Coronavirus : un Toulousain court le marathon sur son balcon
Rechercher

Coronavirus : un Toulousain court le marathon sur son balcon

Elisha Nochomovitz, 32 ans, a couru plus de 42 kilomètres sur son balcon de 7 mètres de long

Elisha Nochomovitz, sportif toulousain qui a couru un marathon sur son balcon pendant le confinement. (Crédit : Instagram/Elisha Nochomovitz)
Elisha Nochomovitz, sportif toulousain qui a couru un marathon sur son balcon pendant le confinement. (Crédit : Instagram/Elisha Nochomovitz)

Si les mesures de confinement en France autorisent le jogging en extérieur à proximité du domicile, Elisha Nochomovitz, 32 ans, a décidé de s’imposer des restrictions plus drastiques.

« J’avais la possibilité de sortir pour courir autour de la maison, mais si tout le monde pense pareil, on aurait été nombreux dehors… », a-t-il écrit sur sa page Facebook. Ainsi, il a couru « près de 7 heures sur [son] balcon de 7 mètres de long et 1 mètre de large », soit un total d’environ 6 000 allers-retours, soit 42,195 km.

Habitant de Balma, dans la banlieue de Toulouse, l’homme, employé de restaurant, se trouve actuellement au chômage technique. Grand sportif, il avait déjà effectué 36 marathons – dans un format plus classique, ceux-là.

Durant cette prouesse sportive particulière, il explique avoir fait face à quelques défis.

????FINISHER MARATHON DE MON BALCON????.????️Je viens courir pendant près de 7heures sur mon balcon de 7 mètres de long et…

פורסם על ידי ‏‎Elisha Nochomovitz‎‏ ב- יום שלישי, 17 במרץ 2020

« L’ennui, ça va j’ai pu le gérer. J’ai partagé ma course avec ceux qui me suivent sur les réseaux et leurs encouragements m’ont bien aidé. C’était même souvent rigolo. J’avais aussi ma compagne qui était là près de moi et puis une vue incomparable sur la chaîne des Pyrénées », a-t-il expliqué au Parisien.

« Les muscles sur un espace aussi réduit ne travaillent pas de la même façon que sur une vraie distance », note-t-il néanmoins. « À chaque passage, je faisais 8 ou 9 foulées avant de faire demi-tour. C’est spécial et pourtant, quelques heures après, je ressens moins de courbatures que pour un vrai marathon. »

Outre une volonté de passer le temps et de faire du sport, Elisha Nochomovitz explique avoir voulu honorer les soignants.

« Je me suis dit que s’ils regardaient mon défi, ça pourrait les faire marrer et leur faire oublier leur dur combat. D’après les premiers retours que j’ai, cet objectif semble réussi. Car je n’oublie pas que c’est à eux qu’il faut rendre aujourd’hui hommage », explique-t-il.

Il ajoute qu’il ne courra pas en extérieur tant que la période de confinement sera en cours : « Je vais m’entretenir d’une autre façon en redécouvrant des pratiques qui ne me sont pas habituelles et que je recommande à chacun : ados, gainage et la PPG (préparation physique générale). Cette crise nous permet de redécouvrir plein de choses que nous avions tous oublié et respecter les consignes de sécurité est le plus important de tout. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...