Création d’une « commission Corona », le Shin bet poursuit la géolocalisation
Rechercher

Création d’une « commission Corona », le Shin bet poursuit la géolocalisation

Après le désistement de la droite lors du vote sur des commissions parlementaires cruciales, les députés de centre et de gauche poursuivent la création de commissions spéciales

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

Des députés votent un par un en séance plénière de la Knesset pour former quatre commissions, dont la commission sur le coronavirus, le 24 mars 2020. (Adina Veldman/Knesset)
Des députés votent un par un en séance plénière de la Knesset pour former quatre commissions, dont la commission sur le coronavirus, le 24 mars 2020. (Adina Veldman/Knesset)

Après avoir pris le contrôle de trois commissions clés de la Knesset un jour plus tôt, le bloc de centre et de gauche dirigé par Kakhol lavan a fait avancer mardi la formation de quatre autres commissions parlementaires spéciales, dont une pour contrôler la gestion par Israël de la crise du coronavirus.

En raison des restrictions de distanciation sociale limitant le nombre de personnes autorisées dans la salle plénière, les députés du centre et de la gauche ont approuvé chacune des motions visant à former les commissions, le bloc de partis religieux et de droite du Premier ministre Benjamin Netanyahu boycottant la session.

Deux députés – Alon Shuster et Ram Ben-Barak du parti Kakhol lavan – ont voté pour la deuxième journée consécutive derrière la vitre de la galerie publique de la Knesset ; tous deux sont actuellement en quarantaine en raison d’un contact avec une personne atteinte du coronavirus.

La proposition de créer la commission sur le coronavirus, qui sera dirigée par le député Ofer Shelah de Kakhol lavan, a été adoptée par 55 voix contre zéro ; la commission spéciale chargée de préparer le système éducatif et l’éducation spéciale pour la prochaine année scolaire, qui sera dirigée par le député Nitzan Horowitz de Travailliste-Meretz, a été créée par 54 voix contre zéro ; Les députés ont voté par 51 voix contre zéro pour créer la commission spéciale pour le travail et la protection sociale, qui sera dirigée par un député de la Liste arabe unie à majorité arabe ; et la proposition de créer la commission pour la réduction de la criminalité et de la violence dans le secteur arabe, qui sera également dirigée par un député de la Liste arabe unie, a été adoptée par 53 voix contre zéro.

Lundi, après que la Knesset a voté la création de la commission des Arrangements, les députés ont également décidé de constituer une commission temporaire des Finances, dirigée par le député Oded Forer, d’Yisrael Beiteynu, et une commission temporaire des affaires étrangères et de la défense, dirigée par le député Gabi Ashkenazi, de Kakhol lavan. Ces deux commissions n’ont pas besoin d’un vote en plénière pour être constituées.

Chacune de ces commissions compte 15 membres, répartis par parti en fonction du pourcentage global de sièges remportés par chacune d’entre elles lors des élections de mars.

Le député Avi Nissenkorn (Kakhol lavan), président de la commission des Arrangements, s’est exprimé en plénière avant le vote. Il a déclaré qu’il était crucial d’avoir un contrôle parlementaire, surtout en temps de crise.

Le député Avi Nissenkorn du parti Kakhol lavan s’exprime en plénière à la Knesset avant le vote pour la création de quatre commissions, dont la commission sur le coronavirus, le 24 mars 2020. (Adina Veldman/Knesset)

« Même si nous avons des différends au sein de cette Assemblée et même si le système politique est turbulent, une chose devrait être essentielle pour nous, c’est de faire respecter l’État de droit et les décisions de la Cour suprême et des tribunaux en général », a déclaré M. Nissenkorn. « Sinon, nous ne serons plus en démocratie. Dans la mesure du possible, le public israélien nous regarde et je pense qu’il veut voir une Knesset travailler ensemble, à la fois dans une guerre commune contre le coronavirus et pour sauvegarder la démocratie ».

Les votes au sein des commissions ont eu lieu après qu’un retard a suscité des accusations selon lesquelles le parti au pouvoir, le Likud, essayait d’étouffer la démocratie israélienne.

Feu vert de la Cour suprême

La Cour suprême a donné son feu vert mardi à la surveillance des porteurs du virus après la formation des commissions de surveillance de la Knesset

La Cour suprême de justice a levé son injonction interdisant à la police d’utiliser les téléphones portables des Israéliens pour vérifier s’ils transgressent la quarantaine relative au coronavirus.

Jeudi dernier, la Cour suprême avait prononcé une injonction, déclarant qu’elle mettrait fin au nouveau programme de surveillance de masse du gouvernement si le Parlement israélien ne parvenait pas à établir un contrôle parlementaire sur celui-ci dans les cinq jours.

Ces commissions de surveillance ont été créées mardi par les députés, ce qui a incité la Cour à retirer ses objections.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...