Décès d’Hubert Faure, l’un « braves » du commando Kieffer du 6 juin 1944
Rechercher

Décès d’Hubert Faure, l’un « braves » du commando Kieffer du 6 juin 1944

Il était de ce bataillon de Français qui participèrent au Débarquement de Normandie

Hubert Faure, ancien membre des commandos Kieffer, groupe de 177 soldats français ayant participé à l'invasion de la Normandie connue sous le nom d'Opération Overlord pendant la Seconde Guerre mondiale, devant une plaque de rue portant son nom à Neuvic-sur-Isle, en 2008. (Crédit : AFP)
Hubert Faure, ancien membre des commandos Kieffer, groupe de 177 soldats français ayant participé à l'invasion de la Normandie connue sous le nom d'Opération Overlord pendant la Seconde Guerre mondiale, devant une plaque de rue portant son nom à Neuvic-sur-Isle, en 2008. (Crédit : AFP)

Il était l’avant-dernier héros du commando Kieffer, ce bataillon de Français qui participèrent au Débarquement de Normandie le 6 juin 1944, restés cependant longtemps dans l’oubli : Hubert Faure est décédé dans la nuit de vendredi à samedi à l’âge de 106 ans.

Emmanuel Macron lui « exprime la reconnaissance de la nation et adresse à ses proches ainsi qu’aux commandos marine héritiers des Français du Jour J ses condoléances sincères, sa confiance et son amitié indéfectible », a indiqué l’Elysée dans un communiqué, saluant dans l’histoire d’Hubert Faure « une formidable leçon d’engagement et d’héroïsme ».

« Héros de la ‘France Libre’, Hubert Faure était de ces 177 Français du Jour J qui ont débarqué en Normandie, une poignée de braves dans l’armada de la liberté. En foulant le sable de Colleville-sur-Orne (aujourd’hui Colleville-Montgomery, NDLR) et de Ouistreham, ils incarnaient la France, ils étaient l’âme de notre nation », a souligné le ministère des Armées dans un communiqué annonçant le décès du vétéran.

Il ne reste plus qu’un seul survivant de ce commando : Léon Gautier, 98 ans.

Grand Officier de la Légion d’honneur, Hubert Faure s’était vu remettre, en 2008, sa cravate de Commandeur par l’amiral Philippe de Gaulle. Le 1er janvier 2021, il a été élevé à la dignité la plus haute, celle de Grand-croix.

Prisonnier en juin 1940, Hubert Faure s’échappe et rejoint le rivage de l’Angleterre et les Forces Françaises Libres. Il intègre le 1er Bataillon de Fusiliers Marins Commandos du lieutenant de vaisseau Philippe Kieffer.

« Le 6 juin 1944, malgré des tirs nourris et une farouche résistance, ils sont à la hauteur des espérances et atteignent les objectifs assignés. Dans le bocage normand, face à la ténacité allemande, les fusiliers marins tiennent pendant des semaines », précise le ministère. « Grand-croix de la Légion d’honneur, Hubert Faure reste un exemple des Français combattants qui, en embrassant la cause de la patrie, ont rendu son honneur à notre pays et lui ont permis de siéger à la table des vainqueurs ».

La ministre des Armées Florence Parly et la ministre déléguée Geneviève Darrieussecq ont exprimé leur « profonde tristesse », adressant « à sa famille et à ses proches leurs sincères condoléances ».

Hubert Faure pendant la Seconde Guerre mondiale (à gauche), ancien membre des commandos Kieffer, groupe de 177 soldats français qui ont participé à l’invasion de la Normandie connue sous le nom d’Opération Overlord pendant la Seconde Guerre mondiale ; et Faure pris le 8 avril 2014 à Paris. (Crédit : Joël SAGET / AFP)

« Une poignée de braves »

Lors du 75e anniversaire du Débarquement, le président Emmanuel Macron avait rendu un hommage appuyé aux « héros » français de ce commando. « Ils n’étaient qu’une poignée, certes, mais une poignée de braves (…) un symbole ô combien puissant pour l’honneur de la France », avait salué le chef de l’État lors d’une cérémonie à Colleville-Montgomery.

C’est en ce lieu, à l’extrême flanc Est des 80 km de plages où déferlèrent les alliés (Sword Beach), qu’avait débarqué le bataillon, entraîné en Écosse. Il déplora 27 morts à la fin de la bataille de Normandie, fin août 1944, dont 10 au soir du 6 juin.

Cependant, il aura fallu attendre 75 ans pour voir érigée la première statue du capitaine de frégate Philippe Kieffer (1899-1962), à Ouistreham (Calvados).

L’ancien banquier de Haïti avait rejoint les Forces françaises Libres le 1er juillet 1940, avant de convaincre les Britanniques d’intégrer des Français au sein de leurs forces spéciales. Ils deviendront les seuls Français en uniforme à avoir participé au Débarquement.

Il faudra attendre aussi 1984 pour voir le président François Mitterrand leur rendre hommage pour la première fois à Ouistreham. Certains survivants n’ont cependant reçu la Légion d’honneur qu’en 2004, lors des cérémonies du 60e anniversaire du Débarquement, ce qui avait suscité la polémique.

Une unité des commandos de la Marine nationale porte toujours le nom de Kieffer et le béret vert des commandos marine est porté « couché à droite », le badge à gauche « à l’anglo-saxonne », un souvenir de la constitution de ces commandos en Écosse en 1942.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...