Découverte d’une église près du site de la Transfiguration de Jésus
Rechercher
Archéologie

Découverte d’une église près du site de la Transfiguration de Jésus

Les fouilles de l'Autorité israélienne des Antiquités avant la construction d'un terrain de jeu dans le village de Kfar Kama en Galilée révèlent un monastère jusqu'alors inconnu

Amanda Borschel-Dan édite la rubrique « Le Monde Juif »

  • Vue aérienne d'une église vieille de 1 300 ans dans le village de Kfar Kama, près du Mont Tabor. (Alex Wiegmann, Autorité israélienne des Antiquités)
    Vue aérienne d'une église vieille de 1 300 ans dans le village de Kfar Kama, près du Mont Tabor. (Alex Wiegmann, Autorité israélienne des Antiquités)
  • Le chef de l'Eglise grecque-catholique, Youssef Matta, lors de sa visite sur le site de fouilles d'une église vieille de 1 300 ans dans le village de Kfar Kama, près du Mont Tabor. (Anya Kleiner, Autorité israélienne des Antiquités)
    Le chef de l'Eglise grecque-catholique, Youssef Matta, lors de sa visite sur le site de fouilles d'une église vieille de 1 300 ans dans le village de Kfar Kama, près du Mont Tabor. (Anya Kleiner, Autorité israélienne des Antiquités)
  • Sol en mosaïque d'une église de 1 300 ans dans le village de Kfar Kama, près du Mont Tabor. (Alex Wiegmann, Autorité israélienne des Antiquités)
    Sol en mosaïque d'une église de 1 300 ans dans le village de Kfar Kama, près du Mont Tabor. (Alex Wiegmann, Autorité israélienne des Antiquités)
  • Sol en mosaïque d'une église de 1 300 ans dans le village de Kfar Kama, près du Mont Tabor. (Alex Wiegmann, Autorité israélienne des Antiquités)
    Sol en mosaïque d'une église de 1 300 ans dans le village de Kfar Kama, près du Mont Tabor. (Alex Wiegmann, Autorité israélienne des Antiquités)

Les vestiges de l’enceinte d’une église du VIe siècle – peut-être un monastère – ont été découverts lors d’une fouille menée par l’Autorité israélienne des Antiquités dans la ville de Kfar Kama, en Galilée. L’emplacement, adjacent au mont Tabor, est sacré pour les chrétiens qui, depuis le début de l’ère byzantine, ont identifié la région comme le site du récit de la Transfiguration de Jésus dans le Nouveau Testament.

Le mont Tabor est mentionné dans les livres de Marc, Matthieu et Luc comme le site où Jésus a emmené ses disciples Pierre, Jacques et Jean lorsqu’ils ont vu le visage et les vêtements de leur maître briller d’une lumière éblouissante. Selon l’Encyclopaedia Britannica, la Fête de la Transfiguration « célèbre la révélation de la gloire éternelle de la Deuxième Personne de la Trinité, qui était normalement voilée pendant la vie du Christ sur terre ».

Sur la base des résultats des fouilles, les chercheurs de l’AIA et le professeur Moti Aviam du Kinneret Academic College pensent que l’enceinte de l’église était probablement un monastère qui a été construit à la périphérie de l’ancien village.

Grâce à ce qu’il a appelé une « grande et inhabituelle coopération », les fouilles de l’AIA ont été rejointes par Aviam, qui dirige un projet de recherche à long terme avec Jacob Ashkenazi, également du Kinneret Institute of Galilean Archaeology. Leurs recherches de grande envergure sur les églises de Terre Sainte et de Méditerranée orientale sont soutenues par la Israel Science Foundation, qui a également contribué au financement de cette fouille de Kfar Kama.

« Nos recherches tentent de trouver le lien entre la ville/village et l’arrière-pays », a déclaré M. Aviam. « Si Kfar Kama dans l’Antiquité était une ville importante, quel est le lien avec les villages qui l’entourent ? Quel est le lien entre la ville et les moines ?

