Cyber-sécurité : Israël alloue 24 M$ pour stimuler les start-ups
Rechercher

Cyber-sécurité : Israël alloue 24 M$ pour stimuler les start-ups

Cette initiative de trois ans contribuera à renforcer la sécurité dans les industries qui passent au numérique

Photo illustrative d'un hacker en action (BeeBright; iStock by Getty Images)
Photo illustrative d'un hacker en action (BeeBright; iStock by Getty Images)

L’Autorité israélienne de l’innovation, le ministère de l’Économie et de l’Industrie et la Direction nationale du cyber ont annoncé un nouveau programme triennal de 90 millions de NIS (24 millions de dollars) pour stimuler la cyber-industrie israélienne.

Les fonds seront alloués à long terme aux nouvelles technologies « révolutionnaires » qui ont « un potentiel significatif pour influencer le marché mondial » et contribuent à la future industrie d’Israël.

Ils aideront également les start-ups à accéder à l’information, aux systèmes et aux sites d’essai qui ne leur sont pas facilement accessibles.

Le programme comporte trois volets : il investira dans des technologies considérées comme ayant un potentiel de « changement de donne » au niveau mondial ; il soutiendra les grandes entreprises qui franchissent l’étape du développement en finançant des essais pilotes de leurs technologies avec des clients potentiels ; et il augmentera les ressources du CyberSpark, l’institut israélien à Beer Sheva, afin de renforcer encore davantage sa position de plaque tournante mondiale de la cyber-sécurité.

« Malgré les investissements importants des sociétés de capital-risque qui ont confiance dans le cyber-marché local, de nombreuses entreprises ont du mal à trouver des sites appropriés pour tester leurs technologies », a déclaré le PDG de l’Autorité israélienne de l’innovation, Aharon Aharon.

« Ce nouveau programme résout ce problème et accélérera considérablement la croissance et la pénétration des entreprises sur le marché mondial. »

Israël est connu pour ses prouesses en matière de cyber-sécurité et représente le deuxième plus grand nombre d’opérations de cyber-sécurité dans le monde, selon un rapport d’avril établi par la société de données new-yorkaise CB Insights.

Selon le rapport, Israël représentait 7 % de la part globale en cyber-sécurité dans les années 2013-2017, loin derrière les États-Unis, qui représentaient 69 % de la part globale, mais plus que le Royaume-Uni, qui représentait 6 %. Selon le rapport, le Canada représentait 3 % et la Chine 2 % de la part globale.

Le nouveau financement du gouvernement annoncé mardi sera destiné aux entreprises israéliennes de cyber-technologie dans le domaine de recherche et de développement à haut risque.

Dans le cadre de l’initiative, les start-ups seront admissibles au financement à niveau de 66 % de leurs dépenses R&D et jusqu’à 5 millions de NIS (1,35 million de dollars) par année pour leur projet.

Le programme financera également jusqu’à 30 % du budget d’un essai pilote en Israël et jusqu’à 50 % d’un essai pilote à l’étranger sur des projets approuvés, a indiqué l’autorité.

Le programme « veillera à ce qu’Israël continue à relever les plus grands défis du cybersecteur, à assurer notre place à l’avant-garde de l’innovation et à renforcer le leadership mondial d’Israël dans cette industrie essentielle », a déclaré le ministre de l’Économie et de l’Industrie Eli Cohen dans un communiqué.

En outre, la Direction nationale israélienne du cyber et l’Autorité de l’innovation encourageront conjointement la création d’ « arènes de l’innovation » dans des secteurs qui subissent une transformation numérique importante – comme la santé, les transports et la finance – qui sont de plus en plus exposés aux cyber-menaces.

Les arènes de l’innovation réuniront des acteurs industriels internationaux, des régulateurs, des universitaires et des représentants de l’industrie israélienne de la cyber-sécurité pour tenter de trouver des solutions aux défis actuels et futurs auxquels ces industries sont confrontées.

Le nouveau programme s’ajoutera aux programmes de soutien existants offerts par l’Autorité de l’innovation et le gouvernement.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...