Congrès US : la majorité des démocrates refuse tout plan de paix sans 2 États
Rechercher

Congrès US : la majorité des démocrates refuse tout plan de paix sans 2 États

Une résolution non contraignante sur le plan de paix Trump dit que de ne pas proposer explicitement une solution à deux États "tue en douceur la paix et la met hors de portée"

La présidente de la Chambre, Nancy Pelosi, de Californie (à gauche), pose lors d'une cérémonie de prestation de serment avec le représentant démocrate de Californie Alan Lowenthal, (à droite), au Capitole, le jeudi 3 janvier 2019, à Washington, pendant la session inaugurale du 116e Congrès. (AP Photo/Alex Brandon)
La présidente de la Chambre, Nancy Pelosi, de Californie (à gauche), pose lors d'une cérémonie de prestation de serment avec le représentant démocrate de Californie Alan Lowenthal, (à droite), au Capitole, le jeudi 3 janvier 2019, à Washington, pendant la session inaugurale du 116e Congrès. (AP Photo/Alex Brandon)

WASHINGTON (JTA) – Plus de la moitié des démocrates de la Chambre des représentants des États-Unis affirment qu’un plan de paix qui ne prévoit pas expressément deux États comme résultat menacerait les perspectives de la paix.

La résolution, une brèche dans les politiques de paix de l’administration Trump, a été parrainée par J Street, le groupe de pression libéral de gauche pour la politique au Moyen Orient. Ne pas mentionner deux Etats dans un accord « éloignerait davantage une issue unpacifique au conflit ».

La résolution non contraignante, qui a recueilli jusqu’à présent 123 parrainages sur 235 membres au sein du caucus démocrate, fait référence au plan de paix non encore dévoilé à ce jour élaboré par Jared Kushner, gendre du président Donald Trump et conseiller principal. Kushner n’a pas retenu l’idée d’un état palestinien comme résultat, mais il a aussi déclaré que la formulation n’était d’aucune utilité.

La résolution, présentée le mois dernier par le représentant Alan Lowenthal, (démocrate de Californie), qui est juif, appelle à « une solution à deux Etats qui soit cohérente avec les positions consensuelles largement partagées pour résoudre les questions du statut final du conflit telles que reflétées dans les propositions américaines précédentes ».

L’administration américaine et Bahreïn ont annoncé à la mi-mai qu’ils organiseront un atelier économique à Manama, capitale du Bahreïn, les 25 et 26 juin, qui portera sur les aspects économiques du plan.

Le reste de l’accord a été retardé car Israël se dirige à nouveau vers des élections en septembre.

Les Palestiniens l’ont déjà rejeté, affirmant que l’administration Trump favorise Israël et n’est pas un intermédiaire impartial.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...