Début des activités inter-confessionnelles dans les synagogues d’Europe
Rechercher

Début des activités inter-confessionnelles dans les synagogues d’Europe

À partir du 6 septembre, les communautés juives inviteront le grand public à assister à des visites et autres programmes dans le cadre des Journées européennes de la culture juive

Dani Rotstein, le doigt en l'air, présente à des touristes allemands une église qui était une synagogue dans le passé à Palma de Majorque, le 11 février 2019. (Crédit : Cnaan Liphshiz/ JTA)
Dani Rotstein, le doigt en l'air, présente à des touristes allemands une église qui était une synagogue dans le passé à Palma de Majorque, le 11 février 2019. (Crédit : Cnaan Liphshiz/ JTA)

JTA – Chaque année depuis 2000, en septembre, les synagogues et autres sites du patrimoine juif dans des centaines de villes d’Europe – un continent où les institutions juives restent normalement fermement fermées pour des raisons de sécurité – sont ouvertes au public pour un événement d’une journée visant à favoriser les liens entre les communautés juives et les Européens non juifs.

Cette année, la série des Journées européennes de la culture juive sera sans aucun doute différente en raison de la pandémie de coronavirus. Mais les communautés de nombreuses villes, notamment en Espagne et en Italie, les deux pays les plus touchés par la COVID-19 en Europe, prévoient d’organiser au moins quelques manifestations en groupe.

En fait, ces deux nations augmentent leur participation : 40 villes en Espagne, contre 30 l’année dernière, et 90 en Italie, contre 88 l’année dernière.

Au total, les événements de la campagne se dérouleront dans 30 pays, du Luxembourg, où un cantor donnera un concert à la synagogue de Luxembourg-ville, à la Slovénie, où un guide proposera des visites du cimetière juif de Rozna Dolina, une ville proche de la frontière italienne, et des célébrités qui y sont enterrées.

En plus des événements organisés en personne, d’autres seront filmés et diffusés en direct, notamment pendant les huit premières heures du 6 septembre, jour d’ouverture de la série qui s’étend sur tout le mois. Les détails sur la manière de visionner les événements seront disponibles sur le site web de l’Association européenne pour la préservation et la promotion de la culture et du patrimoine juifs, qui organise la programmation.

Des visiteurs sur la place du ghetto juif de Venise. (Crédit : Paolo Raccanelli)

« Cette année, en raison de la terrible urgence sanitaire qui a submergé le monde, nous aurons une édition qui sera nécessairement différente », peut-on lire dans une déclaration des organisateurs de l’association, une alliance de 22 groupes allant du B’nai B’rith Europe au réseau portugais de quartiers historiques juifs.

Le fait que le projet se déroule cette année en Espagne et en Italie – deux anciens épicentres de la pandémie de coronavirus en Europe – démontre que « la culture juive est non seulement très présente, mais fait également preuve d’une grande résilience », selon la déclaration.

L’Espagne et l’Italie sont parmi les cinq seuls pays européens dont le taux de mortalité dû au virus dépasse les 531 décès par million d’habitants aux États-Unis. Cependant, l’épidémie a éclaté dans ces pays des semaines avant qu’elle ne commence à se propager aux États-Unis, et ils ont depuis lors assoupli leurs mesures de confinement, qui comprenaient un confinement total. (Une deuxième vague se prépare en Espagne).

L’île de Palma de Majorque, au large de la côte orientale de l’Espagne continentale, abrite une communauté juive locale qui a une histoire unique. Cette année, elle participera pour la deuxième fois aux Journées européennes de la culture juive, avec un mélange d’événements physiques et virtuels, a déclaré Dani Rotstein, guide touristique et membre de la communauté locale.

Des membres de la communauté juive de Majorque en Espagne participent à un picnic pour Tou Bichvat, le 10 février 2019. (Cnaan Liphshiz)

Sur le terrain, la synagogue locale sera ouverte aux visiteurs les 26 et 27 septembre, juste avant Yom Kippour. Un concert de musique ladino en plein air aura lieu le 6 septembre, et des visites guidées gratuites de l’ancien quartier juif de la ville de Palma seront organisées chaque dimanche pendant les mois de septembre et d’octobre, grâce à l’aide de la municipalité.

« Je pense que la volonté de mettre en place des Journées européennes de la culture juive cette année, après la tragédie du coronavirus, montre à quel point la société espagnole s’intéresse de plus en plus à son histoire juive », a déclaré M. Rotstein.

De plus, Rotstein a commencé ce mois-ci à effectuer des visites guidées virtuelles en espagnol, catalan et anglais sur Zoom avec une caméra stabilisée. Les téléspectateurs peuvent le voir en train de visiter les sites du patrimoine juif dans les rues de Palma et le musée juif qui y a ouvert ses portes en 2015.

Dans la ville de Saragosse, au nord-est de l’Espagne, un dîner de Rosh HaShana pour les non-juifs aura lieu le 19 septembre. L’événement, auquel participeront des experts de l’histoire juive expliquant les coutumes de la fête juive, a été déplacé dans un parc public en plein air afin de réduire le risque de contagion.

Moked, le magazine de la communauté juive d’Italie, s’est vanté dans un article de comment « Rome, la plus ancienne communauté juive de la diaspora, va être la ville leader » dans les événements des Journées européennes de la culture juive.

La communauté de Rome proposera des visites virtuelles dans les synagogues, les musées et les quartiers juifs, ainsi que des spectacles, des conférences et des tables rondes, a rapporté Moked.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...