Consternation après la démolition de la maison d’un juif qui a aidé à créer l’Irak moderne
Rechercher

Consternation après la démolition de la maison d’un juif qui a aidé à créer l’Irak moderne

Le ministère du Tourisme, des historiens et un poète dénoncent la démolition de la villa centenaire de Sir Sassoon Eskell

Sir Sassoon Eskell (au centre, avec un fez) est assis juste à côté du roi Faisal Ier d'Irak (avec une barbe noire) à Bagdad, dans les années 1920. (Crédit : WikiCommons)
Sir Sassoon Eskell (au centre, avec un fez) est assis juste à côté du roi Faisal Ier d'Irak (avec une barbe noire) à Bagdad, dans les années 1920. (Crédit : WikiCommons)

La maison centenaire du premier ministre des Finances de l’Irak, Sir Sassoon Eskell, a été détruite, même si elle devait être préservée en tant que monument historique.

La villa du 19e siècle du respecté ministre juif a été détruite pour que le site puisse être remis à un promoteur, sous l’autorité de la municipalité de Bagdad.

Un responsable du ministère irakien du Tourisme et des Antiquités a critiqué cette action, une « violation » de la loi, et plusieurs intellectuels irakiens ont dénoncé la démolition du bâtiment historique ; une indication selon eux de la corruption au sein du régime du Premier ministre Haider al-Abadi.

La participation d’Eskell, qui est né dans une famille juive aristocrate de Bagdad en 1860, a été cruciale dans la fondation des lois du gouvernement irakien et de son infrastructure financière.

Sir Sassoon Eskell, juif de Bagdad qui a été le premier ministre des Finances de l'Irak et un acteur crucial de la fondation du royaume. (Crédit : Wikipedia)
Sir Sassoon Eskell, juif de Bagdad qui a été le premier ministre des Finances de l’Irak et un acteur crucial de la fondation du royaume. (Crédit : Wikipedia)

Eskell, qui est mort en 1932, est tenu en haute estime par beaucoup dans le pays pour son patriotisme et son service pour la population.

« Vue dans le contexte de l’histoire urbaine, de l’héritage et de l’architecture de Bagdad, la démolition de la résidence de Sassoon est une catastrophe », a déclaré jeudi Adel al-Ardawi, un historien spécialiste de l’héritage irakien, selon le quotidien israélien Maariv. « Si l’état de droit était une réalité, la personne responsable pour avoir changé l’Irak avec de telles actions serait sévèrement punie. »

La villa, située sur une rue agréable du bord du fleuve, a été vendue à un promoteur qui l’a démolie pour faire de la place à un complexe d’appartements hauts de gamme, selon Maariv.

Ruines de la maison détruite de Sir Sassoon Eskell, à Bagdad, en août 2016. (Crédit : capture d'écran AlMada)
Ruines de la maison détruite de Sir Sassoon Eskell, à Bagdad, en août 2016. (Crédit : capture d’écran AlMada)

Nabil al-Rube’I, un historien irakien spécialiste de l’histoire de la communauté juive babylonienne, a déclaré au journal que « la nouvelle de la démolition a été reçue [à Bagdad] avec une grande tristesse ». Il a ajouté que « chaque intellectuel irakien, ou même juste quiconque intéressé par le passé du pays, sait qui était Yechezkel Sassoon. »

Il a ajouté ironiquement que « j’aimerais remercier notre pays, notre gouvernement et ses institutions pour avoir honoré, avec cette démolition, la grande contribution de Sassoon en tant que serviteur public dévoué qui a agi avec bonne foi et honnêteté avec les fonds publics. »

Les sites patrimoniaux de toutes sortes ont été négligés et pillés en Irak depuis le renversement en 2003 du dictateur Saddam Hussein, qui dirigeait le pays depuis 1979. Mais « c’est particulièrement vrai pour les sites juifs », a déclaré al-Rube’I.

La démolition a ému un jeune poète, Mohammed al-Rakabi, qui a écrit un poème de protestation, qu’il a partagé sur internet.

« Sassoon, ta demeure est dans nos cœurs. L’amour reste et ne meurt pas enchaîné. Serais-tu né dans un pays qui reconnaît ses fondateurs, il n’aurait pas donné le pouvoir à des ignares devenus maîtres », a-t-il écrit.

Le ministère du Tourisme a accusé la municipalité de cette destruction, que la ville aurait approuvée illégalement, selon le ministère.