Vue aérienne d’une église vieille de 1 300 ans dans le village de Kfar Kama, près du Mont Tabor. (Alex Wiegmann, Autorité israélienne des Antiquités)

Une autre église du VIe siècle, dédiée à sainte Thècle, a été précédemment fouillée à Kfar Kama dans les années 1960. Bien que le reliquaire d’une sainte ait également été découvert au cours des fouilles actuelles, les archéologues n’ont pas encore découvert quels os de la sainte étaient autrefois conservés dans la petite boîte en pierre. De même, aucune inscription ou pièce de monnaie n’a été trouvée sur le site pour faciliter la datation et l’identification.

Les co-directeurs des fouilles d’une église primitive de Galilée sur leur site de fouilles récentes, l’historien Jacob Ashkenazi (à gauche) et l’archéologue Mordechai Aviam du Kinneret Institute for Galilean Archaeology au Kinneret Academic College. (Avec l’aimable autorisation de Mordechai Aviam)

« Une partie de la ‘richesse’ de notre domaine archéologique est que nous ne savons rien avant de creuser – et parfois nous continuons à ne rien savoir après avoir creusé », s’amuse Aviam. « C’est comme une histoire de détective ; nous reconstituons les pièces du puzzle ».

Lors de l’étude de la zone en vue de la construction d’un nouveau terrain de jeu dans la ville de Basse-Galilée, aujourd’hui largement peuplée de Circassiens, les Antiquités israéliennes ont discerné le contour d’une église de 12×36 mètres très endommagée.

Après une enquête plus approfondie, les archéologues dirigés par Nurit Feig ont découvert que l’église avait trois absides – comme environ la moitié des églises de la région, a déclaré Aviam – et que le complexe comprenait une grande cour, un narthex ou vestibule entre le portail et la nef, et une salle centrale.

Selon le communiqué de presse de l’AIA, il y a d’autres pièces non encore excavées sur le site qui ont été identifiées lors d’une étude par radar pénétrant dans le sol qui a été menée par le Dr Shani Libbi de l’AIA.

Lors des fouilles des vestiges de l’église, les archéologues ont mis au jour des morceaux de mosaïques de sol colorées représentant des formes géométriques et des motifs floraux bleus, noirs et rouges.

Sol en mosaïque d’une église de 1 300 ans dans le village de Kfar Kama, près du Mont Tabor. (Alex Wiegmann, Autorité israélienne des Antiquités)

Si Aviam réussit, les enfants et les parents qui visiteront le nouveau terrain de jeu pourront bientôt contempler certains des vestiges de l’église du VIe siècle, si le projet reçoit le feu vert du conseil municipal de Kfar Kama et du Fonds national juif, qui ont lancé les fouilles. Peut-être qu’une récente visite de l’archevêque grec catholique de Galilée Youssef Matta, chef de l’Église grecque-catholique melkite en Israël, sur le site inspirera les autorités à préserver les ruines.

Aviam a déclaré que les chercheurs ont connaissance de quelques cas de monastères trouvés près de villes et de villages.

Le chef de l’Eglise grecque-catholique, Youssef Matta, lors de sa visite sur le site de fouilles d’une église vieille de 1 300 ans dans le village de Kfar Kama, près du Mont Tabor. (Anya Kleiner, Autorité israélienne des Antiquités)

Basée sur la typographie des poteries, cette église a été construite au VIe siècle et abandonnée au VIIe. Selon Aviam, l’essor de la construction d’églises en Galilée remonte au 6e siècle, mais il existe quelques exemples antérieurs, comme une chapelle de Nazareth datant du 4e siècle et quelques autres datant de la fin du 4e et du début du 5e siècle.

« Nous essayons de recueillir toutes les preuves sur le terrain. Toutes les informations sont importantes pour reconstituer l’histoire de la Galilée de l’époque byzantine », a déclaré M. Aviam.

Sol en mosaïque d’une église de 1 300 ans dans le village de Kfar Kama, près du Mont Tabor. (Alex Wiegmann, Autorité israélienne des Antiquités)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...