« Contre le nouvel antisémitisme »: « Tout ça me semble flou », affirme Corbière
Rechercher

« Contre le nouvel antisémitisme »: « Tout ça me semble flou », affirme Corbière

Le député de La France insoumise, qui n'avait apparemment pas lu le manifeste, signé par 300 personnalités, a pourtant réagi après sa publication

Alexis Corbière, député de La France insoumise, dans le jardin des Quatre colonnes du palais Bourbon en 2017. (Wikipedia CC BY-SA 4.0)
Alexis Corbière, député de La France insoumise, dans le jardin des Quatre colonnes du palais Bourbon en 2017. (Wikipedia CC BY-SA 4.0)

Le député de La France insoumise, Alexis Corbière, a affirmé dimanche, après la publication d’un manifeste « contre le nouvel antisémitisme » en France, que « tout ce qui participe à dénoncer l’antisémitisme est le bienvenu », regrettant cependant « des formules un peu brutales ».

« Tout ce qui participe à dénoncer l’antisémitisme est le bienvenu », a déclaré M. Corbière sur Radio J.

« Il faut dénoncer l’antisémitisme, avec Jean-Luc Mélenchon nous le faisons, clairement ».

Trois cents personnalités ont signé un manifeste, paru dans Le Parisien dimanche, « contre le nouvel antisémitisme » en France marqué par la « radicalisation islamiste », en dénonçant un « silence médiatique » et une « épuration ethnique à bas bruit » dans certains quartiers.

Alexis Corbière a jugé cette dernière formule « un peu dure, un peu forte ». « Il y a parfois des formules un peu brutales dans lesquelles je ne me reconnais pas, mais sur le fond, c’est une réalité qu’il y a parfois un racisme exacerbé, un communautarisme fort », a développé le député de Seine-Saint-Denis.

« Le terme d’“épuration ethnique”, c’est une formule choc, attention, je ne la reprendrais pas à mon compte, mais ne polémiquons pas sur la formule, il y a un mal qui est là et auquel il faut trouver une réponse », a-t-il précisé.

En ce qui concerne, « l’antisémitisme d’une partie de la gauche radicale » pointée dans le texte du manifeste, M. Corbière a affirmé là encore ne pas vouloir « polémiquer ». « Tout ça me semble flou », a-t-il jugé.

A la question de savoir s’il signerait ce manifeste, M. Corbière a botté en touche. « A ce stade je ne sais pas », « je vais le lire ».

« Je serai en première ligne pour dire non à l’antisémitisme, évidemment, il y a une pédagogie qui doit continuer à être faite là-dessus, il y a une loi qui doit être appliquée fermement vis-à-vis de tous ceux qui ont des propos antisémites », a-t-il affirmé.

« J’ai quand même l’impression, même si je comprends qu’il y a une souffrance, une inquiétude, etc., qu’il y a quand même d’un point de vue médiatique, une certaine sensibilité, généralement, pour dénoncer l’antisémitisme dans ce pays », a-t-il ajouté.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...