Israël en guerre - Jour 140

Rechercher

Dans le plus grand camp palestinien du Liban, la peur des habitants

Les combats qui opposent par intermittence depuis samedi des factions palestiniennes, les plus graves dans ce camp depuis des années, ont fait 11 morts et poussé des centaines à fuir

Un homme passant devant des magasins fermés après les affrontements entre le mouvement Fatah et les islamistes dans le camp de réfugiés palestiniens d'Aïn el-Hilweh, dans la ville côtière méridionale de Sidon, le 1er août 2023. (Crédit : Mahmoud Zayyat/AFP)
Un homme passant devant des magasins fermés après les affrontements entre le mouvement Fatah et les islamistes dans le camp de réfugiés palestiniens d'Aïn el-Hilweh, dans la ville côtière méridionale de Sidon, le 1er août 2023. (Crédit : Mahmoud Zayyat/AFP)

Dans le marché quasiment désert du camp de réfugiés palestiniens de Aïn al-Helweh dans le sud du Liban, Ismaïl Akkaoui dispose des légumes sur un étal, dans l’attente de clients qui oseraient sortir malgré les affrontements.

Les combats qui opposent par intermittence depuis samedi des factions palestiniennes, les plus graves dans ce camp depuis des années, ont fait 11 morts et poussé des centaines de familles à fuir.

« Je suis obligé de sortir de la maison pour vendre des légumes malgré cette situation terrifiante. Sinon, ma famille n’aura pas de quoi vivre », affirme cet homme, les traits creusés, devant son étal.

Peu de commerçants ont suivi son exemple mardi, alors que les sifflements des balles se font entendre par intermittence, selon un correspondant de l’AFP.

Parmi eux, Moukhtar a étalé sur une table des sacs de pain achetés dans la ville voisine de Saïda.

Il indique avoir doublé la quantité de pain. « Les gens achètent deux sacs au lieu d’un, de crainte d’une dégradation de la situation sécuritaire », affirme-t-il.

Des hommes tirant en l’air pendant les funérailles de deux commandants du Fatah dans un camp de réfugiés palestiniens dans la ville portuaire de Tyr, au sud du Liban, le 31 juillet 2023.(Crédit : Mahmoud Zayyat/AFP)

Dans le quartier Hittin, des carcasses de voitures brûlées témoignent de la violence des combats.

La plupart des quartiers du camp portent le nom des villages palestiniens dont sont originaires les habitants de Aïn al-Helweh, descendants des réfugiés venus au Liban en 1948.

Les affrontements à l’arme automatique et à la roquette anti-char se poursuivent par intermittence, malgré l’annonce d’un cessez-le-feu dimanche soir.

Les traces des combats sont particulièrement visibles sur les habitations proches des lignes de front entre les groupuscules islamistes extrémistes et les combattants du mouvement Fatah, principale organisation palestinienne.

Un correspondant de l’AFP a vu des dizaines d’hommes armés, dont des francs-tireurs, des deux côtés, dans les rues jonchées de douilles de balles.

Des centaines de familles ont fui le camp, se réfugiant à Saïda, certains s’installant dans une mosquée de la ville.

« Violations » 

En vertu d’un accord datant d’une cinquantaine d’années, conclu du temps de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) au Liban, l’armée libanaise ne pénètre pas dans les camps de réfugiés où la sécurité est assurée par les factions palestiniennes.

En conséquence, il existe des zones de non-droit au sein des camps et Aïn al-Helweh, le plus grand camp du Liban est connu pour avoir accueilli des extrémistes et des personnes en cavale.

Des obus sont tombés aux alentours des points de contrôle de l’armée aux entrées du camp, poussant notamment écoles et autres institutions publiques à fermer leurs portes à Saïda, la grande ville du sud du Liban

Des affrontements entre groupes rivaux ont souvent lieu à Aïn al-Helweh où vivent 54 000 réfugiés palestiniens, auxquels s’ajoutent des milliers d’autres Palestiniens ayant fui la guerre en Syrie.

Plus de 450 000 Palestiniens sont enregistrés en tant que réfugiés au Liban auprès de l’UNRWA, mais le nombre réel de ceux qui résident toujours au Liban est d’environ 250 000, selon les estimations de l’ONU, en raison de l’émigration massive.

Mounir al-Maqdah, un haut responsable du Fatah assure que toutes les parties veulent mettre en place un cessez-le-feu durable.

« Nous nous efforçons de mettre un terme aux violations » du cessez-le-feu, a-t-il affirmé.

Des mesures sont prises pour renforcer la force de sécurité conjointe chargée de contrôler le camp, parallèlement au « retrait des hommes armés des rues, et à la formation d’une commission d’enquête pour identifier les personnes impliquées », selon lui.

Le responsable palestinien exprime cependant la crainte que le but de ces affrontements soit de « pousser les habitants du camp à l’exode ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.