Israël en guerre - Jour 256

Rechercher

Dans les cimetières militaires du Débarquement

Le Débarquement allié en Normandie, il y a 80 ans, a laissé dans l'ouest de la France 27 cimetières militaires, répartis par nationalité

Un officier britannique regardant des tombes illuminées, dans le cadre des commémorations du 80e anniversaire du débarquement des Alliés en Normandie pendant la Seconde Guerre mondiale, au cimetière militaire de Bayeux, à Bayeux, dans le nord-ouest de la France, le 5 juin 2024. (Crédit : Loïc Venance/AFP)
Un officier britannique regardant des tombes illuminées, dans le cadre des commémorations du 80e anniversaire du débarquement des Alliés en Normandie pendant la Seconde Guerre mondiale, au cimetière militaire de Bayeux, à Bayeux, dans le nord-ouest de la France, le 5 juin 2024. (Crédit : Loïc Venance/AFP)

« Peu importe d’où elles viennent » : le Débarquement allié en Normandie, il y a 80 ans, a laissé dans l’ouest de la France 27 cimetières militaires, répartis par nationalité, qui attirent toujours plus d’adeptes du tourisme mémoriel.

« Si on regarde le nombre de personnes qui sont mortes en Normandie, peu importe finalement d’où elles viennent, elles sont toutes des êtres humains », lâche Markus, devant la nécropole allemande de la Cambe.

La porte est étroite, avant un tumulus puis quelques croix en pierre de lave, réparties ici et là parmi de nombreux arbres qui donnent l’impression d’être dans un parc de 10 hectares.

Impressionné, cet Allemand dont le grand-père a combattu en Normandie durant l’été 1944 s’étonne de la différence avec le cimetière américain de 70 ha à Colleville-sur-Mer. Surplombant Omaha Beach, une des plages du Débarquement, 9.388 stèles de marbre blanc y sont dressées.

A la Cambe, les pierres plates et carrées sont à même le sol. Sous terre et dans le tumulus gisent près de 21 300 personnes.

Comme quatre des six cimetières allemands de la région, le cimetière a été créé par les Américains qui ont inhumé d’un côté leurs soldats, de l’autre les Allemands.

Le cimetière américain de Colleville-sur-Mer, dans le nord-ouest de la France, lors d’une visite médiatique organisée par l’American Battle Monuments Commission (ABMC), le 14 mars 2024. (Crédit : Lou BENOIST / AFP)

En 1945, les Américains commencent à transférer les corps qui n’ont pas été rapatriés aux Etats-Unis à Colleville et à Saint-James, gérés par l’American Battle Monuments Commission. Des cimetières provisoires américains, il ne reste rien si ce n’est une stèle commémorative à Marigny.

Quant aux Britanniques, leur approche est différente dans leurs 18 cimetières normands : ils regroupent les soldats au plus près du lieu de décès. Quelque 2.400 Allemands sont enterrés dans six cimetières du Calvados. Leurs tombes sont entretenues par le Commonwealth War Graves Commission (CWGC) dans le cadre d’un accord financier avec l’Allemagne.

En tout, plus de 70 000 soldats allemands sont enterrés en Normandie, très peu ayant été rapatriés. A la Cambe, 10 % étaient des SS et 80 % avaient à peine 20 ans. Le plus jeune avait 14 ans, le plus âgé était un capitaine de 75 ans.

Sont également enterrés des soldats issus des territoires annexés, comme ces habitants d’Alsace et Moselle, dans le nord-est de la France, incorporés dans la Wehrmacht.

Jardin de la paix

Grâce aux travaux d’une historienne, deux femmes travaillant dans l’administration ont été découvertes récemment : Hildegart Össwein, 23 ans, et Marie-Luise Micknat, 34 ans.

Figure également dans ce cimetière le prisonnier de guerre Heinz Gnibl, victime en 1949 de l’explosion d’un obus le jour de son retour au pays. Le principal responsable du massacre nazi d’Oradour-sur-Glane (centre-ouest), Adolf Diekmann, y est aussi enterré.

Mais la tombe la plus visitée reste celle de Michael Wittmann, redoutable pilote de chars allemand. Son corps n’a été retrouvé qu’en 1983 et transféré à la Cambe. Américains, Anglais, Italiens et Espagnols s’y pressent, la plaque sur sa tombe a même été volée deux fois.

Certains visiteurs laissent des objets, notamment des symboles nazis. « C’est rare et ils sont aussitôt enlevés », précise Marie-Annick Wieder du Volksbund Deutsche Kriegsgräberfürsorge, association qui entretient les sépultures allemandes dans 46 pays.

Cette conservatrice du cimetière note une fréquentation croissante, y compris des Allemands même s’ils se font discrets. « Il y a une honte, une sorte de culpabilité qui est encore là mais tend à s’estomper », explique-t-elle, précisant qu’à partir de 1989 les Allemands de RDA (République démocratique allemande) ont pu venir.

C’est surtout depuis le 70e anniversaire du Débarquement que le nombre de visiteurs a explosé et devrait atteindre cette année les 500 000, principalement des Français, Hollandais et Belges.

Des Jeeps Willys bordent la plage d’Arromanches-les-Bains, dans le nord-ouest de la France, le 5 juin 2024, dans le cadre des commémorations 80e anniversaire du débarquement allié de la Seconde Guerre mondiale en Normandie. (Crédit : Ludovic MARIN / AFP)

Les scolaires, dont le nombre ne cessent d’augmenter, sont invités à découvrir le jardin de la paix comptant 1 200 érables, et dans le vestibule une couronne en acier de 1 000 fleurs – myosotis pour les Allemands, bleuets pour les Français et coquelicots pour les Alliés.

« C’est un vrai message de paix qui doit parler aux jeunes quand ils sont dans le cimetière, selon Mme Wieder. Cela leur montre toutes les conséquences de la guerre, eux qui ont à peu près le même âge que ces soldats en 1944. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.