Rechercher

Corrélation entre pollution de l’air et petit poids de naissance – étude israélienne

L'étude a été menée sur 381 000 naissances pourrait être un baromètre pour d'autres impacts ; un faible poids de naissance indique un risque accru de maladies plus tard dans la vie

Image d'illustration : un bébé dans une ville polluée (Crédit : iStock via Getty Images)
Image d'illustration : un bébé dans une ville polluée (Crédit : iStock via Getty Images)

Selon une étude israélienne, les bébés ont 25 % plus de risques d’avoir un faible poids à la naissance s’ils naissent dans des zones où l’air est très pollué.

La recherche, menée sur un peu plus de 381 000 naissances sur 11 ans, donne un aperçu unique des effets de la pollution sur les fœtus et pourrait bien être un baromètre pour d’autres impacts sur la santé.

« Jusqu’à présent, les résultats n’étaient pas très concluants, mais nous avons maintenant démontré grâce à cette étude, un lien clair entre l’exposition de la mère à la pollution de l’air et le faible poids à la naissance », a déclaré l’épidémiologiste Hagai Levine de l’Université hébraïque de Jérusalem au Times of Israel.

« Et étant donné qu’un faible poids à la naissance est un indicateur significatif de problèmes de santé potentiels plus tard dans la vie, c’est important », a-t-il déclaré.

L’étude a été récemment évaluée par des pairs et publiée dans la revue Environmental Research. Elle est basée sur des données personnelles anonymisées des mères, la région où elles vivaient et le poids de leurs bébés à la naissance, qui ont été fournies par la caisse de santé Maccabi.

Les données ont été croisées avec des informations sur la concentration quotidienne de polluants atmosphériques sur chaque kilomètre carré d’Israël, dérivées de données satellitaires de l’université Ben Gurion.

Image d’illustration : un nouveau-né (Crédit : iStock via Getty Images)

Levine, qui a conduit l’étude avec son doctorant Wiessam Abu Ahmad, a déclaré qu’Israël était parfaitement positionné pour une telle étude car les dossiers médicaux sont entièrement numérisés, les niveaux de pollution sont relativement élevés et le taux de natalité y est supérieur à la plupart des pays développés.

Il a déclaré que cette découverte devrait avoir un impact sur la politique de la santé dans le monde entier, commentant: « Aujourd’hui, les gouvernements ne tiennent pas compte de l’impact de la pollution de l’air sur les fœtus lors de l’élaboration des politiques, mais le message est qu’il devrait bénéficier d’une attention particulière. »

Dr. Hagai Levine. (Crédit : Capture d’écran YouTube)

« Les gouvernements devraient s’efforcer de faire exactement ce que nous avons fait : suivre à grande échelle les corrélations entre la pollution et le poids à la naissance. C’est important pour la santé des bébés, mais c’est aussi un indicateur plus large de l’impact de la pollution. »

« C’est parce que de nombreux résultats pour la santé prennent beaucoup de temps à être analysés – par exemple, si vous voulez corréler la pollution avec le cancer, vous devez attendre de nombreuses années. Mais la corrélation avec le poids à la naissance se voit très rapidement – et c’est un facteur connu pour influencer la santé future. »

« Cette étude devrait encourager l’étude des données de santé face à la pollution dans d’autres domaines au-delà du poids du bébé. En bref, il est maintenant évident que les gouvernements doivent mettre en place l’infrastructure nécessaire pour intégrer les données environnementales et sanitaires au niveau individuel. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...