Conseil de l’Europe: la création d’un groupe d’extrême droite refusée
Rechercher

Conseil de l’Europe: la création d’un groupe d’extrême droite refusée

L'Assemblée parlementaire a refusé un groupe rassemblant des parlementaires bulgares, tchèques, estoniens, allemands de l'AfD, autrichiens du FPO et italiens de la Ligue

Assemblée plénière du Conseil de l'Europe (Crédit : Wikipédia
Assemblée plénière du Conseil de l'Europe (Crédit : Wikipédia

La création d’un groupe politique rassemblant des parlementaires de partis d’extrême droite européens à l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE) a été refusée jeudi par le bureau de cette assemblée.

« Le Bureau de l’Assemblée a aujourd’hui décidé de ne pas reconnaître la formation du nouveau groupe politique des Nouveaux Démocrates Européens/Europe des Nations et des Libertés (NDE/ENL) », a indiqué l’APCE sur son compte Twitter.

Une demande avait été déposée en début d’année pour créer ce groupe dénommé « New European Democrats/Europe of Nations and Freedom », mais celle-ci devait être validée par le bureau de l’APCE, qui, à plusieurs reprises, n’avait pas réussi à prendre une décision.

Présidé par l’Autrichien Martin Graf, du parti autrichien d’extrême droite FPÖ, ce groupe voulait rassembler des parlementaires autrichiens du FPÖ, bulgares, tchèques, estoniens, allemands de l’AfD et italiens de la Ligue.

« Le Conseil de l’Europe a été fondé pour protéger la démocratie, les droits de l’Homme et l’état de droit. Le FPÖ, l’AfD et la Ligue veulent détruire la démocratie et l’état de droit et refuser aux hommes leurs droits fondamentaux. Beaucoup de leurs membres sont racistes, antisémites et islamophobes, ce qui va fondamentalement à l’encontre de l’organisation », a réagi Frank Schwabe, député allemand social-démocrate et membre du bureau de l’APCE.

Dénuée de pouvoirs contraignants, l’APCE rassemble plus de 300 parlementaires des 47 Etats membres du Conseil de l’Europe. Siégeant quatre semaines par an en session plénière à Strasbourg, cette assemblée émet des recommandations ou demande des comptes aux gouvernements sur les droits de l’Homme ou la démocratie.

Les délégations de parlementaires de chaque pays sont choisies de manière à représenter équitablement les partis politiques. La délégation française, composée de 18 députés et sénateurs, ne compte actuellement aucun membre du parti de Marine Le Pen, le Rassemblement national (ex-FN).

L’APCE compte actuellement six groupes politiques (Parti populaire européen, « Socialistes, démocrates et verts », conservateurs, libéraux, etc.).

Un groupe politique doit avoir un nombre minimum de membres venant de différents pays, mais aussi « s’engager à respecter les valeurs défendues par le Conseil de l’Europe et, notamment, le pluralisme politique, les droits de l’Homme et la suprématie du droit », précise l’APCE sur son site internet.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...