Israël en guerre - Jour 143

Rechercher

Danielle Aloni, ex-otage avec sa fille : « Je devais choisir la façon la plus facile de mourir »

Danielle Aloni, enlevée par le Hamas le 7 octobre, a parlé de sa capture et de son combat pour tenir le coup et prendre soin de sa fille Emilia, pendant 49 jours de captivité

Capture d'écran de l'interview de Daniella Aloni, enlevée par des terroristes du Hamas le 7 octobre 2023 et détenue pendant 49 jours dans la bande de Gaza. (Douzième chaîne. Utilisé conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)
Capture d'écran de l'interview de Daniella Aloni, enlevée par des terroristes du Hamas le 7 octobre 2023 et détenue pendant 49 jours dans la bande de Gaza. (Douzième chaîne. Utilisé conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)

Une Israélienne que les terroristes du Hamas ont enlevée lors de leur attaque dévastatrice du 7 octobre contre Israël a raconté le moment où elle a préparé sa fille de cinq ans à ce qu’elles meurent toutes les deux.

Danielle Aloni, 44 ans, et sa fille Emilia, 6 ans, se trouvaient dans le kibboutz Nir Oz pour rendre visite à la famille de sa sœur Sharon Aloni Cunio lorsque la communauté a été prise d’assaut par les terroristes au cours de leur attaque massive contre le sud d’Israël, qui a fait plus de 1 200 morts, pour la plupart des civils. Elles faisaient partie des 240 personnes au moins qui ont été enlevées vers la bande de Gaza au cours de l’attaque.

Des milliers de terroristes ont fait irruption à la frontière depuis la bande de Gaza, se déchaînant de manière meurtrière dans le sud d’Israël, tuant tous ceux qui se trouvaient sur leur chemin. Des familles ont été abattues alors qu’elles étaient retranchées dans leurs maisons, ou brûlées vives à l’intérieur de celles-ci.

Danielle s’est entretenue avec la Douzième et Treizième chaîne dans le cadre d’interviews diffusées samedi.

Alors que les terroristes envahissaient le kibboutz, Daniella, Emilia, sa sœur Sharon, son beau-frère David Cunio et leurs filles jumelles de 3 ans, Yuli et Emma, se sont tous réfugiés dans la chambre sécurisée de la famille, conçue pour résister à un impact de roquette, mais dont la porte n’était pas fermée à clé.

Ils savaient que des terroristes s’étaient infiltrés dans le kibboutz et entendaient des coups de feu à l’extérieur. Ils ont ensuite entendu des bruits de saccage de leur maison, mais les terroristes n’ont pas pu ouvrir la porte de la pièce sécurisée, car David la tenait fermée.

Au lieu de cela, les terroristes ont mis le feu à la maison. David a pris Yulia et a escaladé la fenêtre de la chambre, dans l’espoir de s’échapper. Ils ont tous deux été capturés par les terroristes.

Ceux qui se trouvaient encore à l’intérieur ont fermé les volets en acier, mais ils ont rapidement commencé à suffoquer à cause de la fumée qui s’infiltrait dans la pièce.

Danielle Alony, 44 ans, et sa fille Emilia, âgée de cinq ans, rendaient visite à Sharon Alony Cunio, la sœur d’Alony, et à sa famille. Elles ont été enlevées au kibboutz Nir Oz le 7 octobre 2023. (Autorisation)

Danielle a discuté de la situation avec Sharon et a fait valoir que, pour le bien des enfants, il valait mieux mourir rapidement et douloureusement sous les balles des terroristes que de suffoquer lentement dans la fumée.

« Je devais choisir la façon la plus facile de mourir », se souvient-elle.

La Treizième chaîne a diffusé un message vocal qu’elle a laissé à sa famille : « Ils brûlent notre maison, des terroristes sont entrés, ils ont essayé de nous tirer dessus. On nous brûle dans la maison. Si nous sortons, ils nous tireront dessus ».

« D’une manière ou d’une autre, nous mourrons. C’est ça, c’est ça, c’est notre fin », a déclaré Danielle.

Elle a raconté à la Douzième chaîne qu’elle avait serré sa fille Emilia contre elle et lui avait dit : « Mon amour, je suis désolée, nous sommes sur le point de mourir ».

Puis, avec Sharon, elles ont ouvert la fenêtre de l’abri « et j’ai attendu la volée de coups de feu ».

Mais un groupe de terroristes attendait à l’extérieur, leur a indiqué qu’ils devaient sortir, les a aidés à escalader la fenêtre et les a encerclés.

