Rechercher

Corruption: Netanyahu assistera au premier témoignage de Shlomo Filber

Le témoignage de l'ex-chef du ministère des Communications est considéré comme central dans les accords illicites conclus entre l'ex-Premier ministre et le propriétaire de Bezeq

Le chef de l'opposition Benjamin Netanyahu au tribunal de district de Jérusalem, le 22 novembre 2021. (Crédit ; Oren Ben Hakoon/Pool)
Le chef de l'opposition Benjamin Netanyahu au tribunal de district de Jérusalem, le 22 novembre 2021. (Crédit ; Oren Ben Hakoon/Pool)

L’ex-Premier ministre Benjamin Netanyahu – qui n’est venu qu’occasionnellement à son propre procès pour corruption depuis qu’il a commencé, il y a presque deux ans – sera présent dans la salle d’audience lorsque l’un des principaux témoins de l’Etat prendra la parole devant les magistrats, mercredi, a fait savoir l’avocat du Premier ministre Boaz Ben Zur.

Shlomo Filber, l’un des hommes les plus proches de Netanyahu dans le passé, aurait tenu un rôle déterminant dans l’Affaire 4000 – une affaire où l’ex-Premier ministre est mis en examen pour corruption, pour fraude et abus de confiance.

L’Affaire 4000 est la plus grave impliquant l’ancien Premier ministre, qui est inculpé dans trois affaires. Il est accusé d’avoir privilégié, de manière illicite et lucrative, les intérêts commerciaux de Shaul Elovitch, actionnaire majoritaire de la compagnie médiatique Bezeq, en échange d’une couverture positive de ses actions sur le site d’information Walla, propriété d’Elovitch.

Filber avait été à la tête de la campagne électorale réussie de Netanyahu en 2015, quand son parti du Likud avait remporté une majorité de sièges à la Knesset et qu’il avait pris la tête d’une coalition de droite solide ²²restée au pouvoir pendant quatre ans. Filber avait été ensuite nommé directeur-général du ministère des Communications et il avait supervisé la fusion de Bezeq avec la compagnie YES.

Filber avait raconté à la police qu’il s’était entretenu à de multiples reprises avec l’ancien conseiller de Netanyahu, Nir Hefetz – des entretiens où ce dernier ce dernier lui avait ouvertement transmis des messages provenant de son patron et concernant Bezeq.

Son témoignage est considéré comme déterminant pour établir la véracité des accords illicites présumés conclus entre Netanyahu et Elovitch et ses efforts visant à influencer l’adoption de politiques gouvernementales bénéficiant à ce dernier.

Shlomo Filber, directeur général du ministère des Communications, lors d’une réunion de la Commission de la Knesset, le 24 juillet 2016. (Yonatan Sindel/Flash90)

Netanyahu doit aussi répondre de fraude et d’abus de confiance dans l’Affaire 1000 et dans l’Affaire 2000. Il n’a cessé de clamer son innocence et affirme sans preuve que les accusations ont été créées de toute pièce dans le cadre d’une chasse aux sorcières politique lancée par la police et par le ministère public.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...