Début du procès Nadav Bensoussan, prince déchu de la « défiscalisation pour tous »
Rechercher

Début du procès Nadav Bensoussan, prince déchu de la « défiscalisation pour tous »

Le Fisc s'est penché sur France Offshore, une entreprise, proche des milieux de la "taxe carbone" qui serait parvenu à blanchir quelques 700 M d'euros

Le bagout du golden-boy Nadav Bensoussan lui a permis de convaincre des centaines de clients, qui l'accompagnent aujourd'hui sur le banc des accusés (Crédit : DR)
Le bagout du golden-boy Nadav Bensoussan lui a permis de convaincre des centaines de clients, qui l'accompagnent aujourd'hui sur le banc des accusés (Crédit : DR)

Lundi 27 février s’ouvrira le procès de Nadav Bensoussan et de 15 autres prévenus, dont une banque lettone, pour fraude fiscale, blanchiment de ce délit, participation à une association de malfaiteurs, escroquerie en bande organisée et travail dissimulé.

Ils sont jugés pour avoir mis en place sous l’appellation « France Offshore » un vaste système de fraude fiscale et de blanchiment, au bénéfice de petits patrons comme de personnes impliquées dans diverses escroqueries (taxe carbone, fraude à la TVA, etc.).

Les enquêteurs ont estimé le montant des sommes blanchies à plus de 700 millions d’euros, sans parvenir toutefois à un chiffrage définitif.

Nadav Bensoussan, s’étonnent les juges d’instruction « revendiquait même dans les médias professionnels et grand public une « démocratisation » de l’offshore, avec l’objectif de rendre le produit accessible au plus grand nombre de chefs d’entreprise. Ce faisant, il élargissait sa clientèle aux plus nombreux « simples » fraudeurs fiscaux et se libérait de la clientèle sulfureuse et confidentielle de délinquants financiers qui gagnent leur vie illégalement. »

Bensoussan a été qualifié de créateur du manuel de « Fraude fiscale pour les nuls » par le journal Les Echos.

Ce dernier relate l’aspect décomplexé de la communication de Bensoussan, qui distribuait des serviettes floqué « FO » l’été sur les plages de St Tropez, expliquait à l’AFP en 2010 comment se faire domicilier à l’étranger, ou qui « plantait son stand au salon du E-Commerce ».

Le procès devrait se dérouler jusqu’au 30 mars à la 32e chambre du tribunal correctionnel.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...