On leur a dit de commencer à marcher et Sharon s’est séparée d’elles, laissant Danielle avec sa fille Emilia et sa nièce Emma.

À ce moment-là, Danielle n’a pas envisagé la possibilité qu’elles soient prises en otage.

Capture d’écran d’une vidéo de propagande diffusée par le Hamas le 30 octobre 2023, montrant trois otages israéliennes : de gauche à droite, Rimon Buchshtab Kirsht, Danielle Aloni et Lena Trupanov. (Autorisation)

Les terroristes ont apporté une remorque qu’ils avaient prise au kibboutz et ont forcé Danielle, Emilia et Emma à monter à bord avec d’autres membres du kibboutz qui avaient été enlevés.

Alors qu’elles roulaient à travers les champs jusqu’à la frontière, Danielle a commencé à réaliser ce qui se passait. Leurs ravisseurs étaient « ivres de joie » et prenaient des photos à n’en plus finir pendant qu’elles étaient emmenées.

« Je vais à Gaza. Merde », a-t-elle raconté avoir pensé lors de son entretien avec la Douzième chaîne, tout en gardant l’espoir que l’armée interviendrait.

Ils ont atteint la frontière et ont été accueillis par une foule de civils gazaouis qui ont commencé à frapper ceux qui se trouvaient dans le véhicule.

Danielle a déclaré qu’elle avait jeté ses bras autour des deux jeunes filles et avait essayé de les protéger alors qu’elle était frappée à la tête.

Plus loin dans Gaza, le véhicule s’est arrêté et un terroriste lui a arraché Emma des bras.

Elle a essayé de supplier pour ne pas être séparée d’elle, lui disant en arabe « Ma fille, ma fille », mais il a éloigné sa nièce et l’a menacée avec son fusil.

« Si je meurs ici, ma fille [Emilia] mourra aussi », s’est-elle dit. « Je n’ai pas pu protéger la petite fille [Emma], une fille de trois ans et trois mois ».

Jusqu’à ce qu’elle soit libérée, Danielle a déclaré qu’elle ne savait pas ce qui était arrivé à Emma et que la culpabilité de ne pas avoir pu la protéger ne la lâchait pas.

Danielle, sa fille Emilia et d’autres otages ont été emmenés dans le vaste réseau de tunnels du Hamas, où Danielle dit avoir vu d’autres captifs, dont certains étaient menottés. Leurs visages, dit-elle, exprimaient le choc et la peur.

Certains captifs étaient blessés, avec des plaies ouvertes et des ecchymoses. Elle n’a pas vu d’autres enfants. Aucun des otages n’a reçu de traitement médical ni les médicaments dont ils avaient besoin pour des maladies chroniques.

Après une première période de trois jours dans les tunnels, les otages ont été conduits dans un appartement où ils sont restés 13 jours avant d’être ramenés sous terre en raison des frappes de l’armée israélienne en riposte aux massacres du 7 octobre.

« Nous avions très peur » d’être touchés par une bombe errante, a-t-elle déclaré.

Pendant les semaines où elles ont été retenues captives, elles ont été souvent déplacées. Danielle a également été forcée d’apparaître dans une vidéo de propagande du Hamas la montrant avec deux autres otages.

Au début, Danielle n’osait pas demander à ses ravisseurs ce qui était arrivé à sa sœur, à son beau-frère et à leurs deux filles, craignant la réponse qu’elle recevrait. Finalement, elle a posé la question et on lui a dit que Sharon et les deux filles étaient dans un hôpital.

Danielle Aloni rit à côté de sa fille Emilia Aloni, qui n’apparaît pas sur la photo, lors de leurs retrouvailles avec leur famille après leur libération de captivité dans la bande de Gaza, à l’hôpital pour enfants Schneider, en Israël, le 25 novembre 2023. (Crédit : Porte-parole de l’hôpital pour enfants Schneider/AP)

Tout au long de leur captivité, elle a essayé de prendre soin d’Emilia, en la convainquant qu’elles étaient à l’abri des bombes sous terre et en jouant à des jeux d’esprit pour lui remonter le moral, comme choisir un cadeau imaginaire chaque jour et inventer des histoires.

« Elle a reçu tous les cadeaux une fois qu’ils ont été libérés, a déclaré Danielle à la Douzième chaîne. « Elle a reçu plus de 49 cadeaux. »

 » J’ai constamment essayé d’adoucir le terrible traumatisme dont elle avait été témoin « .

Chaque jour, elle priait.

