David Bitan : les allégations contre Sara Netanyahu visent le Premier ministre
Rechercher

David Bitan : les allégations contre Sara Netanyahu visent le Premier ministre

Le législateur du Likud évoque une "horrible conspiration" alors qu'un reportage diffusé à la télévision évoque une énième plainte portée à l'encontre de Mme Netanyahu

David Bitan pendant une conférence de presse à Tel Aviv, le 27 juillet 2017 (Crédit : Flash90)
David Bitan pendant une conférence de presse à Tel Aviv, le 27 juillet 2017 (Crédit : Flash90)

Un législateur du Likud a pris samedi la défense de l’épouse du Premier ministre Benjamin Netanyahu, Sara, suite à une nouvelle plainte déposée à l’encontre de cette dernière par une ancienne employée de la résidence du Premier ministre, affirmant que ces allégations de mauvais traitement faisaient partie d’une « horrible conspiration » visant à saper l’influence du Premier ministre.

« La batterie d’avocats et de personnalités issues du secteur des relations publiques qui ont été enrôlées dans une plainte déposée devant le tribunal du travail apporte la preuve qu’une femme opprimée a été exploitée et manipulée dans le but de nuire à l’épouse du Premier ministre et par conséquent, à porter préjudice à ce dernier pour des raisons politiques », a déclaré David Bitan samedi lors d’un événement culturel, selon le site d’information Walla.

« Cette horrible conspiration sera exposée » a-t-il ajouté.

Ces propos de Bitan surviennent suite à des informations parues dans le quotidien Yedioth Ahronoth vendredi qu’une ancienne employée, une femme ultra-orthodoxe âgée de 24 ans, a déposé une plainte au civil pour abus présumés, réclamant 64 000 dollars de dommages.

Sara Netanyahu pendant une visite à des enfants malades du cancer et à leurs parents à Jérusalem, le 15 juin 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Sara Netanyahu pendant une visite à des enfants malades du cancer et à leurs parents à Jérusalem, le 15 juin 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

La femme, dont l’identité n’a pas été révélée et qui est mère de trois enfants, avait récemment travaillé comme femme de ménage au sein de la résidence pendant un mois seulement.

Parmi ses doléances, elle affirme n’avoir pas été autorisée à partir lorsque l’un de ses enfants était tombé malade et avoir été obligée d’utiliser les toilettes hors du bâtiment principal, a fait savoir Yedioth Aharonot.

Samedi, la Deuxième chaîne a révélé d’autres griefs contenus dans la plainte, notamment le fait que Sara Netanyahu s’en était prise à la femme qui s’était appuyée contre son placard à chaussures, l’obligeant à le nettoyer dans la foulée.

La chaîne de télévision a également publié des SMS que la femme aurait envoyé à sa sœur, détaillant les abus présumés qu’elle aurait subi à la résidence.

« A partir de 8 heures 30, je n’ai plus pu aller aux toilettes ou avaler quelque chose », avait écrit la femme. « Grâce à Dieu, elle se fait coiffer et maquiller à 6 heures, alors je peux manger, boire et aller aux toilettes. On ne peut même pas considérer ces droits comme acquis ».

La Deuxième chaîne a indiqué vendredi que l’employée devait se laver les mains plus de 100 fois par jour et changer de vêtements jusqu’à 10 fois quotidiennement.

Elle a également affirmé que le fils aîné du Premier ministre, Yair Netanyahu, faisait des inspections de propreté.

Le Premier ministre, sur Facebook, a qualifié les faits de « tentative d’extorsion » et a expliqué que la plainte provenait du « même système, du même mensonge, du même journal et du même avocat ».

Plusieurs autres anciens employés ont, dans le passé, déclaré avoir subi de mauvais traitements de la part de Sara Netanyahu.

Le couple Netanyahu a nié toutes les informations allant dans ce sens, évoquant une chasse aux sorcières lancée par des médias hostiles.

Cela fait longtemps que Sara Netanyahu fait l’objet d’accusations de la part de son personnel. Elle est aussi accusée d’intervenir dans les affaires de l’Etat.

Dans la plainte, les avocats de la plaignante ont rapporté que la femme était ultra-orthodoxe, et ne regardait pas la télévision ni n’écoutait la radio. Ainsi, elle n’était pas au courant des accusations précédentes lancées contre Sara Netanyahu.

Son avocat, Oren Gross, a expliqué à la Deuxième chaîne que la femme avait subi des pressions de la part de forces politiques désireuses qu’elle retire sa plainte.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...