Israël en guerre - Jour 282

Rechercher

Dans les zones rebelles de Syrie, des malades graves privés de soins

Après le séisme qui a dévasté de vastes régions en Syrie et en Turquie et fait plus de 55 000 morts, Ankara a fermé aux patients le principal passage frontalier avec les zones rebelles

Des patients reçoivent un traitement au service d'hématologie et d'oncologie géré par la Syrian American Medical Society (SAMS) à l'hôpital central d'Idlib, dans la ville syrienne du nord-ouest tenue par les rebelles, le 2 mai 2023. (Crédit : OMAR HAJ KADOUR / AFP)
Des patients reçoivent un traitement au service d'hématologie et d'oncologie géré par la Syrian American Medical Society (SAMS) à l'hôpital central d'Idlib, dans la ville syrienne du nord-ouest tenue par les rebelles, le 2 mai 2023. (Crédit : OMAR HAJ KADOUR / AFP)

« Je vois mon bébé souffrir et je ne peux rien faire ». Dans une zone rebelle en Syrie, Oum Khaled s’angoisse pour sa fille née avec une malformation cardiaque qui risque de mourir si elle continue à être privée de soins médicaux.

Après le séisme du 6 février qui a dévasté de vastes régions en Syrie et en Turquie voisine et fait plus de 55 000 morts, Ankara a fermé aux patients le principal passage frontalier avec les zones rebelles en Syrie.

De nombreux malades vivant dans ces régions du nord-ouest du pays, où les infrastructures médicales sont vétustes, empruntaient jusque-là quotidiennement ce passage de Bab al-Hawa pour aller se faire soigner en Turquie, qui a soutenu pendant des années les rebelles en Syrie.

Une semaine avant le séisme, Oum Khaled, 27 ans, a mis au monde dans un camp de déplacés de la région d’Idleb sa fille, Islam, qui souffre d’atrophie et de malformation cardiaque.

« Son état s’aggrave, elle maigrit », s’alarme cette mère de quatre enfants dans une tente du camp. « Quand elle pleure, elle devient toute bleue et son cœur bat vite », raconte-t-elle, disant qu’Islam a parfois de grosses difficultés à respirer.

Umm Khaled, une mère syrienne de 27 ans, regarde les sonogrammes de sa fille Islam, née avec une malformation cardiaque, assise à l’intérieur d’une tente dans le village de Halzun, près de Sarmada, dans la partie de la province syrienne d’Idlib tenue par les rebelles, le 10 mai 2023. (Crédit : OMAR HAJ KADOUR / AFP)

Manque d’équipements

Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), près de 50 % des établissements de santé sont hors service en Syrie, suite à des années de guerre, déclenchée en 2011 après la répression de manifestations prodémocratie.

La situation est particulièrement préoccupante dans les régions rebelles, abritant plus de trois millions de personnes, dont la moitié sont des déplacés, et où les hôpitaux manquent d’équipements, de personnel et de médicaments.

Craignant pour la vie d’Islam, un médecin a recommandé à Oum Khaled de la faire opérer rapidement.

Mais les points de passage avec les zones tenues par le gouvernement syrien sont fermés aux civils, et la Turquie, où le secteur de la santé a été débordé par les victimes du séisme, n’est désormais plus une option .

Les autorités locales avaient l’habitude d’envoyer la plupart des personnes souffrant de maladies cardiaques, de cancer et celles nécessitant des opérations chirurgicales complexes en Turquie, via Bab el-Hawa, avant sa fermeture aux malades.

Sur cette photo prise des personnes s’enregistrent à leur arrivée au service d’hématologie et d’oncologie géré par la Syrian American Medical Society (SAMS) à l’hôpital central d’Idlib, dans la ville syrienne du nord-ouest tenue par les rebelles, le 2 mai 2023. (Crédit : OMAR HAJ KADOUR / AFP)

Le passage n’est resté ouvert que pour l’aide humanitaire onusienne, les marchandises et les Syriens de Turquie souhaitant rendre visite à leur proche dans l’enclave.

Firas al-Ali, 35 ans, atteint d’une tumeur hypophysaire bénigne, se rendait régulièrement en Turquie, où il s’est fait opérer et recevait ses médicaments.

Il devait y aller le 23 février, mais le passage était alors fermé.

« De toute urgence »

Firas voit flou désormais et ressent de fortes douleurs à la tête. « Mon traitement, que je ne dois jamais arrêter, n’est pas disponible ici, ou alors il est au-dessus de mes moyens », affirme l’homme aux cernes prononcés et au teint pâle.

Depuis la fermeture de Bab al-Hawa, l’hôpital géré par l’ONG Syrian American Medical Society (SAMS) et basé à Idleb, le seul traitant les tumeurs cancéreuses dans la région, est débordé.

des personnes entrent dans le complexe abritant le centre de thalassémie et le service d’hématologie et d’oncologie géré par la Syrian American Medical Society (SAMS) à l’hôpital central d’Idlib, dans la ville syrienne du nord-ouest tenue par les rebelles, le 2 mai 2023. (Crédit : OMAR HAJ KADOUR / AFP)

« Après le séisme, les patients ont afflué », explique l’oncologue pédiatrique Abd el-Razzaq Bakkour.

Rien que dans le service pédiatrique, l’hôpital a accueilli 30 des 70 patients qui suivaient habituellement un traitement en Turquie.

« Quarante patients ne suivent donc plus de chimiothérapie et (…) certains risquent de mourir », déplore M. Bakkour.

« Nombre d’entre eux devraient être admis en Turquie de toute urgence », ajoute le médecin, qui précise que son établissement manque notamment « d’appareils servant à dresser un diagnostic ».

Lundi, la Turquie a fini par rouvrir le poste-frontière de Bab al-Hawa, mais seulement pour les personnes atteintes de cancer.

Youssef Hajj Youssef, atteint d’un cancer du poumon, devait subir une séance de chimiothérapie dans le sud de la Turquie le jour du séisme, mais le drame l’en a empêché.

Depuis qu’il a interrompu son traitement, « la taille de la tumeur a augmenté de trois centimètres », raconte le sexagénaire depuis le centre d’oncologie de la SAMS.

« Après le séisme, nous, les personnes atteintes de cancer, avons beaucoup souffert. Nous attendons tous de pouvoir retourner dans les hôpitaux turcs ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.