Israël en guerre - Jour 144

Rechercher
Les victimes du 7 octobre

Daniel Cohen, 32 ans, alias DJ Nisha, a joué son dernier set lors d’un festival

Assassiné par des terroristes du Hamas lors du festival de musique trance Psyduck, à proximité du kibboutz Nirim, le 7 octobre 2023

Daniel Asher Cohen alias DJ Nisha, assassiné par des terroristes du Hamas lors du festival de musique trance Psyduck à proximité du kibboutz Nirim le 7 octobre 2023. (Crédit : Facebook)
Daniel Asher Cohen alias DJ Nisha, assassiné par des terroristes du Hamas lors du festival de musique trance Psyduck à proximité du kibboutz Nirim le 7 octobre 2023. (Crédit : Facebook)

Daniel Asher Cohen, 32 ans, originaire de Tel Aviv, a été assassiné lors du festival de musique trance Psyduck, à proximité du kibboutz Nirim, le 7 octobre.

Daniel, qui se faisait appeler DJ Nisha, jouait sur la scène du petit festival – une fête différente et plus petite que celle du Festival Supernova, aussi gravement attaquée – peu avant le début de l’assaut du groupe terroriste palestinien du Hamas, tôt ce samedi matin.

Son amie proche, Shira Mor, a indiqué à un site d’information indépendant que Daniel et un autre de ses amis avaient fui le festival dans leur voiture lorsque les tirs de roquettes ont débuté. C’est alors qu’ils ont été pris pour cible par des terroristes sur la route. Ils ont tous deux été blessés, et l’ami a arrêté la voiture et s’est enfui à l’approche des terroristes, s’en tirant vivant, mais Daniel n’a plus jamais donné de nouvelles.

Il a été enterré le 10 octobre au cimetière Yarkon de Petah Tikva.

Il laisse dans le deuil sa mère Orna et sa sœur Talya. Son père, Tsion, l’a précédé dans la tombe.

Après 52 jours de recherches, sa famille a finalement pu retrouver la vidéo de son dernier set de DJ au festival, récupérée sur le téléphone d’un festivalier qui a également été assassiné ce jour-là.

Roy Zinger, un producteur de festivals et de musique qui a travaillé avec Daniel, a déclaré à Ynet qu’il était un « créateur de musique trance qui combinait le moderne et l’old school « .

« Il était incroyablement passionné. Sa musique était très joyeuse. Chaque fois que j’écoutais son son, je souriais. »

Son ami Aviv Cohen a confié à Haaretz « avoir passé de nombreuses heures en studio ensemble, à jammer ».

« Nous jouions de la musique que nous avions écrite l’un pour l’autre, et nos progrès allaient de pair. Il était dans une bonne période de maturation et de créativité. Il était très heureux de commencer à enregistrer, de jouer de la musique originale dans un lieu ouvert et d’être avec des gens qu’il aimait. Il était très enthousiaste à l’idée de ce festival. On peut dire qu’il a été comblé jusqu’à son dernier jour. »

L’oncle de Daniel, Rafi Cohen, a rendu hommage à son neveu sur Facebook. « Le garçon tranquille, le beau garçon, l’officier dans l’armée. Le garçon qui a parcouru les forêts d’Amérique du Sud, le garçon qui a sillonné pendant des mois des villages en Inde. Le garçon qui ne faisait que le bien. Le garçon qui allait rendre les gens heureux lors d’une fête. Ce garçon – que des monstres ont assassiné de sang-froid. »

Sa mère, Orna, a expliqué à Haaretz que son fils avait toujours aimé la musique, mais qu’au lycée, il avait aussi « appris l’informatique et la biologie, et qu’il voulait devenir biologiste ».

Elle a ajouté qu’il avait été officier de liaison de bataillon et « qu’il avait beaucoup servi en tant que réserviste ».

« Je n’ai jamais compris pourquoi il aimait tant le service de réserve, mais ses amis qui sont venus pendant la shiva [semaine de deuil traditionnelle] m’ont dit à quel point il aimait ces moments et qu’il y apportait de la musique. »

Orna a confié à Haaretz que même si la famille l’a soutenu lorsqu’il a commencé à étudier la musique, elle n’était pas super enthousiaste.

« Ces dernières années, ce qui l’intéressait, c’était ses amis, la musique et le quartier de Florentin à Tel Aviv, où il vivait. Beaucoup d’amis musiciens sont venus à la shiva. Même lorsqu’il était étudiant, j’allais toujours l’écouter jouer – mais aujourd’hui, j’ai mal au cœur de ne pas avoir été plus fière de lui et de ne pas le lui avoir dit plus fort à l’époque. »

Pour lire d’autres hommages sur les victimes des massacres du Hamas du 7/10/2023 et de la guerre qui s’en est suivie, cliquez ici.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.