Covid : Israël remet à chaque enfant un test rapide antigénique
Rechercher

Covid : Israël remet à chaque enfant un test rapide antigénique

Le plan vise à empêcher les enfants infectés sans le savoir de venir à l'école, réduisant ainsi la propagation du COVID, selon un expert

Des enfants prélèvent des échantillons dans le cadre d'un test de dépistage du coronavirus à l' hôpital Sheba pour les étudiants qui retournent à l'école au début de la nouvelle année scolaire. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Des enfants prélèvent des échantillons dans le cadre d'un test de dépistage du coronavirus à l' hôpital Sheba pour les étudiants qui retournent à l'école au début de la nouvelle année scolaire. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Dans le cadre de l’un des plus grands déploiements au monde de tests COVID à domicile, Israël demande aux familles de faire passer un test de dépistage à tous les enfants de moins de 12 ans avant la rentrée des classes et la réouverture des jardins d’enfants ce mercredi.

Les enfants de plus de 12 ans qui ne sont pas vaccinés sont également soumis à des tests, et certaines écoles distribuent également les kits de test aux élèves vaccinés, car le variant Delta a brisé l’immunité à de nombreuses reprises.

Cette initiative est une tentative ambitieuse d’identifier et d’isoler les enfants qui sont infectés, sans le savoir, avant qu’ils ne se rendent dans les salles de classe et infectent d’autres enfants ainsi que le personnel. L’infection par la souche Delta passe généralement inaperçue chez les jeunes, et le pays est toujours en proie à une vague de la variante hautement infectieuse. Plus de 10 900 nouveaux cas de COVID ont été confirmés en Israël lundi, ce qui constitue un nouveau record en un jour depuis le déclenchement de la pandémie.

Les parents ont récupéré des kits de test à l’école et ont été invités à faire un prélèvement dans la narine de leurs enfants d’ici mardi et à vérifier les résultats sur un module qui ressemble à un test de grossesse à domicile.

« Ce programme a un grand potentiel pour réduire l’ampleur de l’infection qui arrive dans les salles de classe », a déclaré le professeur Miri Yemini, expert en santé et en système éducatif, au Times of Israel. « L’idée est d’identifier les COVID clandestins ou asymptomatiques en faisant tester tous les enfants, quel que soit leur âge, et en faisant signer aux parents un document attestant que le résultat est négatif. »

Les enfants testés négatifs doivent préparer leur cartable et se présenter avec leur déclaration, tandis que ceux dont le test est positif doivent entrer en quarantaine immédiatement.

Un enfant pose avec son test COVID-19 (home kit) qu’il a reçu de son école, avant l’ouverture de la nouvelle année scolaire, à Jérusalem, le 30 août 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Les enfants dont le test est positif sont censés s’inscrire à un test PCR réalisé en laboratoire pour confirmer le diagnostic. Les tests PCR sont considérés comme plus précis et, dans certains cas très rares, un kit de test à domicile peut émettre un faux positif.

Le plan de dépistage vise à atténuer l’inévitable pic d’infections attendu avec la reprise des cours. Le professeur, Salman Zarka, a déclaré au Times of Israel au début du mois : « Je peux vous promettre que nous aurons plus de cas à la rentrée des classes. Lorsque les gens se rassemblent encore et encore, c’est ainsi que le virus passe de l’un à l’autre. »

Certains ministres ont plaidé pour un report de la rentrée scolaire, mais Zarka, le Premier ministre Naftali Bennett et d’autres décideurs de haut niveau étaient déterminés à rouvrir à temps et à mettre en œuvre des mesures pour gérer la reprise prévue des cas.

Le directeur de l’hôpital Ziv, Salman Zarka, assiste à une cérémonie à l’hôpital dans la ville de Safed (nord), le 25 février 2020. (Crédit : David Cohen/Flash90)

L’opération de tests à domicile, l’une de ces mesures, s’appuie sur la solidarité communautaire plutôt que sur des exigences légales. Les parents ne sont pas tenus par la loi d’effectuer les tests à domicile, mais on s’attend à ce qu’ils s’y conforment par souci de responsabilité.