« Dieu, écoute la voix d’une petite fille », commençait-elle, avant de prier pour être libérée et ramenée en Israël, et pour la santé de tous les captifs.

Elle demandait à Emilia de répéter chaque phrase après elle.

« En tant que mère, vous mobilisez des forces dont vous ne connaissiez pas l’existence au préalable », a expliqué Danielle. « Vous vous dites : ‘Je vais tout faire, tout faire, pour que ma fille traverse ce traumatisme le plus facilement possible.’ Et c’est ainsi que l’on fait tout ».

Elle a raconté avoir supplié qu’on lui donne de la nourriture ou qu’on lui permette de se laver, dans l’intérêt de sa fille.

Bien qu’elle se soit efforcée de toujours paraître optimiste quant à leur libération, elle a admis qu’au fond d’elle-même, elle ne croyait pas qu’ils « verraient la lumière du jour ».

« Je devais faire preuve de force [pour Emilia] », a-t-elle déclaré.

Un jour, elle a eu une « grave crise de panique » pendant une demi-heure dans les tunnels et s’est souvenue que Yarden Bibas, « qui m’a tenu la main », figurait parmi les personnes qui l’ont aidée. Shiri, la femme de Bibas, et ses deux jeunes fils ont également été enlevés le 7 octobre, mais ils ont été emmenés à Gaza séparément. Le Hamas a affirmé que Shiri Bibas, son fils Ariel et le bébé Kfir étaient morts ; Tsahal a déclaré qu’il n’avait pas vérifié cette affirmation et l’a qualifiée de terrorisme psychologique.

Après cela, Danielle s’est juré de ne plus jamais laisser Emilia la voir découragée, « parce que toute sa force, elle la puisait en moi ».

« L’enfant ne doit pas sombrer dans la dépression, il ne doit pas connaître le désespoir », a-t-elle expliqué à la Treizième chaîne.

Trois jours avant sa libération, un terroriste a dit à Danielle qu’elle serait libérée le lendemain, ce qui n’a pas été le cas.

« C’est très angoissant, et on n’y croit pas [à la libération] », a-t-elle déclaré.

Un militaire serre contre lui Danielle Aloni, libérée par le Hamas le 24 novembre 2023. (Autorisation)

Lorsqu’elle a finalement été ramenée en Israël dans le cadre d’un cessez-le-feu temporaire à la fin du mois de novembre, des foules de Gazaouis ont bousculé le véhicule de la Croix-Rouge alors qu’ils étaient ramenés en Israël, a raconté Danielle.

« Il y avait des foules, elles ont attaqué les voitures de la Croix-Rouge, les ont secouées comme des fous », a-t-elle déclaré, ce qui a rendu Emilia « hystérique » et elle a eu peur de mourir.

La première nouvelle qu’elle a eue sur le sort du reste de sa famille lui a été donnée par un autre otage, libéré le même jour qu’elle, le 24 novembre. Alors qu’ils étaient tous deux soignés au centre hospitalier Schneider, elle a découvert que l’autre otage avait vu sa sœur Sharon.

« Quel moment inoubliable », se souvient Danielle.

Emilia souffre de graves problèmes post-traumatiques et reste très effrayée. Elle réagit avec crainte à tout son qui lui rappelle le sifflement d’une roquette sur le point d’exploser. Elle a également une « peur terrible » des sirènes d’alerte à la roquette et ne se sent plus en sécurité, même dans leur chambre sécurisée, car elle craint que « les méchants » ne viennent à nouveau l’enlever. Elle panique également lorsqu’elle entend une langue étrangère.

Lorsqu’on lui a demandé comment elle se sentait, Danielle a répondu : « Je suis ici, mais mon cœur est là-bas. Notre famille n’est pas au complet. »

Sharon Alony Cunio, 33 ans, son époux David Cunio, 34 ans, et leurs filles jumelles, Yuli et Emma, ont été enlevés au kibboutz Nir Oz le 7 octobre 2023. (Autorisation)

Elle a appelé à des négociations permanentes pour libérer les otages restants et a rejeté les appels de certains responsables israéliens demandant aux otages libérés de ne pas parler publiquement de ce qu’ils ont vécu.

« Nous devons crier, nous devons parler et nous devons faire beaucoup de bruit » au nom de ceux qui sont encore détenus, a-t-elle déclaré. « Tout le monde doit revenir.

La sœur de Danielle, Sharon Aloni Cunio, 33 ans, et ses jumelles de 3 ans, Yuli et Emma, ont été libérées le 27 novembre. Son mari, David Cunio, est toujours en captivité à Gaza.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.