Décès de Jean Daniel, fondateur du Nouvel Observateur
Rechercher

Décès de Jean Daniel, fondateur du Nouvel Observateur

Élevé dans une famille juive algérienne, Jean Daniel Bensaïd avait un "attachement indéfectible à Israël" mais refusa trois fois un poste d'ambassadeur proposé par Mitterrand

Jean Daniel, fondateur du Nouvel Observateur devenu l'Obs, est décédé à 99 an, le 20 février 2020. (Crédit : via Twitter)
Jean Daniel, fondateur du Nouvel Observateur devenu l'Obs, est décédé à 99 an, le 20 février 2020. (Crédit : via Twitter)

Jean Daniel, fondateur du Nouvel Observateur devenu l’Obs, est décédé à 99 ans, a annoncé jeudi l’hebdomadaire sur son site Internet.

« Il est décédé mercredi soir à l’âge de 99 ans après une longue vie de passion, d’engagement et de création », a indiqué L’Obs. Grande conscience de gauche, Jean Daniel avait fondé en 1964 avec Claude Perdriel Le Nouvel Observateur, dont il a été le directeur de la publication jusqu’en 2008.

« Le plus prestigieux journaliste français s’est éteint. Il fut à la fois un témoin, un acteur et une conscience de ce monde », écrit L’Obs.

Jusqu’à un âge très avancé, cette plume redoutée et brillante aura signé l’éditorial de l’hebdomadaire, rebaptisé L’Obs en 2014 et alors cédé au groupe Le Monde. Avec son profil d’aigle, il n’avait rien perdu de sa belle allure même si sa figure de « commandeur » et son narcissisme ont pu parfois agacer.

Jean Daniel, que l’historien Pierre Nora a qualifié de « dernière figure du journalisme inspiré », a rencontré tous les grands de ce monde.

(ARCHIVES) De gauche à droite : les intellectuels français Maxime Rodinson, Pierre Nora, Michel Foucault, Simone de Beauvoir, Alain Finkielkraut, Jean Daniel et Claude Lanzmann posent au palais de l’Élysée après une rencontre avec le président français François Mitterrand, le 14 septembre 1982. (Crédit : Yves PARIS / AFP)

En 1963, c’est en plein déjeuner, à Cuba, avec Fidel Castro qu’il apprend la mort de John F. Kennedy, avec lequel il vient d’avoir un entretien. « Kennedy était un ennemi auquel on s’était habitué. C’est une affaire très grave », lui dit le « Lider maximo ».

Il a été l’ami de Pierre Mendès-France, Michel Foucault, François Mitterrand, avec lequel il eut, comme tant d’autres, des relations compliquées, ou Albert Camus, en dépit de leur désaccord sur le dossier algérien.

Également écrivain et essayiste, il a signé une trentaine de livres, depuis L’erreur, roman paru en 1952 salué par Camus, à Mitterrand l’insaisissable en 2016. Ses Œuvres autobiographiques (cinq ouvrages) ont été rassemblées en 2002 en un seul volume de 1 700 pages.

Blessé à Bizerte

L’Algérie, où il naît le 21 juillet 1920 à Blida, le marque pour la vie.

Elevé dans une famille juive algérienne juive, Jean Daniel Bensaïd est le onzième – et dernier – enfant de Jules Bensaïd et Rachel Bensimon. Si, jeune, il s’était révélé agnostique, il était resté attaché à son identité juive. En 2003, il avait publié le livre La prison juive, un essai « sur la condition juive ».

Il abandonne son patronyme après-guerre pour écrire dans Combat sous le pseudonyme de Jean Daniel. Son père sera une figure adorée, s’émerveillant « chaque jour d’être Français ».

(ARCHIVES) Le journaliste et auteur français Jean Daniel s’exprime après la cérémonie d’intronisation de l’écrivain et philosophe français Alain Finkielkraut à l’Académie française de Paris, le 28 janvier 2016. (Crédit : Jacques DEMARTHON / AFP)

Après avoir combattu dans les rangs de la division Leclerc, il étudie après-guerre la philosophie à la Sorbonne puis entre en 1946 au cabinet de Félix Gouin, président du Gouvernement provisoire. Se situant déjà dans le courant de la gauche non communiste, il fonde, en 1947, Caliban, une revue culturelle.

Au milieu des années 50, Jean-Jacques Servan-Schreiber l’engage à L’Express où il couvre les « événements » d’Algérie. Il y reste huit ans, en devient le rédacteur en chef. Menacé de mort, inculpé pour atteinte à la sûreté de l’État, il défend l’indépendance algérienne.

En 1961, envoyé spécial en Tunisie, il est sérieusement blessé à Bizerte par des tirs de l’armée française.

Après un bref passage au Monde, ce journaliste, déjà auréolé d’une réputation dépassant les frontières françaises, co-fonde en 1964 Le Nouvel Observateur. Commence la grande aventure de sa vie.

« Jamais, nous n’avions pensé que nous réussirions. La formule choisie était assez culturelle, assez intellectuelle pour ne pas dépasser les 40-60 000 exemplaires dans le meilleur des cas », dit-il à l’AFP en 2004. En 1974, il tire déjà à 400 000 exemplaires !

Le tandem qui dirige le titre fait merveille : à Claude Perdriel, la gestion, à Jean Daniel, la rédaction. « Nous avons réussi, confiait ce dernier, à un moment, à réunir autour de nous les plus brillants journalistes d’Europe. »

Les deux hommes sont inséparables, passent leurs vacances ensemble, avant que les liens ne se distendent. Jean Daniel devait épouser Michèle Bancilhon, première femme de Claude Perdriel. Le couple aura une fille, Sara Daniel, future journaliste au Nouvel Observateur.

« Pessimiste émerveillé »

(ARCHIVES) L’écrivain et journaliste français Jean Daniel pose avec son livre L’ère des ruptures après avoir reçu le prix Aujourd’hui, prix littéraire français, à Paris. (Crédit : Georges BENDRIHEM / AFP)

Participant à tous les grands débats de l’époque, le magazine défend l’anticolonialisme, publie en une le manifeste des « 343 salopes » pour l’avortement, soutient Mendès-France, Rocard puis Mitterrand, polémique avec le Parti communiste.

Sur le Proche-Orient, malgré son « attachement indéfectible à Israël », Jean Daniel qui, selon lui, refusa trois fois un poste d’ambassadeur proposé par le président Mitterrand, considérait que « les Palestiniens avaient droit à un État ».

Après les révélations d’Alexandre Soljenitsyne sur l’existence des Goulags en URSS, il écrit : « Nous ne laisserons jamais à la droite le confortable et unique monopole de la contestation contre les démences des bureaucrates totalitaires. »

En guise de bilan professionnel et intellectuel, Jean Daniel, qui fut membre du conseil supérieur de l’Agence France-Presse, se félicitait d’avoir « entrepris de ‘dé-marxiser’ la gauche avec des principes de gauche ».

En 2016, ce « pessimiste émerveillé », selon ses mots, assurait : « Pour moi, le repos c’est la mort. » Il avait alors 96 ans…

De nombreux journalistes et responsables politiques lui ont rendu hommage sur Twitter.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...