Convention démocrate : Trump accusé d’alimenter le racisme et l’antisémitisme
Rechercher

Convention démocrate : Trump accusé d’alimenter le racisme et l’antisémitisme

Des orateurs de tous horizons du Parti démocrate s'opposent à la rhétorique du président américain contre les immigrés et à son prétendu soutien des nationalistes blancs

L'intervention du sénateur Bernie Sanders à la Convention nationale du Parti démocrate, organisée à distance, le 17 août 2020. (Capture écran : Handout/DNCC via Getty Images)
L'intervention du sénateur Bernie Sanders à la Convention nationale du Parti démocrate, organisée à distance, le 17 août 2020. (Capture écran : Handout/DNCC via Getty Images)

WASHINGTON (JTA) – Les démocrates ont lancé leur convention virtuelle avec des appels pour que le parti autrefois fracturé se rassemble et évince Donald Trump de la présidence américaine, en faisant valoir que les divisions raciales qu’il alimente sont en train de déchirer le pays.

L’un des appels à l’unité les plus pertinents lundi soir est venu de Bernie Sanders, le sénateur juif du Vermont qui était le plus sérieux rival de l’ancien vice-président américain Joe Biden lors des primaires.

Bernie Sanders, qui a bénéficié de l’un des plus longs temps de parole, a appelé ses partisans progressistes à se ranger derrière Biden, un centriste. Il a soutenu l’ancien vice-président en mars après une primaire qui a semé la discorde, mais les dirigeants du parti craignent que les partisans du sénateur du Vermont restent sceptiques à l’égard de Biden.

« Ensemble, nous devons construire une nation qui soit plus équitable, plus compatissante et plus inclusive », a déclaré M. Sanders. « Je sais que Joe Biden commencera ce combat dès le premier jour. »

Le candidat démocrate à la présidence Joe Biden s’exprime alors que sa colistière, la sénatrice Kamala Harris, démocrate de Californie, l’écoute lors d’une conférence de presse à Wilmington, dans le Delaware, le 12 août 2020. (AP/Carolyn Kaster)

Il a assuré que M. Biden allait faire progresser la protection des soins de santé, augmenter le salaire minimum et protéger les infrastructures, avant d’enchaîner sur ce qui a été un thème majeur de la soirée, les divisions raciales que les démocrates disent que M. Trump a suscité avec des politiques et des déclarations sectaires.

« Pour guérir l’âme de notre nation, Joe Biden mettra fin à la haine et à la division que Trump a créées », a commenté M. Sanders. « Il mettra fin à la diabolisation des immigrés, au dorlotement des nationalistes blancs, aux sifflements racistes des chiens, au sectarisme religieux et aux horribles attaques contre les femmes ».

La marche meurtrière des néo-nazis et des suprémacistes blancs à Charlottesville, en Virginie, en 2017, a occupé le devant de la scène. La convention – entièrement virtuelle, en raison des restrictions imposées par la pandémie de coronavirus – a commencé par un montage de troubles qui comprenait à la fois la marche de Charlottesville et les récentes manifestations de Black Lives Matter.

Illustration : des centaines de membres de la suprématie blanche et de la droite à la périphérie du parc Emancipation lors du rassemblement Unite the Right à Charlottesville, Virginie, le 12 août 2017. (Crédit : Chip Somodevilla/Getty Images/JTA)

Biden a fait de Charlottesville un élément central de sa campagne lors de son lancement en avril 2019, en disant qu’il avait décidé de se présenter principalement en raison du louvoiement de Trump qui s’en est suivi. La semaine dernière, il a annoncé avoir désigné Kamala Harris, une femme noire, comme sa colistière le jour du troisième anniversaire de cette marche.

Andrew Cuomo, le gouverneur de New York, a comparé les troubles sociaux à la pandémie et a explicitement cité la montée de l’antisémitisme comme l’un des problèmes auxquels l’Amérique est confrontée.

« Un virus attaque lorsque le corps est faible et qu’il ne peut pas se défendre », a déclaré Cuomo dans son discours. « Au cours de ces dernières années, le corps politique américain a été affaibli. Les divisions se sont aggravées : l’antisémitisme, la haine des personnes hispaniques, la ferveur anti-immigrés, le racisme à Charlottesville, où le KKK ne s’est même pas donné la peine de porter sa cagoule ».

L’intervention de Michelle Obama lors de la première soirée de la Convention nationale du Parti démocrate américain en vue des présidentielles, le 17 août 2020. (Capture écran : Democratic National Convention via AP)

Dans un autre discours de clôture de la soirée, Michelle Obama, l’ancienne première dame, a également évoqué les tensions raciales. Elle a établi un lien entre l’isolationnisme de Trump et son rejet des traités internationaux et ce qu’elle a décrit comme sa politique d’indifférence dans son pays. Elle a fait allusion à la sortie de Trump de l’accord nucléaire iranien négocié par son mari, le président américain Barack Obama, en 2015.

« Sur le plan international, nous avons tourné le dos, non seulement aux accords conclus par mon mari, mais aussi aux alliances défendues par des présidents comme Reagan et Eisenhower », a-t-elle déclaré. « Et chez nous, alors que George Floyd, Breonna Taylor et une liste interminable d’innocents de couleur continuent d’être assassinés, le simple fait que la vie d’un Noir soit importante est toujours accueilli avec dérision par la plus haute instance de la nation ».

Breonna Taylor et George Floyd ont été tués par la police ; la première à Louisville, Kentucky, en mars et le second à Minneapolis en mai. Leur mort a déclenché des protestations massives dans tout le pays contre la brutalité policière.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...