Israël en guerre - Jour 144

Rechercher

Coronavirus : Le cabinet approuve l’assignation à résidence de 500 détenus

Cette décision ne s'appliquera qu'aux résidents israéliens en fin de peine et ne concerne pas les auteurs de crimes sécuritaires et sexuels

Jacob Magid est le correspondant du Times of Israël aux États-Unis, basé à New York.

Une ambulance quitte la prison d'Ayalon à Ramle (Crédit: Yossi Aloni/Flash90)
Une ambulance quitte la prison d'Ayalon à Ramle (Crédit: Yossi Aloni/Flash90)

Le cabinet a approuvé vendredi une mesure prévoyant l’assignation à résidence de 500 détenus pendant un mois pour réduire le risque d’une propagation de la pandémie de coronavirus dans les prisons, a annoncé l’administration pénitentiaire israélienne.

Cette proposition a obtenu le feu vert, la semaine dernière, du ministre de la Sécurité intérieure Gilad Erdan sur la base de la recommandation du chef des services israéliens des prisons, Asher Vaknin.

La mesure s’applique uniquement aux résidents israéliens purgeant une peine pour des activités délictueuses, et non aux détenus emprisonnés pour crime sécuritaire, sexuel ou pour terrorisme.

Ils doivent avoir été condamnés à des peines de moins de quatre ans et avoir une libération prévue dans moins de 30 jours, a clairement établi l’administration.

Les prisonniers correspondant à ces critères seront libérés à partir de dimanche en coordination avec la police israélienne, a ajouté le service dans un communiqué.

Les prisonniers quittent la prison de Maasiyahu à Ramle le 20 décembre 2018, après que l’État a libéré 970 prisonniers des prisons dans le cadre d’une décision de la Haute Cour de justice. (Avi Dishi / Flash90)

Le 17 mars, les prisons de tout le pays ont été coupées du monde extérieur, les prisonniers se trouvant dorénavant dans l’incapacité de recevoir des visites, de rencontrer leurs avocats ou d’aller en permission, selon le service.

Le service a, pour sa part, stocké des produits alimentaires, d’hygiène et des désinfectants. Il a fait savoir qu’il s’attendait à ce que le confinement dure « pendant une période prolongée ».

Jusqu’à présent, il n’y a pas eu de cas rapportés de coronavirus dans les centres de détention. Toutefois, le 12 mars, le service israélien des prisons avait indiqué avoir placé à l’isolement 119 détenus et 25 employés en milieu carcéral au centre de détention du Complexe russe de Jérusalem après qu’une gardienne a expliqué avoir été en contact avec une personne infectée par le COVID-19.

Le service israélien des prisons gère 33 centres de détention dans tout le pays, avec environ 20 000 détenus et 9000 membres du personnel.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.