David Friedman : « les implantations font partie d’israël »
Rechercher

David Friedman : « les implantations font partie d’israël »

L’envoyé américain en Israël a estimé que les implantations ont "une signification nationale, historique et religieuse"

Jacob Magid est le correspondant implantations du Times of Israël

L'ambassadeur américain en Israël, David Friedman, lors d'une cérémonie pour les nouveaux ambassadeurs à la résidence du président de Jérusalem le 16 mai 2017. (Crédit :  Noam Revkin Fenton/Pool/Flash90)
L'ambassadeur américain en Israël, David Friedman, lors d'une cérémonie pour les nouveaux ambassadeurs à la résidence du président de Jérusalem le 16 mai 2017. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Pool/Flash90)

Lors d’un entretien télévisé jeudi, l’ambassadeur des Etats-Unis en Israël a déclaré que « les implantations font partie d’Israël. »

« Je pense que cela a toujours été ceux à quoi on s’attendait. Lorsque la Résolution 242 a été adoptée en 1967, elle a été, et reste aujourd’hui la seule résolution de fond qui a été acceptée par tout le monde », a déclaré l’ambassadeur David Friedman à Walla News.

« L’idée était qu’Israël aurait le droit de sécuriser les frontières… Les frontières de 1967 étaient considérées par tous comme non sûres. Ainsi, Israël conserverait une partie significative de la Cisjordanie, et il rendrait ce dont elle n’a pas besoin pour la paix et la sécurité. Il y a toujours eu une notion d’expansion vers la Cisjordanie, mais pas nécessairement une expansion dans toute la Cisjordanie, et je pense que c’est exactement ce qu’a fait Israël. Vous savez, ils n’occupent que 2 % de la Cisjordanie. Il y a une signification nationale, historique et religieuse importante pour ces implantations et je pense que les résidents se considèrent comme des Israéliens, et Israël considère les résidents comme des Israéliens. »

Interrogé sur la question de savoir si certaines des implantations devaient « tomber » dans un futur accord de paix avec les Palestiniens, Friedman a répondu « attendez et vous verrez ».

On lui a alors demandé à quelle date les Israéliens pouvaient s’attendre à ce que la Maison Blanche propose une initiative de paix, Friedman a spéculé qu’il y en aurait une « dans quelques mois ».

Cependant, il a précisé sa déclaration en précisant : « nous ne nous tenons à aucun délai. Nous allons essayer de le faire correctement, pas vite. »

Après avoir été poussé à confirmer si des progrès ont été réalisés par l’administration Trump, l’ambassadeur a répondu par l’affirmative.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...