Décès de Maxi Librati, survivant de la Shoah et bienfaiteur de Yad Vashem
Rechercher

Décès de Maxi Librati, survivant de la Shoah et bienfaiteur de Yad Vashem

Maxi Mardochée Librati, Chevalier de la Légion d’Honneur, est mort samedi dernier à l'âge de 94 ans

Maxi Mardochée Librati, survivant de la Shoah, homme d’affaires dans le textile et bienfaiteur du mémorial de Yad Vashem à Jérusalem, est mort ce samedi à l’âge de 94 ans.

Chevalier de la Légion d’Honneur, Librati a participé à de nombreux évènements commémoratifs au mémorial de Yad Vashem et en France. Il s’est également beaucoup investi afin de transmettre cette mémoire aux jeunes, les accompagnant lors de nombreux voyages en Pologne.

Né le 5 février 1925 à Lyon dans une famille juive originaire du Maroc qui compte 16 enfants, il sera le seul d’entre eux à être déporté vers les camps de la mort.

Son arrestation survient dans sa ville natale le 4 juillet 1943, alors qu’il était parti cherché de quoi se ravitailler à la campagne, ignorant toute menace pesant sur les Juifs.

D’abord transféré à Drancy, il sera envoyé à Auschwitz, puis dans un camp du ghetto de Varsovie. « 145 922 » sera son numéro de déporté. En 1944, l’homme contracte le typhus et participe à la marche de la mort de Varsovie vers Dachau.

Durant cette période, Librati est affecté au Todkommando, le commando de la mort chargé de brûler les cadavres.

Il sera finalement libéré par les Américains le 30 avril 1945 et retrouvera plus tard sa famille, restée à Lyon. Il pesait alors 29 kilos.

A son retour en France, il deviendra un grand chef d’entreprise et son histoire une « success story » du Sentier, de ses « débuts comme commis de vente de tissu à l’étage jusqu’aux boutiques de Saint Germain des Près », affirmait Richard Prasquier, Président du Comité français pour Yad Vashem le 11 octobre 2005, lors de la cérémonie de remise de la Légion d’Honneur à Librati. « Quel pied de nez pour ce matricule 145 922 qui devient sous votre propre nom de Maxi Librati, une marque connue dans le monde entier ! »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...