De l’eau potable en Tanzanie grâce à des étudiants de l’université de Tel Aviv
Rechercher

De l’eau potable en Tanzanie grâce à des étudiants de l’université de Tel Aviv

Une délégation de la faculté d’ingénierie de l’université de Tel Aviv s'est rendue dans le pays d'Afrique de l'Est pour relier une école de 1 000 enfants à l'eau potable

Les étudiants de la faculté d’ingénierie de l’université de Tel Aviv avec un groupe d’enfants de l’école tanzanienne qu’ils ont raccordée à l’eau potable. (Crédit : Amis français de l’université de Tel Aviv)
Les étudiants de la faculté d’ingénierie de l’université de Tel Aviv avec un groupe d’enfants de l’école tanzanienne qu’ils ont raccordée à l’eau potable. (Crédit : Amis français de l’université de Tel Aviv)

Une délégation de six étudiants de la faculté d’ingénierie de l’université de Tel Aviv s’est récemment rendue dans le district de Babati en Tanzanie, sous la supervision du professeur Dror Avisar, directeur de l’Institut de recherche sur l’eau de l’université.

Leur voyage avait pour but de relier une école de 1 000 enfants à l’eau potable, a rapporté le site des Amis français de l’université de Tel Aviv.

Le voyage était organisé pour la 5e année consécutive dans le cadre des activités de l’association « Ingénieurs sans frontières-Israël ».

Le projet vise à « œuvrer à la promotion et l’amélioration de la qualité de la vie de la population israélienne ainsi que des populations en développement dans le monde entier ».

Les étudiants ont travaillé de façon bénévole durant les vacances de Souccot. Ils ont ainsi pu mettre en pratique les connaissances acquises durant leurs études « et installer un système d’adduction d’eau pour l’école régionale, pouvant stocker jusqu’à 40 000 litres ». Ils ont également entretenu les systèmes existants installés par les délégations précédentes, créé avec la population locale une nouvelle bibliothèque pour les enfants, et formé de jeunes scouts locaux pour participer à la construction et apprendre à entretenir les systèmes.

« Dans le comté de Babati, les enfants doivent parfois parcourir 10 km pour bénéficier de réservoirs d’eau propre, ou se contenter d’eau stagnante et polluée contenant beaucoup de fluor, qui nuit à leur santé », a expliqué Natalie Lubelchik, membre de la délégation, qui termine actuellement sa maîtrise en astrophysique.

Les systèmes installés viendront ainsi faciliter leur vie quotidienne, en particulier durant la saison sèche.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...