« Le concept repose sur l’obligation sociale et la solidarité, et non sur la loi. D’une certaine manière, le succès de la nouvelle année sera déterminé par le fait que les parents se soumettent aux tests à domicile », a déclaré M. Yemini. « L’espoir est que ceux qui sont positifs ne retourneront pas à l’école, ce qui permettra de réduire l’infection et la mise en quarantaine. »

Distribution de tests en kit à domicile avant l’ouverture de la nouvelle année scolaire, à Tel Aviv, le 30 août 2021. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Si le dépistage actuel se déroule sans problème, il est probable qu’il y aura une autre série de tests après certaines ou toutes les fêtes juives de ce mois-ci, bien qu’aucun plan à ce sujet n’ait été annoncé.

Des mesures sont également prises pour réduire la propagation de l’infection par les enseignants. Ils sont désormais tenus d’avoir un pass sanitaire vert, ce qui signifie qu’ils doivent être vaccinés ou avoir guéri. Ils ont également la possibilité de fournir, à leurs frais, le résultat négatif d’un test effectué au cours des 72 dernières heures.

Les syndicats d’enseignants sont furieux à cause de ce plan, et l’Association des enseignants déclare qu’elle intentera une action en justice contre la décision du gouvernement si elle n’est pas appliquée uniformément à tous les employés du secteur public. Le gouvernement estime que le plan est justifié afin de contrôler les infections.

La vie quotidienne à l’école comprendra le port de masques à l’intérieur et une certaine distanciation sociale. Les parents ne seront autorisés à pénétrer dans l’enceinte de l’école que sur présentation d’un pass sanitaire vert, et les réunions entre enseignants et parents devront avoir lieu en ligne plutôt qu’en personne.

Les enfants âgés de 12 ans et plus se verront proposer des vaccins à l’école, s’ils ne sont pas déjà vaccinés, pour autant qu’ils aient l’autorisation d’un de leurs parents. Dans les villes à fort taux d’infection, les classes de la 4e à la Terminale seront déplacées en ligne si plus de 30 % des élèves ne sont pas du tout vaccinés, mais dès que sept élèves sur dix auront reçu au moins un vaccin, ils pourront retourner en classe.

L’une des plus grandes craintes des parents est la quarantaine – la possibilité constamment imminente que tout enfant non vacciné soit soumis à un isolement pouvant aller jusqu’à une semaine en raison d’un contact avec une personne infectée.

Le gouvernement a donné aux parents l’espoir d’éviter ce sort en lançant un programme national visant à administrer des tests sérologiques à tous les enfants. Ce simple test sanguin révèle si des personnes ont contracté le COVID sans le savoir en évaluant leur taux d’anticorps. S’il s’avère qu’elles ont des anticorps, elles n’auront pas besoin d’être mises en quarantaine en cas d’exposition à une personne infectée.

Des officiers et des soldats de Tsahal du Commandement du front intérieur effectuent des tests sérologiques pour détecter les anticorps chez des enfants âgés de 3 à 12 ans à Katzrin, sur le plateau du Golan, le 22 août 2021. (Crédit : Michael Giladi/Flash90)

« Ce programme a été arrêté après que moins d’enfants que prévu se sont révélés positifs », a déclaré Yemini. « Dans les villes ultra-orthodoxes, les positifs s’élevaient à environ 25 %, mais parmi la population générale, il y avait 5-7 % de positifs, le gouvernement a donc décidé de poursuivre le programme uniquement là où il y a eu des niveaux élevés d’infection signalée, principalement dans les villes ultra-orthodoxes et arabes. »

Yemini estime que la confiance entre les parents, les écoles et les autorités est l’un des facteurs clés qui déterminera le succès du retour à l’école. « C’est vraiment important, car si les gens se sentent liés à l’effort national, le pays pourra beaucoup mieux affronter le virus », a-t-elle déclaré.

La police a annoncé avoir dressé 4 545 contraventions pour violation des règles relatives au coronavirus au cours des deux derniers jours, dont la grande majorité pour défaut de port de masque dans un espace clos.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...