David Cameron écarte une interdiction des Frères musulmans
Rechercher

David Cameron écarte une interdiction des Frères musulmans

Les autorités vont néanmoins continuer à enquêter sur la légalité des opinions et des activités de ce groupe terroriste

David Cameron (Crédit : UK Department for International Development/Flickr)
David Cameron (Crédit : UK Department for International Development/Flickr)

Le Premier ministre britannique David Cameron a écarté jeudi une interdiction des Frères musulmans au Royaume-Uni mais a prévenu que tout lien avec ce groupe pourrait être considéré comme « un éventuel signe d’extrémisme ».

« Certaines sections des Frères musulmans ont une relation ambiguë à l’extrémisme violent », a écrit M. Cameron aux députés, présentant les résultats d’une enquête sur cette confrérie.

Le rapport, qui n’a pas été rendu public, conclut qu’ « être membre, associé ou influencé par les Frères musulmans devrait être considéré comme un signe d’extrémisme », précise le Premier ministre

Il indique que les autorités vont continuer à enquêter sur la légalité des opinions et des activités des Frères musulmans.

De plus, le gouvernement britannique compte « intensifier la surveillance des opinions et des activités menées à l’étranger par les membres, associés ou affiliés des Frères musulmans, qu’ils soient basés au Royaume-Uni ou ailleurs », souligne M. Cameron.

Les services de communication de la confrérie, fondée en 1928 en Égypte par Hassan al-Banna, sont installés à Londres.

Plusieurs alliés du Royaume-Uni au Moyen-Orient le poussaient à interdire les Frères musulmans, dont l’Égypte, où cette organisation est classée « terroriste ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...