Contredisant Liberman, Tsahal dit ne pas savoir qui a tiré les roquettes sur le Golan
Rechercher

Contredisant Liberman, Tsahal dit ne pas savoir qui a tiré les roquettes sur le Golan

Le ministre de la Défense accuse le Hezbollah des tirs, son bureau précise qu’il s’agit de “son propre jugement”

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Avigdor Liberman, ministre de la Défense, pendant la réunion du groupe parlementaire de Yisrael Beytenu à la Knesset, le 23 octobre 2017. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
Avigdor Liberman, ministre de la Défense, pendant la réunion du groupe parlementaire de Yisrael Beytenu à la Knesset, le 23 octobre 2017. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

L’armée israélienne a indiqué lundi qu’elle ne savait pas précisément qui avait tiré cinq roquettes sur le plateau du Golan pendant le week-end, quelques heures après que le ministre de la Défense Avigdor Liberman a accusé le groupe terroriste libanais Hezbollah des tirs.

« Nous n’avons aucune information à ce sujet », a déclaré un porte-parole de l’armée au sujet de l’affirmation de Liberman sur la responsabilité du Hezbollah.

Le bureau de Liberman a ensuite précisé les propos du ministre, indiquant que son affirmation selon laquelle le Hezbollah est responsable des tirs de roquette « selon sa propre évaluation et son propre jugement. »

Pendant la réunion hebdomadaire du groupe parlementaire de Yisrael Beytenu lundi, Liberman avait affirmé que le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, avait lui-même ordonné les tirs de roquettes. Liberman avait ajouté qu’Israël tenait le régime syrien pour responsable de tous les actes se déroulant sur son territoire.

Il avait également demandé à la Russie, l’un des premiers soutiens militaires du régime d’Assad, « à restreindre le Hezbollah », et déclaré que les tirs du week-end « sont un exemple supplémentaire de la raison pour laquelle [le Hezbollah] doit être supprimé de la scène le plus vite possible. »

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...