Rechercher

Décès de Nessim Gaon, homme d’affaires et ex vice-président du Congrès juif mondial

Président en 1971 de la Fédération sépharade mondiale et vice-président du Congrès juif mondial, il avait contribué au rapprochement entre Israël et l'Egypte

Nessim Gaon. (Crédit : David Rubinger / worldjewishcongress.org)
Nessim Gaon. (Crédit : David Rubinger / worldjewishcongress.org)

Nessim Gaon, homme d’affaires et ancien vice-président du Congrès juif mondial, fondateur de l’hôtel Noga Hilton, à Genève, est décédé mardi 10 mai à l’âge de 100 ans, a rapporté la presse suisse.

Né le 22 février 1922 à Khartoum, au Soudan, il a servi dans l’armée britannique lors de la Seconde Guerre mondiale, combattant en Italie, en Irak et en Iran, obtenant le grade de capitaine. Après la guerre, il a aidé des survivants juifs à migrer en Israël.

Il s’est ensuite installé à Genève en 1952, a fait fortune dans le commerce international des matières premières et a fondé le Noga Hilton en 1976 – il a également fait construire des Noga Hilton à Cannes et au Nigeria.

Président en 1971 de la Fédération séfarade mondiale et vice-président du Congrès juif mondial, Nessim Gaon a contribué au rapprochement du Premier ministre israélien Menahem Begin, l’un de ses amis proches, avec le président égyptien Anouar el-Sadate.

L’homme a aussi été président du Keren Hayesod United Israel Appeal, et président du conseil des gouverneurs de l’Université Ben Gourion. Il a également occupé des postes de direction au sein d’Israel Bonds, de l’Agence juive, de l’Organisation sioniste mondiale, de l’université hébraïque et de l’université Bar-Ilan et de la communauté juive de Genève.

En tant que philanthrope, il a participé à la construction de la synagogue et du centre culturel Hekhal Haness, à Genève, une des plus grandes synagogues de Suisse. Dans les années 1980, il a aussi financé la rénovation de la cathédrale des clés de Saint-Pierre, à Genève.

Parmi ses autres œuvres philanthropiques : la mise en place d’une importante bourse à destination de jeunes futurs leaders israéliens séfarades originaires de zones défavorisées.

En 1991, sa société Noga SA avait signé avec l’URSS un contrat d’échange de pétrole et de gaz contre de la nourriture, d’un montant de 1,5 milliard. La chute de l’URSS a néanmoins conduit la société Noga vers de graves difficultés, et les dirigeants russes suivants ont refusé de payer ce qu’ils lui devaient.

Après un long combat judiciaire et financier, Nessim Gaon s’est retrouvé contraint de vendre le Noga Hilton, en 2001.

Le président israélien Isaac Herzog lui a rendu hommage peu après sa mort. « Nessim a toujours été fier de l’héritage juif mizrahi et il a soutenu Israël tout au long de sa vie. Il a apporté une contribution significative à la société israélienne », a-t-il déclaré.

Le frère ainé du président israélien actuel, Joël, est marié à Marguerite, la fille de Nessim Gaon. Le nom de Joël Herzog est apparu aux côtés de celui de Nessim Gaon dans des articles traitant d’affaires judiciaires.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...