Rechercher

Décès du professeur du Technion blessé dans l’explosion de son laboratoire

Elazar Y. Gutmanas, 80 ans, a succombé à ses blessures provoquées par l'explosion survenue deux semaines plus tôt

Un laboratoire du Technion qui a explosé le 13 octobre 2019.  (Luke Tress/Times of Israël)
Un laboratoire du Technion qui a explosé le 13 octobre 2019. (Luke Tress/Times of Israël)

Elazar Y. Gutmanas, enseignant au Technion — l’Institut de technologie israélien —  grièvement blessé dans une explosion survenue dans un laboratoire de l’université deux semaines plus tôt, a succombé à ses blessures samedi.

L’enseignant de 80 ans avait émigré d’ex-URSS et rejoint le département de Sciences des matériaux et d’ingénierie du Technion en 1974, d’après le site internet de l’institution.

L’explosion du 13 octobre avait causé de sérieux dégâts au cinquième étage où se trouvaient des équipements d’ingénierie du bâtiment.

Les secouristes du Magen David Adom avaient soigné sur place Elazar Y. Gutmanas qui souffrait de blessures au torse, avant de le transférer au centre médical de Rambam.

Le Prof. Émérite Elazar Y. Gutmanas (Site web du Technion)

« Nous sommes arrivés sur place et avons pris contact avec les équipes de pompiers et les employés du bâtiment qui nous ont conduits au bâtiment à côté duquel l’incident s’était produit. L’homme blessé y avait été évacué. Il était inconscient et souffrait de brûlures sur tout le corps et de blessures au torse. Nous lui avons procuré les premiers soins vitaux, pour traiter ses brûlures, lui avons donné des analgésiques et l’avons placé sous respiration artificielle. Nous l’avons transporté à l’hôpital dans un état grave », avait rapporté le médecin urgentiste Dan Forman du Magen David Adom.

Dix équipes de pompiers avaient été mobilisées. Les pompiers ont fouillé les bâtiments adjacents et la zone afin d’éviter toute nouvelle victime et de détecter toute fuite de produit dangereux.

Le Technion a indiqué avoir ouvert une enquête sur les circonstances du drame.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...