Rechercher

COVID : Le gouvernement lance une offre pour augmenter le taux de vaccination

L'État fournira aux organisations médicales une incitation de 100 shekels pour chaque personne de plus de 60 ans qui recevra sa quatrième dose de vaccin

Une infirmière se prépare à administrer une dose du vaccin COVID-19 dans un centre des services de santé Clalit à Katzrin, sur les hauteurs du Golan, le 9 janvier 2022. (Crédit : Michael Giladi/Flash90)
Une infirmière se prépare à administrer une dose du vaccin COVID-19 dans un centre des services de santé Clalit à Katzrin, sur les hauteurs du Golan, le 9 janvier 2022. (Crédit : Michael Giladi/Flash90)

Alors que les cas de COVID continuent d’augmenter, le Premier ministre Naftali Bennett, le ministre de la Santé Nitzan Horowitz et les chefs des organisations de maintien de la santé du pays ont convenu jeudi d’un plan pour renforcer la vaccination, en particulier parmi les personnes âgées et les personnes immunodéprimées.

Dans le cadre de ce plan, l’État fournira aux organisations médicales une incitation de 100 shekels (28 €) pour chaque personne de plus de 60 ans qui recevra sa quatrième dose de vaccin.

Selon les informations fournies par le ministère de la Santé, alors que les personnes de plus de 60 ans ne constituent que 5 % de la population du pays, 94 % des décès lors de la dernière vague Omicron faisaient partie de cette tranche d’âge.

Les représentants des organisations médicales contacteront également les 120 000 personnes de plus de 60 ans qui n’ont pas du tout été vaccinées ou qui n’ont pas reçu de schéma vaccinal complet soit trois doses.

Des cliniques mobiles seront mises en place, principalement ciblées sur les zones les plus défavorisées du pays. Dans certains cas particuliers, ceux qui ne peuvent pas se déplacer vers une clinique pourront réserver un créneau pour une vaccination à domicile.

Une campagne de sensibilisation sera également lancée sur les réseaux sociaux et à la télévision.

Illustration : Le Premier ministre Naftali Bennett, à droite, et le ministre de la Santé Nitzan Horowitz tiennent une conférence de presse à la base militaire de HaKirya à Tel Aviv, le 26 novembre 2021. (Crédit : Moti Milrod)

Après la réunion, le bureau de Bennett a annoncé que les restrictions actuelles – telles que l’obligation de masque en intérieur – resteront en place au moins jusqu’au 1er mai.

Bennett et Horowitz ont également mis en place un plan complet pour faire face à un nouveau variant potentiel de coronavirus qui impliquerait la suspension des voyages aériens à destination et en provenance du pays et la fermeture de ses frontières, entre autres mesures. Un communiqué du bureau du Premier ministre a déclaré que l’objectif du plan était « d’empêcher la future souche d’entrer par les frontières du pays ».

Les responsables de la santé ont en partie attribué la hausse actuelle des cas au variant BA.2, un sous-variant d’Omicron. On pense que le BA.2 est plus infectieux qu’Omicron, mais pas nécessairement plus grave.

Selon les données du ministère, le taux de reproduction, ou chiffre R, aurait atteint le niveau 1,42. Il représente le nombre de personnes infectées par chaque porteur du coronavirus, tout chiffre supérieur à 1 indiquant que le virus se propage activement. Ce chiffre était inférieur à 1 il y a une semaine.

Un employé du Magen David Adom réalise un test du COVID-19 dans un drive-in à Jérusalem, le 22 mars 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Le ministère a déclaré que 13 603 nouvelles infections avaient été confirmées mercredi, avec 19,08 % de tests positifs.

Les cas actifs s’élevaient à 66 821, parmi lesquels 786 personnes sont hospitalisées pour complications liées au COVID. Le nombre de cas graves est demeuré stable à 301, dont 130 se trouvent sous respirateur.

Le nombre de morts s’établit à 10 455, le ministère de la Santé ayant signalé 27 décès dus au coronavirus la semaine passée.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...