Décès de l’ancien ministre saoudien du Pétrole Ahmed Zaki Yamani
Rechercher

Décès de l’ancien ministre saoudien du Pétrole Ahmed Zaki Yamani

Premier représentant saoudien à l'Opep, il est à l'origine du premier choc pétrolier, provoqué par un embargo de l'Opep contre les alliés d'Israël en pleine guerre du Kippour

Le ministre saoudien du pétrole, Ahmed Zaki Yamani, écoute les questions des journalistes lors d'une conférence de presse à Doha, au Qatar, après son arrivée pour assister à la réunion de l'OPEP, le 14 décembre 1976,  (Crédit : AP, Archive)
Le ministre saoudien du pétrole, Ahmed Zaki Yamani, écoute les questions des journalistes lors d'une conférence de presse à Doha, au Qatar, après son arrivée pour assister à la réunion de l'OPEP, le 14 décembre 1976, (Crédit : AP, Archive)

L’ancien ministre du Pétrole saoudien Ahmed Zaki Yamani, acteur clé du premier choc pétrolier de 1973, est décédé mardi à l’âge de 90 ans, a annoncé la télévision d’Etat.

Ce ministère est fondamental dans le riche royaume du Golfe, premier exportateur d’or noir brut au monde.

« L’ancien ministre du Pétrole Ahmed Zaki Yamani est mort à Londres à l’âge de 90 ans », a annoncé la chaîne gouvernementale El-Ekhbariya, sans préciser la cause du décès.

Il sera enterré dans la ville sainte de La Mecque, sur la mer Rouge, où il est né en 1930, a-t-elle ajouté.

Diplômé de l’université du Caire, de la New York University et de Harvard aux Etats unis, il fut ministre du Pétrole de 1962 à 1986, et le premier représentant saoudien à l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep).

En 1973, il est à l’origine du premier choc pétrolier, provoqué par un embargo de l’Opep contre les alliés d’Israël en pleine guerre du Kippour.

Les prix du brut avaient bondi en quelques mois, provoquant de graves crises dans les économies des pays développés.

Ahmed Zaki Yamani a joué un rôle crucial dans la nationalisation de l’exploitation pétrolière avec l’achat par l’Arabie saoudite du géant de l’énergie Aramco.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...