Conscription des haredim : affrontements police/ultra-orthodoxes à Jérusalem
Rechercher

Conscription des haredim : affrontements police/ultra-orthodoxes à Jérusalem

Au moins 30 personnes arrêtées lors de la dispersion d'une manifestation bloquant la circulation et le tramway à une intersection importante à l'entrée de la capitale

Affrontements entre Juifs ultra-orthodoxes et policiers lors d'une manifestation contre le projet de conscription de l'armée à Jérusalem, le 28 novembre 2018. (Noam Revkin Fenton/Flash90)
Affrontements entre Juifs ultra-orthodoxes et policiers lors d'une manifestation contre le projet de conscription de l'armée à Jérusalem, le 28 novembre 2018. (Noam Revkin Fenton/Flash90)

La police de Jérusalem s’est heurtée à des centaines de manifestants ultra-orthodoxes qui ont bloqué la circulation et perturbé le service de tramway mercredi pour protester contre l’arrestation d’un déserteur de l’armée dans un séminaire religieux dans la capitale.

Les manifestants se sont assis sur la route et sur les voies ferrées à un carrefour de la rue Jaffa près de la gare routière centrale et de l’entrée principale de la ville, scandant « Plutôt mourir que d’être enrôlés ».

Selon la police, 30 personnes ont été arrêtées alors qu’elles tentaient de disperser les manifestants en déclarant que la manifestation était un rassemblement illégal.

La circulation à l’intérieur et autour de la capitale a été bloquée pendant des heures à cause de la manifestation.

Des manifestants ultra-orthodoxes bloquent le tramway de Jerusalm pour protester contre l’arrestation d’un déserteur de l’armée à Jérusalem, le 28 novembre 2018. (Noam Revkin Fenton/Flash90)

Il y a eu plusieurs protestations importantes contre le projet de conscription de l’armée israélienne par une frange extrémiste connue sous le nom de Jerusalem Faction, qui ont bloqué la circulation à Jérusalem et ailleurs ces dernières années.

Selon les médias, les dirigeants de la communauté ultra-orthodoxe ont appelé à manifester après l’arrestation par la police lors d’un contrôle de routine, lundi soir, d’Yitzhak Aryeh, un étudiant qui avait refusé d’effectuer son service militaire.

Beaucoup de membres de la communauté ultra-orthodoxe se soustraient au service militaire obligatoire qui s’applique à la plupart des Israéliens, et la communauté a toujours bénéficié d’exemptions générales de l’armée pour les étudiants qui fréquentent des séminaires religieux.

Affrontements entre la police et des manifestants ultra-orthodoxes protestant contre l’arrestation d’un déserteur à Jérusalem, le 28 novembre 2018. (Noam Revkin Fenton/Flash90)

Le dénommé « Comité pour sauver le monde de la Torah », une branche de la Faction de Jérusalem qui est le fer de lance de l’opposition à l’enrôlement des membres de la communauté dans l’armée, a publié un communiqué dans lequel elle a condamné les parlementaires ultra orthodoxes pour leur incapacité à faire suffisamment pour empêcher ce projet.

Des Juifs ultra-orthodoxes affrontent la police à Jérusalem, le 28 novembre 2018. (Noam Revkin Fenton/Flash90)

« Alors qu’il y a des gens assis à la Knesset qui se disent les représentants du public ultra-orthodoxe tout en promulguant des lois de destruction et de dévastation du monde de la Torah, il y a des étudiants de yeshiva qui pleurent dans les prisons militaires, dont le seul péché est de refuser de participer au méprisable commerce des âmes », peut-on lire dans le communiqué. « Le public ultra-orthodoxe se battra pour les vrais soldats héroïques, qui protègent les saintes yeshivot avec leurs corps et leurs âmes ».

Le gouvernement a demandé mardi à la Cour suprême de justice de prolonger de quatre mois le délai fixé par la cour pour l’adoption d’une nouvelle loi réglementant l’enrôlement des hommes ultra-orthodoxes dans l’armée.

Des manifestants ultra-orthodoxes bloquent une route alors qu’ils protestent contre l’arrestation d’un déserteur de l’armée à Jérusalem, le 28 novembre 2018. (Aharon Krohn/Flash90)

La demande de report est intervenue après la démission d’Avigdor Liberman de son poste de ministre de la Défense au début du mois, qui a fait sortir son parti Yisrael Beytenu du gouvernement et laissé la coalition avec la majorité minimum de 61 sièges sur les 120 que compte la Knesset.

M. Liberman s’est prononcé en faveur d’un projet de loi rédigé par le ministère de la Défense fixant des objectifs annuels minimaux pour la conscription ultra-orthodoxe qui, s’ils n’étaient pas atteints, entraîneraient des sanctions financières pour les yeshivot, ou séminaires rabbiniques, où ils étudient. En même temps, il officialiserait également les exemptions pour la grande majorité des étudiants de la yeshiva.

En septembre dernier, la Cour suprême a statué qu’une version 2015 du projet de loi israélien accordant à la plupart des étudiants de yeshiva des exemptions de service militaire était inconstitutionnelle et a donné aux législateurs un an pour instituer de nouvelles directives pour le recrutement des ultra-orthodoxes.

Le tribunal a ensuite donné au gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu jusqu’au 2 décembre pour adopter une version amendée du projet de loi régissant l’enrôlement. Si la nouvelle loi n’est pas votée, le règlement d’exemption actuel expirera avec la date limite, et des milliers d’étudiants de yeshiva se retrouveront dans l’impossibilité de renouveler leur exemption, les rendant éligibles pour être enrôlés par l’armée.

Le Conseil des sages de la Torah d’Agudath Yisrael, un organisme rabbinique qui prend beaucoup de décisions pour l’une des deux factions qui composent le parti ultra-orthodoxe Yahadout HaTorah, devait se réunir mercredi afin de décider s’il fallait quitter le gouvernement et déclencher des élections anticipées, si la loi était adoptée.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...