Rechercher

Covid : entrée en vigueur des restrictions sur les centres commerciaux et les écoles

Les règles sont en vigueur pendant 9 jours; certaines écoles pourraient suivre les cours à distance dans les zones fortement infectées

Des personnes au centre commercial Hadar à Jérusalem le 16 décembre 2021 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Des personnes au centre commercial Hadar à Jérusalem le 16 décembre 2021 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

De nouvelles restrictions concernant les centres commerciaux et les grands magasins sont entrées en vigueur lundi matin pour une période de neuf jours, alors que les cas de coronavirus continuent d’augmenter avec la propagation du variant Omicron en Israël.

Les nouvelles règles, approuvées dimanche soir par la commission de la Constitution, du Droit et de la Justice de la Knesset, limitent l’affluence dans les centres commerciaux à une personne par 15 mètres carrés.

Les règles relatives au pass vert – qui limitent l’entrée aux personnes vaccinées ou qui se sont remises du COVID-19 au cours des six derniers mois, ou qui ont été testées négatives au cours des 72 dernières heures – s’appliqueront aux clients et aux employés de tous les magasins de plus de 100 mètres carrés situés dans les centres commerciaux intérieurs ou en plein air, à l’exception des lieux qui fournissent des services vitaux.

Les commerces vitaux concernent les magasins vendant des produits d’hygiène, des produits optiques et des dispositifs médicaux, ainsi que les supermarchés et les épiceries. Ces lieux continueront à limiter la fréquentation à une personne par sept mètres carrés.

Une femme se fait vacciner au centre commercial Malcha à Jérusalem, le 23 décembre 2021. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Les règles du pass vert s’appliqueront également aux restaurants des centres commerciaux. Les stands de nourriture dans les centres commerciaux ne seront autorisés que pour les plats à emporter, et uniquement pour les personnes munies d’un pass vert.

Dans les écoles, les élèves du CM2 à la Terminale suivront des cours à distance dans les communautés « rouges » (à fort taux d’infection) où moins de 70 % des élèves des classes sont vaccinés. Les écoles primaires de ces communautés veilleront à limiter les contacts entre les élèves.

Dimanche, le taux de positivité des tests pour le COVID-19 a dépassé les 2 %, selon les chiffres du ministère de la Santé publiés dimanche, qui ont également montré que le taux de transmission du virus a atteint un niveau jamais vu en Israël depuis près de six mois.

Sur les 44 538 tests de dépistage du virus effectués samedi, 2,07 % sont revenus positifs. La dernière fois que le taux a été supérieur à 2 %, c’était le 7 octobre, lorsque 2,14 % des tests étaient positifs.

Un agent de santé prélève un échantillon test sur des Israéliens dans un complexe de drive-in pour vérifier s’ils ont été infectés par le coronavirus, le 10 décembre 2021. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Le gouvernement et les responsables de la santé ont averti que le variant Omicron, hautement contagieux, est à l’origine de la cinquième vague d’infections dans le pays et l’on s’attend à ce que le nombre de cas augmente rapidement dans les semaines à venir.

Le taux de reproduction, ou nombre « R », a également poursuivi sa hausse progressive, atteignant 1,41 après avoir été à 1,02 début décembre. Le taux de transmission est basé sur les données des 10 jours précédents et toute valeur supérieure à 1 montre que le taux d’infection est en augmentation. La dernière fois qu’il a atteint un niveau aussi élevé, c’était le 10 juillet, à 1,42, au milieu de la quatrième vague d’infections par la souche Delta du coronavirus en Israël.

Le nombre de patients gravement malades a continué à augmenter régulièrement, atteignant 98, soit le même niveau qu’il y a deux semaines. Parmi eux, 45 personnes sont dans un état critique, 18 sont sous assistance respiratoire extra-corporelle et 39 sont sous respirateurs.

Malgré l’évolution négative de la situation, le ministre de la Santé, Nitzan Horowitz, a déclaré dimanche soir qu’Israël lèverait bientôt de nombreuses restrictions sur les voyages aériens à destination et en provenance du pays qui avaient été imposées pour ralentir l’arrivée de la nouvelle souche.

Des membres d’une équipe hospitalière portant des équipements de sécurité alors qu’ils travaillent dans le service des coronavirus de l’hôpital Shaare Zedek à Jérusalem, le 23 septembre 2021. (Yonatan Sindel/Flash90)

« Dès lors que les infections se propagent, il ne sert à rien d’empêcher l’entrée des ressortissants étrangers », a déclaré Horowitz à Kan. « L’ouverture du ciel [d’Israël] ne prendra pas beaucoup de temps, peut-être la semaine prochaine. »

Plus tôt dimanche, un groupe d’experts conseillant le gouvernement a appelé à supprimer la liste des pays vers lesquels les Israéliens sont interdits de voyage. Les experts ont déclaré que dans deux semaines, les infections Omicron dépasseraient les cas Delta dans la plupart des pays du monde, ce qui rendrait obsolète la liste des pays dits « rouges » où les taux d’infection sont élevés.

Dans son interview de dimanche, Horowitz a également déclaré que le ministère de la Santé et le gouvernement discutaient de la possibilité d’annuler l’actuelle quarantaine obligatoire pour les personnes vaccinées qui entrent en contact avec un patient confirmé atteint d’Omicron.

Le ministre de la Santé Nitzan Horowitz en conférence de presse à l’hôpitâl Shaaré Zedek de Jérusalem, le 18 octobre 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/ Flash90)

Kan et la Douzième chaîne ont tous deux cité des experts de la santé qui estiment que si les règles actuelles en la matière restent en vigueur, des centaines de milliers d’Israéliens seront isolés en quelques semaines, ce qui équivaut à un « confinement de facto ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...