Rechercher

Découverte d’objets anciens que les rebelles de Bar Kochba ont pris aux Romains

Des détectives, fouillant un véhicule suspect à Jérusalem, ont trouvé des antiquités rares en bronze qui auraient été saisies il y a 2 000 ans comme butin de guerre

Luke Tress est le vidéojournaliste et spécialiste des technologies du Times of Israël

Des enquêteurs examinent des objets saisis par la police qui datent probablement de la révolte de Bar Kochba contre les Romains. (Crédit : Yoli Schwartz/Israel Antiquities Authority)
Des enquêteurs examinent des objets saisis par la police qui datent probablement de la révolte de Bar Kochba contre les Romains. (Crédit : Yoli Schwartz/Israel Antiquities Authority)

Les archéologues israéliens pensent que les objets anciens récemment saisis par la police étaient des butins de guerre pris par les rebelles juifs à leurs ennemis romains il y a près de 2 000 ans.

L’Autorité israélienne des antiquités (IAA) a déclaré mercredi que les objets, comprenant notamment des brûleurs d’encens ornementaux et une cruche à vin, pourraient être un butin de guerre datant de la révolte de Bar Kochba, en 132-136 de notre ère.

La police a trouvé les objets lors d’une patrouille de routine dans le quartier de Musrara à Jérusalem la semaine dernière, lorsque des détectives ont arrêté et fouillé un véhicule suspect qui roulait à contresens dans une rue à sens unique. Dans le coffre, ils ont trouvé une boîte contenant les objets archéologiques.

L’unité de prévention des vols de l’IAA est arrivée au poste de police et a rapidement déterminé que les objets trouvés dataient de l’époque romaine.

Une cruche en bronze récupérée par la police qui date probablement de la révolte de Bar Kochba contre les Romains. (Crédit : Yoli Schwartz/Israel Antiquities Authority)

Les artefacts comprennent des brûleurs d’encens en bronze, qui appartenaient probablement à de riches maisons ou temples romains, et un service à vin en bronze décoré d’une scène de banquet représentant une personne allongée avec une cruche de vin.

Les autorités ont également trouvé un bol en pierre orné à trois pieds, des lampes romaines en argile et des centaines de pièces de monnaie datant de la fin de la période romaine, du IIe au IIIe siècle de notre ère.

Les objets en bronze sont rares en Israël car le métal était une denrée précieuse et était souvent fondu et réutilisé. Les objets anciens en bronze sont généralement trouvés sur des sites où ils étaient délibérément cachés, ou dans des complexes utilisés pour se cacher après la bataille pendant la révolte de Bar Kochba, a déclaré l’IAA.

L’IAA a mené une enquête criminelle contre les trois suspects qui ont été trouvés avec les objets, ce qui a renforcé les soupçons selon lesquels le trésor a été apporté à Jérusalem pour être vendu à un marchand.

Des objets saisis par la police datant probablement de la révolte de Bar Kochba contre les Romains. (Crédit : Yoli Schwartz/Israel Antiquities Authority)

L’IAA pense que les objets ont été volés dans une cachette de Bar Kochba située près du poste frontière de Tarqumiya, dans le sud de la Cisjordanie.

Le site a fait l’objet d’une surveillance récente après que les autorités y ont découvert des fouilles non autorisées, et ont lancé une opération pour capturer les suspects, mais « malheureusement, les voleurs ont réussi à s’échapper », a déclaré Amir Ganor, directeur de l’unité de prévention des vols.

« Lorsqu’ils ont fui, ils ont laissé derrière eux des objets anciens similaires à ceux qui ont été retrouvés en possession des suspects. Nous pensons que les objets récemment retrouvés à Jérusalem provenaient de ce site », a-t-il ajouté.

Selon l’Autorité, les objets ont probablement été pris par les rebelles mais n’ont pas été utilisés par les combattants juifs eux-mêmes, car ils étaient décorés d’images païennes, violant ainsi l’interdiction juive de l’idolâtrie. Si les Juifs avaient voulu utiliser ces objets, ils auraient défiguré les images.

Des objets saisis par la police datant probablement de la révolte de Bar Kochba contre les Romains. (Crédit : Yoli Schwartz/Israel Antiquities Authority)

De plus, à l’époque de la rébellion, le Second Temple avait été détruit et les Juifs ne pratiquaient plus les rites de sacrifice et de brûlage de l’encens.

« Ces découvertes anciennes incarnent l’histoire du pays, mais pour les voleurs et les marchands, elles ne sont qu’une marchandise, vendue au plus offrant par pure cupidité », a déclaré Eli Eskozido, directeur de l’IAA. « Il est extrêmement important d’empêcher toute tentative de trafic d’antiquités illégales, de récupérer les précieuses découvertes et de les rendre au public et au pays. »

La révolte de Bar Kochba, qui a duré trois ans et demi, a été le dernier et sans doute le plus grand des soulèvements juifs menés contre des dirigeants étrangers dans l’Antiquité.

Les rebelles se sont préparés longtemps à l’avance et, selon l’historien du 3e siècle Dio Cassius, des légions romaines ont été amenées d’autres avant-postes de l’empire pour la réprimer.

Dio Cassius écrit qu’à la fin de la révolte, une cinquantaine de forteresses juives et un millier d’établissements ont été détruits, et que des centaines de milliers de Juifs ont perdu la vie.

Brûleurs d’encens saisis par la police, datant probablement de la révolte de Bar Kochba contre les Romains. (Crédit : Yoli Schwartz/Israel Antiquities Authority)

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...