Rechercher

Darmanin demande de « renforcer » la sécurité des synagogues en amont de Pourim

Les fêtes coïncideront cette année avec "la commémoration des attentats de 2012 qui donnera lieu à l'organisation de plusieurs cérémonies sur le territoire national"

Le ministre français de l'Intérieur Gérald Darmanin arrive à l'Elysée avant la cérémonie en l'honneur des médaillés olympiques et paralympiques français lors de Tokyo 2021, à Paris, le 13 septembre 2021. (Crédit : Ludovic MARIN / AFP)
Le ministre français de l'Intérieur Gérald Darmanin arrive à l'Elysée avant la cérémonie en l'honneur des médaillés olympiques et paralympiques français lors de Tokyo 2021, à Paris, le 13 septembre 2021. (Crédit : Ludovic MARIN / AFP)

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a demandé fin février aux préfets de « renforcer la sécurité » des lieux de cultes juifs pour les fêtes de Pourim mi-mars, qui auront lieu au même moment que les commémorations des dix ans des attentats de Toulouse.

« Le niveau très élevé de la menace terroriste qui continue de peser sur notre pays exige le maintien d’une forte vigilance », a écrit le ministre dans une note adressée à tous les préfets et consultée par l’AFP.

En outre, les fêtes de Pourim, prévues du 16 au 20 mars, coïncideront cette année avec « la commémoration des attentats de 2012 qui donnera lieu à l’organisation de plusieurs cérémonies sur le territoire national », a ajouté le ministre, en référence aux tueries commises il y a 10 ans à Toulouse et Montauban.

Entre le 11 et le 19 mars 2012, trois militaires (Imad Ibn Ziaten, Abel Chennouf et Mohamed Legouad), un professeur (Jonathan Sandler) et trois enfants de l’école juive toulousaine Ozar Hatorah (Aryeh et Gabriel Sandler et Myriam Monsonégo) ont été assassinés. Le terroriste avait été abattu par la police après un siège de 32 heures.

Les portraits des sept victimes – Imad Ibn Ziaten, Abel Chennouf, Mohamed Legouad, Gabriel Sandler, Aryeh Sandler, Myriam Monsonégo et Jonathan Sandler – de Mohamed Merah pendant une cérémonie de commémoration organisée par le CRIF à Toulouse, le 19 mars 2014. (Crédit : Rémy Gabalda/AFP)

Gérald Darmanin demande notamment aux préfets de limiter le « nombre d’accès » aux lieux de culte, de mettre en place une « présence statique visible » des forces de l’ordre lors des offices, ou encore d’engager les « militaires de l’opération Sentinelle sur les lieux ou les édifices les plus sensibles ou les plus emblématiques ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...