l’armée annonce une incursion terrestre avant de se rétracter

L'armée israélienne aurait induit en erreur les médias étrangers en laissant croire qu'elle avait lancé une opération lors de son bombardement à grande échelle du nord de Gaza

Une unité d'artillerie de Tsahal à la frontière Israël-Gaza, dans le sud d'Israël, le 13 mai 2021. (Gili Yaari / Flash90)
Une unité d'artillerie de Tsahal à la frontière Israël-Gaza, dans le sud d'Israël, le 13 mai 2021. (Gili Yaari / Flash90)

L’armée israélienne aurait induit en erreur les médias étrangers en laissant croire qu’elle avait lancé une offensive terrestre dans la bande de Gaza lors de son bombardement à grande échelle du nord de Gaza.

Dans sa déclaration initiale en anglais, l’armée a formulé de manière ambiguë l’endroit où se trouvaient ses forces terrestres pendant l’attaque, en disant que « les troupes aériennes et terrestres de Tsahal attaquent actuellement dans la bande de Gaza ».

Sollicité pour clarifier la question, s’il y avait eu une invasion terrestre, le porte-parole anglophone de l’armée, Jonathan Conricus, a répondu : « Oui. Comme il est écrit dans la déclaration. En effet, les forces terrestres attaquent à Gaza. C’est-à-dire qu’elles sont dans la bande de Gaza ».

Bien que cela soit techniquement correct, puisque certaines troupes étaient positionnées dans une enclave techniquement située dans le territoire de Gaza – mais à toutes fins utiles sous contrôle israélien – un tel placement ne représente pas véritablement une « incursion terrestre. »

Une déclaration en anglais et les commentaires d’un porte-parole, affirmant qu’il y avait bien des forces terrestres dans la bande de Gaza, ont conduit de nombreux organes de presse étrangers à rapporter qu’Israël avait lancé une offensive terrestre.

Si les médias israéliens ont rapidement clarifié qu’il n’était pas question d’une offensive terrestre dans l’enclave palestinienne, mais des tirs depuis des chars au sol, les médias étrangers semblent avoir reçu des informations confuses.

Cela a conduit à la diffusion de fausses informations dans le monde entier, notamment Le Monde, le New York Times et le Washington Post, The Guardian, La Repubblica, qui ont clairement annoncé qu’Israël avait lancé une campagne terrestre dans la bande de Gaza, ce qui n’est pas le cas à 12h45 vendredi.

L’armée israélienne a précisé qu’il n’y a actuellement aucune troupe terrestre dans la bande de Gaza.

Le porte-parole de l’armée israélienne Hadi Zilberman (Crédit : Armée israélienne)

« Clarification : Il n’y a actuellement aucune troupe terrestre de Tsahal à l’intérieur de la bande de Gaza. Les forces aériennes et terrestres de Tsahal effectuent des frappes sur des cibles dans la bande de Gaza », a ultérieurement clarifié l’armée.

Le porte-parole de l’armée a évoqué un « problème de communication en interne » pour expliquer la situation.

Selon Ynet, Hidai Zilberman, porte-parole militaire, a assuré que la confusion n’était pas délibérée et qu’une enquête serait menée sur la formulation si nécessaire.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...