Coronavirus : Le pianiste Igor Levit donne un concert de 20 heures
Rechercher

Coronavirus : Le pianiste Igor Levit donne un concert de 20 heures

Le concert en ligne de l'artiste juif d'origine russe était "un cri silencieux" lancé, alors que le secteur de la culture est quasiment mis à l'arrêt depuis le début de la pandémie

Le pianiste allemand Igor Levit. (Crédit : A.Savin / CC BY-SA 3.0)
Le pianiste allemand Igor Levit. (Crédit : A.Savin / CC BY-SA 3.0)

Le pianiste allemand Igor Levit a joué samedi un concert exceptionnel de 20 heures au cours duquel il a joué une unique œuvre d’Erik Satie afin d’attirer l’attention sur le sort des artistes touchés par la pandémie de coronavirus, a constaté l’AFP.

Le concert, retransmis notamment sur le compte Twitter de l’artiste juif d’origine russe, était « un cri silencieux » lancé alors que le secteur de la culture est quasiment mis à l’arrêt depuis le début de pandémie de nouveau coronavirus, a-t-il estimé dans un communiqué annonçant l’événement.

« Mon monde et celui de mes collègues est différent de celui d’avant depuis de nombreuses semaines et devrait le rester pendant un long moment », a également souligné Igor Levit, présenté par les médias comme l’un des plus grands pianistes contemporains à seulement 33 ans.

Depuis un studio de musique berlinois, l’artiste a joué sans interruption « Vexations » d’Erik Satie dont « les quelques notes – un thème et deux variations – tiennent sur une seule page » mais sont répétées 840 fois.

« L’œuvre reflète un sentiment de résistance, et c’est pourquoi il semble important de jouer les Vexations maintenant », a-t-il encore précisé.

Depuis la mi-mars, Igor Levit a donné presque chaque soir des « concerts à la maison » retransmis en direct sur Twitter.

Connu aussi notamment pour son engagement contre l’antisémitisme, Igor Levit avait révélé fin 2019 être la cible d’une menace de mort à l’occasion d’un concert dans une ville du Sud de l’Allemagne. Il avait tenu à maintenir ce concert encadré de lourdes mesures de sécurité.

Il avait alors fait part de sa peur, « non pas pour moi mais pour ce pays. Mon pays » marqué par une résurgence des actes antisémites, avait souligné cet homme d’origine russe et arrivé enfant en Allemagne.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...