COVID-19 : L’économie israélienne connaît sa plus forte récession depuis 45 ans
Rechercher

COVID-19 : L’économie israélienne connaît sa plus forte récession depuis 45 ans

Le Bureau central des statistiques indique que le PIB a chuté de 28 % au 2e trimestre 2020 ; Netanyahu écarte les estimations alors que Lapid met en garde contre un "désastre"

Des agents de nettoyage désinfectent un distributeur automatique de billets dans une banque à Ramat Gan, 3 juin 2020. (Flash90)
Des agents de nettoyage désinfectent un distributeur automatique de billets dans une banque à Ramat Gan, 3 juin 2020. (Flash90)

Dépassant les prévisions économiques les plus sombres sur les effets de la pandémie de coronavirus, le produit intérieur brut d’Israël a plongé de 28,9 % au deuxième trimestre 2020, par rapport au premier trimestre, dans le pire ralentissement économique depuis plus de 40 ans, selon une estimation officielle dimanche.

Les projections du Bureau central des statistiques (BCS), qui seront probablement légèrement ajustées au fil du temps, sont apparues lorsque le Premier ministre Benjamin Netanyahu a annoncé que le gouvernement allait injecter des milliards de dollars supplémentaires dans l’économie pour créer des emplois et renflouer les hôtels.

Les chiffres du BCS indiquent également que le PIB israélien a chuté de 7,8 % par rapport au deuxième trimestre de 2019. La consommation privée a diminué de plus de 43 %, en raison des mesures de bouclage imposées en mars et avril, et les importations ont chuté de plus de 41 % en raison du virus, a indiqué le BCS.

La récession marque la plus forte contraction de l’économie israélienne depuis au moins 1975, et peut-être même depuis toujours, selon les rapports des médias en langue hébraïque.

Des habitants de Jérusalem portant des masques faciaux par crainte du coronavirus se promènent et font leurs achats au centre commercial Mamilla, près de la Vieille Ville de Jérusalem, le 10 août 2020. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Netanyahu, lors d’une réunion hebdomadaire du cabinet, a minimisé la spirale de la crise et a affirmé que la récession était « presque la plus faible du monde ».

« Nous venons de recevoir de très bonnes nouvelles économiques. Le Bureau central des statistiques a publié que la baisse de notre PIB au deuxième trimestre 2020 était de 7,8 %, soit la moitié de la baisse des États européens ; c’est presque le plus faible du monde. La Corée du Sud est devant nous et peut-être deux ou trois autres pays », a ajouté M. Netanyahu.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu évoque l’accord de normalisation entre Israël et les EAU au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 13 août 2020. (Yonatan Sindel/ Flash90)

« C’est le résultat de la politique responsable que nous avons entreprise, qui a non seulement réduit le nombre de morts en Israël, mais aussi l’ampleur du coup porté à l’économie israélienne », a-t-il poursuivi. « Nous continuerons à travailler pour vos moyens de subsistance, pour notre avenir économique et pour votre santé ».

« Au sein du cabinet, nous venons d’approuver 8,5 milliards de NIS supplémentaires pour stimuler notre économie et créer des emplois. Je sais qu’il y a encore une grande détresse économique – nous travaillons 24 heures sur 24 pour vous faciliter les choses, à vous, citoyens d’Israël », a-t-il déclaré.

Le cabinet a également approuvé dimanche une aide de 300 millions de NIS (75 millions d’euros) pour les hôtels.

Le chef de l’opposition Yair Lapid a critiqué Netanyahu pour ses projections économiques, affirmant que cela prouvait que le chef du Likud était un « échec total » dans la gestion de la crise.

« La grave récession n’est pas une question de destin. Tous les pays ont le coronavirus. L’écart entre les chiffres est un témoignage surprenant de l’échec total de Bibi [Netanyahu] dans la gestion de la crise. Nous nous dirigeons vers une catastrophe. Les gens vont perdre leurs appartements, leurs entreprises et leurs revenus », a déclaré M. Lapid. « Nous avons besoin d’un gouvernement petit et efficace qui gérera la crise économique.

Des Israéliens, portant des masques de protection contre le coronavirus, font leurs achats au marché Mahane Yehuda à Jérusalem, le 21 juillet 2020. (Olivier Fitoussi/ Flash90)

Lorsque l’épidémie de coronavirus a frappé Israël, le pays a été mis en quarantaine à la mi-mars, ce qui a entraîné un arrêt de l’économie. Le chômage est passé d’environ 5 % à 26 %, et en avril, plus d’un million d’Israéliens étaient au chômage.

Bien que les mesures de confinement aient été pour la plupart réduites ces derniers mois, le chômage dépasse 21 %, selon les chiffres des services de l’emploi de la semaine dernière, avec près de 882 000 personnes sans emploi.

Le gouvernement a approuvé des milliards d’aide pour les entreprises en difficulté et a envoyé des chèques de soutien à la plupart des Israéliens afin de relancer l’économie.

Mais le pays ne dispose pas non plus d’un budget annuel de l’État, au milieu d’une lutte entre Netanyahu et son partenaire de coalition Benny Gantz pour savoir s’il faut adopter un budget annuel pour 2020 ou un plan de deux ans jusqu’en 2021, comme le stipule leur accord de coalition.

Au début de ce mois, le ministère des Finances a déclaré qu’il pourrait falloir jusqu’à cinq ans pour que l’économie israélienne se remette complètement du choc subi lors de la pandémie de coronavirus.

Dans ses prévisions pour 2020-2023, le ministère a proposé deux voies distinctes que l’économie pourrait suivre dans les années à venir, l’une dans laquelle la pandémie est maîtrisée, entraînant une amélioration progressive de la situation économique des Israéliens, et l’autre dans laquelle une augmentation des décès dus aux coronavirus nécessite la réimposition de restrictions économiques, entravant la reprise.

Des gens au marché Mahane Yehuda à Jérusalem après sa réouverture suite aux nouvelles directives du gouvernement, le 7 mai 2020. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Si la pandémie reste largement sous contrôle, ce qui permettrait à l’économie de se relancer, le ministère prévoit que le PIB diminuera de 5,9 % en 2020, suivi d’une croissance de 5,7 % l’année suivante. Dans ce scénario, le chômage se maintiendrait autour de 9,7 % à la fin de l’année, selon les projections.

Toutefois, en cas d’aggravation de la crise de santé publique entraînant des restrictions économiques accrues, le chômage atteindrait 15 % à la fin de l’année et le PIB se contracterait de 7,2 % en 2020 et n’augmenterait que de 2,2 % en 2021.

Dans les deux cas, une reprise économique complète prendrait probablement environ une demi-décennie, et ne se produira certainement pas avant 2023.

Israël a enregistré plus de 92 000 cas de COVID-19 et 679 décès.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...