Sir Sassoon Eskell, juif de Bagdad qui a été le premier ministre des Finances de l'Irak et un acteur crucial de la fondation du royaume. (Crédit : Wikipedia)
Sir Sassoon Eskell, juif de Bagdad qui a été le premier ministre des Finances de l’Irak et un acteur crucial de la fondation du royaume. (Crédit : Wikipedia)

Eskell, qui est enterré à Paris, allait à l’école de l’Alliance juive dans un Bagdad sous domination ottomane, jusqu’à ce que son père, l’avocat Ezra Sassoon, l’envoie à Istanbul pour terminer son diplôme de droit. Il parlait grec, allemand, français, latin et anglais, et était interprète pour l’administration du district de Bagdad, occupant un poste à responsabilité du service de l’administration des eaux avant son élection en 1908 au conseil municipal en tant que conseiller municipal.

Préféré par les dirigeants ottomans de l’Irak, il a terminé deux mandats avant d’être nommé conseiller spécial au ministère de l’Agriculture et du Commerce, puis, à 61 ans, ministre des Finances. Il est mort onze ans plus tard, alors qu’il était toujours président de la commission des Finances du parlement local. Sa bibliothèque privée était à un moment la plus belle d’Irak, mais elle a été pillée et la collection a été perdue après 2003.

La municipalité de Bagdad, qui a annoncé la démolition imminente il y a une semaine, a déclaré dans un communiqué de presse que ce n’était « pas un site patrimonial selon les directives du département du patrimoine. »

« La maison a été construite il y a 100 ans sur la rue Rashid, dans le centre de Bagdad, et est à présent accordée à un citoyen pour y investir », continue le communiqué, soulignant que « l’investissement est fait en accord avec la loi. »

Mais Saïd Hamza, directeur du département d’enquête des sites patrimoniaux du ministère, a accusé la municipalité de « violer la loi » en donnant la maison d’Eskell pour un investissement.

« Qui à la municipalité de Bagdad ne considère pas la maison comme un site patrimonial ? », a-t-il demandé.

Hamza a ajouté que la maison d’Eskell était composée de deux parties : l’une qui doit être attribuée au ministère des Finances, et l’autre qui devrait être rendue à son hériter, Albert Sassoon Eskell.

Eskell, qui a été fait chevalier par le roi George V en 1923, a été un personnage crucial de la fondation de l’Etat irakien en 1920, et a été cinq fois ministre des Finances du pays. Il a également été député pour Bagdad au premier Parlement du royaume, puis a été réélu sans interruption jusqu’à sa mort.

Quand Winston Churchill a convoqué la conférence du Caire en 1921 pour discuter de ce qui adviendrait de l’Irak, de la Jordanie et d’Israël, Eskell était l’un des deux Irakiens à déterminer le destin de son pays et à choisir son roi.

De droite à gauche, assis : Winston Churchill, Herbert Samuel. Au premier rang : Gertrude Bell, Sir Sassoon Eskell, le maréchal Edmund Allenby, Jafar Pasha al-Askari. Photographie prise à al Conférence du Caire, en 1921. (Crédit : Wikipedia)
De droite à gauche, assis : Winston Churchill, Herbert Samuel. Au premier rang : Gertrude Bell, Sir Sassoon Eskell, le maréchal Edmund Allenby, Jafar Pasha al-Askari. Photographie prise à al Conférence du Caire, en 1921. (Crédit : Wikipedia)

Eskell était si bien considéré pour sa rigidité financière et son honnêteté que son prénom a été transformé en verbe signifiant « rigoureux dans la comptabilité », a annoncé Assabah al-Jadeed.

La célèbre écrivain anglaise Gertrude Bell a écrit avec admiration sur la personnalité et les talents politiques d’Eskell.

« L’homme que j’aime vraiment est Sasun Eff. [Eskell]. Il est de loin l’homme le plus capable du Conseil. Un peu rigide, il a adopté le point de vue de l’avocat constitutionnel et ne permet pas vraiment d’indulgence aux conditions primitives de l’Irak, mais il est sincère et désintéressé au plus profond. Il n’a pas seulement une capacité réelle, mais aussi une grande expérience, et je me sens touchée et presque honteuse devant l’humilité avec laquelle il demande, et est guidé par, mon avis », a écrit Bell en 1920.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...