Décès de l’historien Elliott Horowitz, spécialiste de la violence juive
Rechercher

Décès de l’historien Elliott Horowitz, spécialiste de la violence juive

L'auteur du livre consacré aux pratiques théâtrales anti-chrétiennes de Pourim et rédacteur en chef de JQR était également maître de conférences à Ben-Gurion et à Bar-Ilan

La couverture de Reckless Rites: Purim and the Legacy of Jewish Violence, d'Elliott Horowitz. (Crédit : capture d'écran Princeton University Press)
La couverture de Reckless Rites: Purim and the Legacy of Jewish Violence, d'Elliott Horowitz. (Crédit : capture d'écran Princeton University Press)

Elliott Horowitz, auteur de Reckless Rites: Purim and the Legacy of Jewish Violence (Des rites imprudents : Pourim et l’héritage de la violence juive) — considéré comme le livre le plus vaste sur la violence juive – est décédé.

Horowitz, qui enseignait les débuts du judaïsme au sein de deux universités israéliennes est mort soudainement samedi d’une attaque cardiaque. Il était âgé de 64 ans.

« Des rites imprudents » – publiés aux éditions Princeton University Press – décrit les véritables pratiques anti-chrétiennes qui font dorénavant partie de la violence taquine et théâtrale du festival juif de Pourim.

Horowitz, historien spécialiste de la culture et des sociétés des débuts de l’Europe moderne, a été co-rédacteur en chef de la Jewish Quarterly Review, revue à comité de lecture du Centre Herbert D. Katz d’Etudes Judaïques avancées à l’Université de Pennsylvanie, que lui et son co-éditeur David Myers ont contribué à redynamiser au cours de la dernière décennie.

Elliott Horowitz, auteur de "Des Rites imprudents : Pourim et l'héritage de la violence juive'  (Crédit : université de Bar Ilan)
Elliott Horowitz, auteur de « Des Rites imprudents : Pourim et l’héritage de la violence juive’ (Crédit : université de Bar Ilan)

« Il a donné corps aux idéaux prêtés aux savants d’une vaste curiosité, d’une observation aiguisée, et d’une amitié généreuse et il a écrit avec grâce, érudition, et souvent avec espièglerie », a annoncé le centre Katz dans une publication sur sa page Facebook.

« Son absence dans nos halls comme dans les réseaux collégiaux d’études juives sera âprement ressentie ».

Horowitz avait fait ses études dans les universités de Princeton et de Yale avant de partir en Israël, où il a enseigné le début du judaïsme moderne au sein des universités Ben-Gurion et Bar Ilan.

Il est également connu pour avoir écrit Cafés, Café et les rituels nocturnes du début du judaïsme moderne.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...